Quelques semaines à peine après l’annonce du nouvel hybride plein format A7R IV et de la 7e itération du compact expert RX 100, Sony vient d’officialiser deux nouveaux hybrides à capteur APS-C : les Sony Alpha 6100 et Alpha 6600. Ils viennent se ranger aux côtés de l’Alpha 6400, récemment lancé par le constructeur japonais. Retour sur les caractéristiques, les points communs et les différences de ces deux nouveaux boîtiers.

Sony Alpha 6600 : le digne successeur de l’Alpha 6500

Le nouvel Alpha 6600 incarne le haut de gamme du portfolio des hydrides à capteur APS-C de Sony. Il succède à l’Alpha 6500, lancé en octobre 2016. Ce nouveau boîtier repose sur un capteur Exmor CMOS de 24,2 millions de pixels ; à l’instar de celui de son prédécesseur, ce capteur est stabilisé sur 5 axes.

Sony Alpha 6600

Contrairement à l’Alpha 6400, le nouvel hybride Alpha 6600 intègre la stabilisation du capteur sur 5 axes.

Il promet un autofocus d’une rapidité exemplaire, avec une mise au point effectuée en seulement 0,02 seconde. Pour ce faire, il se base sur un autofocus hybride (détection de contraste et détection de phase) composé de 425 points AF – comme sur son prédécesseur.

Les clichés générés mesurent 6000 x 4000 pixels au maximum – un bon point pour pouvoir rogner facilement ses images, et peuvent être enregistrées en RAW 14 bits.

Par ailleurs, il bénéficie des fonctionnalités avancées de détection et de suivi du sujet – nommés Real-Time AF tracking et Real-Time Eye AF tracking, récemment introduites sur l’Alpha 6400, dont vous pouvez retrouver le test dans les colonnes de Phototrend. Ces deux modes doivent fonctionner aussi bien en photo qu’en vidéo, et offrent la possibilité de shooter en rafale jusqu’à 11 images par seconde.

Test du Sony A6400, l’hybride APS-C ultra réactif

Basé sur un mécanisme d’intelligence artificielle, le Real-Time Eye AF tracking permet d’effectuer la mise au point en continue de manière extrêmement précise sur l’œil du sujet, même lorsque ce dernier est en mouvement – avec possibilité de prioriser l’œil droit ou l’œil gauche.

De même, le Real-Time Tracking, basé sur les derniers algorithmes développés par Sony, prend en compte la profondeur, la luminosité et la couleur de la scène comme autant d’informations spatiales pour optimiser le suivi du sujet.

Pour ce faire, l’Alpha 6600 s’appuie sur le processeur Bionz X (que l’on retrouve également sur des boîtiers tels le récent A7R IV ou le RX 100 VII, ou encore sur le A9) : ce dernier doit multiplier les performances par 1,8 par rapport à l’Alpha 6500. La sensibilité ISO évolue également : s’étendant en Auto de 100 à 6400 ISO, elle peut désormais aller de 50 à 102 400 ISO (en photo uniquement).

En vidéo, l’Alpha 6600 est capable de filmer en 4K/UHD à 30 fps maximum (et non à 60 fps comme certains auraient pu l’espérer…). Pour des séquences en slow motion, il faudra se contenter du Full HD, qui permet de filmer jusqu’à 120 fps.

Le dernier-né de Sony propose un grand nombre de profils d’image, incluant notamment des modes S-Log2 et S-Log 3, mais aussi HLG (Hybrid Log Gamma) et HLG 1-3. Mentionnons également l’apparition de la capture vidéo en HDR, dont les images pourront être exploitées avec un moniteur compatible.

Le constructeur japonais met également en lumière le mode Super 35 mm, qui permet une lecture haute vitesse de l’intégralité des pixels (sans pixel binning) – un point que l’on retrouve sur la caméra vidéo professionnelle Sony FS5, ainsi que sur l’hybride plein format A7R IV.

Si le boîtier en lui-même évolue très peu par rapport à son prédécesseur, on notera toutefois l’apparition d’une prise casque aux côtés de la prise jack, une première sur cette gamme d’hybrides Sony. L’appareil mesure 120,0 x 66,9 x 69,3 mm, et pèse environ 503 grammes (carte mémoire et batteries incluses).

La visée est assurée par le grand écran tactile inclinable de 2,95 pouces de 921 000 de points, mais également par le viseur électronique de 2,3 millions de points couvrant 100% du champ et offrant un rapport de grossissement de 1,07x.

L’autre évolution de l’Alpha 6600 par rapport à son prédécesseur se situe au niveau de l’autonomie : misant sur une batterie de type NP-FZ100, il doit se montrer plus endurant que l’Alpha 6500 et procurer jusqu’à 720 clichés avec le viseur, et 810 clichés avec l’écran LCD. En vidéo, la batterie permet de capturer jusqu’à 150 minutes. Une excellente autonomie qui ravira les photographes et les vidéastes en voyage.

