Nous passons chaque jour un temps considérable sur les réseaux sociaux, consommant par la même occasion une quantité importante d’énergie. Tom Jarrett, du studio anglais de design Normally, a conçu un nouveau design pour Instagram, plus simple et épuré, qui permettrait d’économiser de l’énergie. Une expérimentation inspirante nous invitant à réfléchir à notre manière de consommer les contenus sur les réseaux sociaux.

Et s’il était possible de concevoir des réseaux sociaux – et par-delà un Internet plus favorables à l’environnement ?

Le designer Tom Jarrett a travaillé sur le projet de recherche Post-Abundance, dont l’objectif est de bâtir un Internet et des applications utilisant moins d’énergie grâce à un travail sur le design et l’expérience utilisateur. Un premier test a été mené sur Instagram, marquant la genèse du projet.

Une croissance exponentielle de contenus

La consommation de contenus sur Internet affiche une croissance exponentielle, notamment sur mobile. Vous pouvez chaque jour passer d’innombrables heures sur YouTube, envoyer des messages de manière illimitée à vos proches, actualiser votre flux d’actualités sur Instagram, autant d’usages qui représentent une part conséquente d’énergie. Pour les absorber, les data centers consomment jusqu’à 3 % de l’énergie globale.

En 2030, les téléphones et les réseaux de communication pourraient représenter jusqu’à 21 % de la consommation d’énergie, selon le site Techthelead.

Le studio Normally réfléchit à la mise en œuvre de solutions basées sur le design permettant de réduire cette consommation d’énergie. Le designer Tom Jarrett a tout d’abord installé Carbonalyser, un plug-in de Firefox mesurant les émissions de gaz à effet de serre engendrés par votre navigation sur Internet. Ainsi, il a pu analyser sa propre consommation d’énergie en ligne.

À noter que Carbonalyser est également disponible sur Android et permet de visualiser la quantité de CO2 émise lors de l’utilisation des applis de votre smartphone.

De cette expérience, il a constaté que son usage personnel d’Internet en l’espace d’une semaine équivalait à un vol en avion de Londres à Zurich. Autre constat significatif, plus d’un tiers de sa consommation provenait des réseaux sociaux.

Une nouvelle expérience utilisateur pour Instagram

Tom Jarrett a poursuivi son expérimentation en travaillant sur Instagram, l’une des plateformes social média les plus prisées des internautes. Comment offrir une expérience plaisante de ce réseau social tout en proposant une plateforme plus favorable à l’environnement ?

Tom Jarrett dévoile une nouvelle version portée par un design plus sobre, et caractérisée par une moindre visibilité des photos et vidéos en haute définition.

Instagram éco-friendly

Si elle présente des similitudes avec la version classique d’Instagram, l’idée est d’instaurer des limites à l’expérience utilisateur et non plus proposer un flot ininterrompu de photos et de vidéos en haute définition – très gourmands en ressources. Cette initiative peut inciter les internautes à être davantage conscients de ce qu’ils regardent et consomment.

Dans cette version épurée, on peut distinguer de prime abord des publications composées de simples phrases sur un fond blanc. Chacune d’entre elles décrit une image précise, grâce à un algorithme de reconnaissance d’image.

Instagram éco-friendly

Dans cette version écoresponsable, chaque utilisateur disposerait d’un quota de CO2 autorisé chaque jour. Pour avoir accès à la photo elle-même, il suffit de cliquer sur l’icône symbolisée par un œil, située à droite en haut de l’image, qui vous informe également de la quantité d’électricité consommée – indiquée sous forme de pourcentage. Plus vous regardez d’images, plus vous vous rapprochez du seuil de CO2 autorisé par jour par l’application, indiqué par une jauge située en haut de l’écran.

Instagram éco-friendly

Le designer propose ainsi une nouvelle expérience d’Instagram où les photos ne sont pas immédiatement visibles – en utilisant des astuces en matière d’expérience utilisateur pour restreindre la consommation d’énergie. Ce faisant, il incite aussi les utilisateurs à réfléchir, l’espace d’un instant, aux contenus qui leurs sont réellement indispensables.

Consommer autrement

Sans contraindre les internautes à se détourner du réseau social, Tom Jarrett espère les sensibiliser face à leur propre consommation d’énergie et proposer une autre manière de consommer les contenus.

Sa démarche pose aussi la question de l’esthétique des photos d’Instagram… et du caractère parfois cliché de certaines images qui ressort à travers la description, telle qu’« une tasse de café et un croissant sur une table en bois ».

Cette expérimentation du studio Normally peut aussi générer une réflexion sur la manière dont le design et les techniques d’expérience utilisateur peuvent avoir une influence sur la consommation d’énergie et l’empreinte carbone. De quoi donner des idées innovantes aux concepteurs et designers !