Quelques semaines après les rumeurs sur la fin des activités photographiques d’Olympus (démenties depuis par la marque), il semble que l’entreprise soit toujours indécise quant à sa stratégie à moyen terme. Dans un récent article publié par le site japonais Newswitch, le président d’Olympus, Yasuo Takeuchi, indique que la division Imaging reste prépondérante pour le groupe, malgré ses importantes difficultés financières. Décryptage.

« Nous avons besoin de notre division Imagerie pour maximiser la valeur actuelle d’Olympus »

Yasuo Takeuchi, PDG d’Olympus Corp.

Dans un article intitulé « Les caméras Olympus, une grande entreprise en déficit : critères déterminants pour son retrait ou sa survie », publié il y a deux semaines sur le site Newswitch, le président d’Olympus est revenu sur l’importance de la division Imaging pour l’ensemble du groupe. « Nous avons besoin de notre activité de caméras pour maximiser la valeur actuelle d’Olympus », indique-t-il. Pour autant, Yasuo Takeuchi tempère ces propos et creuse l’incertitude quant à la pérennité des appareils photo de la marque : « je ne peux pas dire maintenant si nous aurons besoin du secteur des appareils photo l’année prochaine. Nous prendrons notre décision en évaluant si elle s’avère réellement créatrice de valeur à long terme pour le groupe ».

En parallèle, plusieurs dirigeants d’Olympus sont également revenus sur les difficultés financières que rencontre actuellement la division Imaging. « Les ventes de la division Imaging pour l’année fiscale précédente se sont élevées à 48,6 milliards de yens, soit 6 % du total des ventes du groupe. Le déficit opérationnel est monté à 18,2 milliards de yens (contre 1,2 milliards de yens pour l’exercice ayant pris fin en mars 2006) et une attention la plus stricte est portée à la poursuite de son activité », indique Newswitch.

Yasuo Takeuchi, PDG d’Olympus Corp, dément toute rumeur d’une vente des activités photo du groupe

L’imagerie médicale au secours de la photographie ?

Toutefois, les activités d’imagerie sont extrêmement importantes pour Olympus « en raison de sa relation avec la secteur médical », indique Shigemi Sugimoto, président de la division Imaging. « Nous pouvons apporter notre contribution à d’autres entreprises via deux axes : en premier lieu, la technologie requise pour produire des images en haute définition et en deuxième lieu, le savoir-faire dans la production de masse », poursuit Shigemi Sugimoto.

Ainsi, les capteurs et les solutions optiques développées par la division Imaging profitent aussi (et surtout) à la division médicale d’Olympus, spécialisée dans la fabrication d’endoscopes… et qui s’avère beaucoup plus rentable que la division Imaging d’Olympus. Le groupe vise ainsi à se concentrer prioritairement sur ses activités médicales. « Nous utiliserons notre savoir-faire acquis avec les appareils photo pour lutter contre la concurrence européenne et américaine », a ainsi déclaré Akihiro Taguchi, directeur général du groupe.

Une partie des mockups qui ont été utilisés lors du développement de l’Olympus E-M1X

Ces différentes déclarations s’inscrivent dans un contexte d’incertitudes pour l’avenir des activités photographiques d’Olympus. En novembre dernier, le PDG d’Olympus, Yasuo Takeuchi, avait formellement démenti les rumeurs annonçant la vente de la division Imaging. « L’activité Imaging est et demeurera un important moteur d’innovation technologique pour nos autres activités », avait-il ainsi déclaré. Cela étant, ces propos s’inscrivent dans un contexte compliqué, marqué par la baisse des ventes des boîtiers photo. L’imagerie médicale permettra-t-elle aux activités photographiques d’Olympus de perdurer durablement ? Il est encore trop tôt pour le dire.