Le nouveau Sony Alpha 6600 offre également une très bonne connectivité, intégrant un slot pour cartes SD, SDHC et SDXC (compatibles UHS-I), mais également pour les cartes… Memory Stick. Le boîtier est équipé du NFC, du Wifi (2,4 Ghz, normes b/g/n) et Bluetooth (version 4.1), permettant de connecter l’appareil à un smartphone pour le contrôler à distance et transférer les médias. Notons aussi la présence d’un port HDMI (Type-D) et… d’une prise micro-USB, Sony n’ayant pas encore passé le pas de l’USB Type C, pourtant de plus en plus répandu.

Retrouvez ci-dessous un sélection de photos capturées avec le Sony Alpha 6600 (fournies par la marque) :

Sony Alpha 6100 : l’hybride abordable, mais pas au rabais !

En parallèle, Sony a dévoilé l’Alpha 6100, une version sans doute moins haut de gamme mais qui propose des atouts non-négligeables.

Il repose sur le même capteur CMOS Exmor de 24,2 millions de pixels que l’Alpha 6600, et propose le même autofocus hybride (détection de phase et contraste) offrant le même nombre de collimateurs AF (425 points).

Cependant, le capteur du « petit » Alpha 6100 n’est pas stabilisé, contrairement à celui de l’Alpha 6600 qui est stabilisé sur 5 axes.

Cela étant, il propose aussi les fonctionnalités avancées de détection et de suivi de la mise au point Real-Time Eye AF et Real-Time AF Tracking, avec la possibilité de shooter en rafale jusqu’à 11 images par secondes : un excellent point qui permettra aux photographes d’effectuer de très bons portraits, quel que soit leur expérience en la matière.

On retrouve également le même processeur BionZ X, ainsi que la possibilité d’enregistrer les photos en RAW 14 bits. La plage ISO est toutefois plus réduite que sur l’Alpha 6600 : allant de 100 à 32 000 ISO, elle ne peut être étendue qu’à 51 200 ISO (contre 102 400 ISO). Il utilise toutefois les mêmes algorithmes de réduction du bruit et de restitution des détails que l’Alpha 6600, et doit permettre – en théorie – d’obtenir des photos de bonne facture à main levée, même lorsque la lumière vient à baisser.

Du côté de la vidéo, le Sony Alpha 6100 est lui aussi capable d’enregistrer des séquences en 4K/UHD à 30 images par secondes maximum. Les amateurs de ralentis particulièrement fluides seront heureux de retrouver la possibilité de shooter à 120 fps… mais en Full HD seulement.

Mentionnons également la possibilité de réaliser des vidéos en timelapse (fonctionnalité que l’on retrouve également sur son grand frère l’Alpha 6600) : les images peuvent être visualisées à vitesse variable depuis l’appareil et montées sur ordinateur.

Contrairement au Sony Alpha 6600, il fait toutefois l’impasse sur les modes S-Log et HLG, ainsi que sur la possibilité de filmer en HDR. De même, la fonction Real-Time Eye Tracking est absente en vidéo.

Le boîtier du Sony Alpha 6100 possède des dimensions très similaires à celles de son grand-frère (120 x 66,9 x 59,4 mm) et pèse seulement 396 grammes sur la balance (batterie et carte mémoire incluses). Un bon point pour les photographes voulant voyager léger.

L’Alpha 6100 intègre un écran tactile de 3 pouces de 921 000 points, pouvant être incliné vers le haut pour faciliter la prise de selfies, mais également vers le bas. La visée peut également être effectuée grâce au viseur électronique de 1 440 000 points… ce qui nous paraît un peu juste pour être suffisamment confortable sur le terrain.

Sur le terrain de l’autonomie, l’Alpha 6100 se différencie de son grand frère, l’Alpha 6600 par sa batterie : celle  ci n’offre une autonomie que de 420 photos avec l’écran LCD et seulement 380 photos avec le viseur. Heureusement, le boîtier peut être rechargé en USB, offrant la possibilité d’utiliser une batterie externe pour redonner des couleurs à l’hybride de Sony.

La connectivité s’avère quasiment identique à celle de l’Alpha 6600, bénéficiant lui aussi du NFC, du Bluetooth, du Wifi et d’un slot pour cartes SD, SDHC, SDCX (compatible UHS-1) et Memory Stick. On retrouve également une prise HDMI (Type D) ainsi qu’une prise jack permettant de connecter un micro externe ; en revanche, il fait l’impasse sur la prise casque, pourtant fort utile pour contrôler l’enregistrement du son en vidéo.

