Le salon IFA des innovations de Berlin bat son plein… et de nouveaux smartphones sont dévoilés par différents constructeurs. Parmi les modèles ayant attiré notre attention, faisons mention du Sony Xperia 5, qui vise à proposer un smartphone (relativement) compact, un triple module photo et un processeur haut de gamme Snapdragon 855. Le tout pour 800 € environ. Retour sur ses principales caractéristiques techniques.

Sony Xperia 5 , un nouveau smartphone (presque) compact signé Sony

Bien que le marché des smartphones Android soit dominé par Samsung, Xiaomi, Oppo et Huawei, les appareils de Sony comptent toujours un certain nombre d’afficionados.

De par ses caractéristiques, le nouveau Sony Xperia 5 dérive étroitement du Xperia 1, lancé plus tôt cette année. Ce nouveau modèle vise donc à proposer le même niveau de prestations, tout en offrant un form factor (un peu) plus compact.

Exit l’écran géant – et tout en longueur – de 6,5 pouces du Xperia 1 : ce dernier est remplacé par un afficheur OLED de 6,1 pouces d’une résolution de 1080 x 2520 pixels – et compatible HDR.

Ce nouveau modèle s’avère donc moins encombrant que son grand frère… mais reste (très) loin du format 5 pouces tant apprécié par les fans du Xperia Z5 compact (sorti en 2015)… ou de l’iPhone SE – auquel Apple n’a toujours pas annoncé de successeur.

Cela étant, le format 21:9 « Cinema Wide » (point commun aux Xperia 1 et 5) permet au nouveau modèle de se montrer relativement étroit (68 mm de large), permettant au pouce de l’utilisateur d’atteindre plus facilement le côté opposé de l’appareil. En revanche, la partie supérieure de l’écran reste assez peu atteignable. Notons aussi que le capteur d’empreinte est logé sur le côté, au sein du bouton On/Off.

À noter que l’écran et le dos de l’appareil sont protégés par un verre Gorilla Glass, offrant une meilleure résistance aux chocs et aux rayures – mais pas aux traces de doigts, d’après les premières prises en main.

Capteur principal BionZ X for mobile dérivé des appareils hybrides Sony

À l’image de son grand frère, le Sony Xperia 5 emploie lui aussi un triple capteur photo dorsal, cette fois placé à la verticale et sur le côté gauche du dos de l’appareil. Une configuration qui n’est évidemment pas sans rappeler Apple… ou Huawei.

Une fois n’est pas coutume, les trois objectifs de ce triple module comptent 12 millions de pixels. Toutefois, leur configuration est loin d’être la même.

Le capteur principal de 12 Mpx dérive étroitement des derniers hybrides et compacts de Sony (comme l’A7R IV ou le RX 100 VII), puisqu’il est couplé au processeur d’image BionZ X for mobile (que l’on retrouve également sur le Xperia 1).

Ce tandem offre lui aussi une mise au point assurée par un mécanisme à détection de phase prédictif (PDAF), et doit également bénéficier d’algorithmes de détection et de suivi du sujet particulièrement performants… et offrir des clichés en basses lumière de très bonne facture.

Par ailleurs, ce capteur doit permettre la capture en rafale à 10 images par seconde (avec suivi du sujet).

Le capteur principal, mesure 1/2.6 pouce et offre des pixels de 1,4 micromètres de large ; il est surmonté par une optique grand angle (équivalent 26 mm), qui bénéficie de la stabilisation optique sur 5 axes (OIS) et d’une ouverture à f/1,6.

Le deuxième capteur – lui aussi de 12 Mpx – mesure 1/3.4 pouce et offre des pixels d’un micromètre. Il permet au Xperia 5 d’offrir un zoom x2 (équivalent 52 mm). À l’image du capteur principal, il hérite de l’AF à détection de phase et son optique ouvrant à f/2,4 bénéficie elle aussi de la stabilisation optique sur 5 axes.

On retrouve ce même capteur sur la troisième optique du Xperia 5, qui offre un objectif ultra grand-angle (équivalent 16 mm) avec ouverture à f/2,4.

Du côté de la vidéo, ce nouveau terminal Sony permet de filmer en UHD 2160p à 24 et 30 fps. Pour bénéficier de la capture à 60 fps, il faut se contenter de la vidéo en 1080p. Dans ce format, vous pourrez toutefois bénéficier de la capture vidéo à 30 fps exploitant la stabilisation optique sur 5 axes… ainsi que du slow motion en 960 fps.

Côté logiciel, Sony a revu l’application de capture photo et vidéo. La fonction « Cinema Pro, powered by CineAlta » doit ainsi bénéficier de nouvelles options qui visent à ravir les vidéastes en situation de mobilité.

Les autres caractéristiques du Sony Xperia 5

À l’instar de beaucoup de terminaux haut de gamme, le Xperia 5 mise sur le processeur Snapdragon 855 – gravé en 7 nm – couplé à 6 Go de mémoire vive. L’ensemble est évidemment animé par Android (en version 9.0), mais devrait en toute logique bénéficier de la mise à jour vers Android 10, qui a récemment été annoncée par Google.

Du côté du stockage, le Xperia 5 offre un espace de 128 Go qui pourra être augmenté grâce à une carte micro-SD (jusqu’à 1 To). À noter que l’emplacement de cette carte peut également être utilisé pour loger une seconde carte SIM.

Niveau son, le nouveau modèle de Sony fait l’impasse sur la prise casque, mais mise sur une sortie audio capable de restituer un flux en haute résolution (supérieure au CD, soit 24bits/192 kHz).

On notera la prise USB type C 3.1, permettant de transférer rapidement des données vers et depuis un ordinateur.

Enfin, le Xperia 5 se dote d’une confortable batterie de 3140 mAh , par ailleurs cette dernière bénéficie de la charge rapide 18 W : un bon point pour ce terminal signé Sony.

Prix et disponibilité du Sony Xperia 5

Le dernier-né des smartphones Sony sera disponible à partir du mois d’octobre 2019 au tarif de 799 €. Il sera proposé en 4 coloris : bleu, rouge, noir et gris.

Notons qu’une période de précommande s’ouvrira à partir du 9 septembre, et vous permettra d’acquérir gratuitement les écouteurs sans-fil WF-1000XM3.

Notre premier avis sur le Sony Xperia 5

Ce nouveau terminal made by Sony s’avère intéressant à plus d’un titre : il offre des prestations haut de gamme tout en résistant (à peu près) à l’accroissement de la taille des smartphones.

Même s’il ne se montre pas aussi compact que certains de ses prédécesseurs, Sony se distingue de la concurrence en proposant un terminal très complet et (relativement) facile à prendre en main.

Son triple capteur dorsal s’avère particulièrement complet et devrait proposer une expérience photo exhaustive et fort plaisante, grâce à son capteur principal épaulé par le processeur d’image BionZ X for mobile, qui dérive du capteur éponyme qui équipe les appareils les plus hauts de gamme de Sony.

Ce smartphone fort homogène devra toutefois affronter une concurrence exacerbée, incarnée notamment par les derniers modèles de Xiaomi ou encore de OnePlus.