Retrouvez ci-dessous une sélection de photos capturées avec le Sony Alpha 6100 (fournies par la marque) :

Voici un tableau comparatif des Sony Alpha 6100 et Alpha 6600 :

 Sony Alpha 6100Sony Alpha 6600
CapteurCMOS Exmor 24,2 MpxCMOS Exmor 24,2 Mpx
Stabilisation du capteur (IBIS)NonOui
ProcesseurBionZ XBionZ X
MontureEE
Viseur électroniqueOLED, 1,4 millionsOLED, 2,3 millions de points
ÉcranLCD, 3 poucesLCD, 3,2 pouces
AutofocusAF hybride, 425 pointsAF hybride, 425 points
Couverture AF84%84%
Plage de fonctionnement AFEV-2 à EV20EV-2 à EV20
Vitesse AF0,02 seconde0,02 seconde
Sensibilité du capteur100 – 32 000 ISO, extensible jusqu'à 51 200 ISO100 – 32 000 ISO, extensible à 50-102 400 ISO
RafaleJusqu'à 11 i/s (avec suivi AF/AE), 8 i/s en obturateur silencieux, buffer de 31 images en RAW+JPEGJusqu'à 11 i/s (avec suivi AF/AE), 8 i/s en obturateur silencieux, buffer de 44 images en RAW+JPEG
ObturationDe 1/4000s à 30sDe 1/4000s à 30s
Compatibilité RAW 14 bitsOuiOui
Vidéo4K 30 fps, FHD 120 fps4K UHD 30 fps, FHD 120 fps
Mode Super 35 mmOuiOui
Profils colorimétriques vidéoStandardStandard, S-Log2, S-Log3, HLG
Vidéo HDRNonOui
TimelapseOui, intervallomètre allant de 1 à 60 secondesOui, intervallomètre allant de 1 à 60 secondes
StockageSD, SDXC, SDHD (compatible UHS-I), Memory Stick PRO-HG Duo, Memory Stick Micro (M2)SD, SDXC, SDHD (compatible UHS-I), Memory Stick PRO-HG Duo, Memory Stick Micro (M2)
Connectivité sans-filWifi 2,4 Ghz, normes b/g/nWifi 2,4 Ghz, normes b/g/n
Prise microOuiOui
Prise casqueNonOui
Prise USBMicro-USBMicro-USB
HDMIHDMI Type DHDMI Type D
BatterieNP-FZ50NP-FZ100
Autonomie photo380 photos (viseur), 420 photos (écran LCD)720 photos (viseur), 810 photos (écran LCD)
Autonomie vidéo70 minutes (viseur), 75 minutes (écran LCD)140 minutes (viseur), 150 minutes (écran LCD)
Rechargement via port USBOuiOui
Dimensions120 x 66,9 x 59,4 mm120,0 x 66,9 x 69,3 mm
Poids396 grammes503 grammes

Prix et disponibilité des Sony Alpha 6600 et Alpha 6100

Les deux nouveaux hybrides APS-C de Sony seront tous les deux disponibles à partir du mois d’octobre prochain.

Le Sony Alpha 6600 est disponible en précommande à partir de 1599 €, et sera aussi disponible en kit avec l’objectif Sony E 18-135 mm f/3,5-5,6 OSS au tarif de 1999 €.

De son côté, le Sony Alpha 6100 sera disponible à partir de 899 € (nu) et sera proposé en deux kits. Le premier inclut l’objectif Sony E 16-50 mm f/3,5-5,6 OSS PZ ; l’ensemble est disponible au tarif de 999 € en noir ou en gris argenté .

Enfin, un second kit sera disponible, incluant le boîtier, l’objectif 16-50 mm f/3,5-5,6 OSS PZ ainsi qu’un télézoom Sony E 55-210 mm f/4-6,3 OSS pour un total de 1249 €.

Notre premier avis sur ces deux nouveaux hybrides APS-C Sony

Avec ces deux nouveaux boîtiers, Sony renouvelle sa gamme d’hybrides APS-C et offre deux nouveaux appareils très équilibrés, mais au positionnement stratégique très différent.

D’un côté, l’Alpha 6100 vise avant tout les utilisateurs (assez) novices mais désirant approfondir leur pratique de la photographie en bénéficiant d’un boîtier fort complet et bénéficiant des dernières avancées de Sony en matière d’autofocus et de performances. Il cible une population déjà habituée à prendre des photos au quotidien ou en voyage avec un smartphone ou un compact avancé.

Son prix relativement contenu (moins de 1000 €) permet sans doute à cet Alpha 6100 d’offrir un très bon rapport qualité-prix, et devrait trouver très rapidement son public.

À l’opposé, l’Alpha 6600 incarne le (très) haut de gamme de la gamme APS-C de Sony et pourrait bien séduire les photographes et les vidéastes pouvant être rebutés par les prix des boîtiers full frame.

Son capteur stabilisé 5 axes, son processeur Bionz X (le même que celui du A9, du A7R IV ou du RX 100 VII) et les nouveaux modes de détection et de suivi AF (sans oublier sa batterie d’une grande capacité) sont autant d’arguments en sa faveur. Espérons toutefois que Sony a (enfin) mis de l’ordre dans les menus de ses boîtiers, qui sont parfois assez alambiqués.

Ces nouveaux boîtiers bénéficient également d’un parc optique très étendu : en effet, la monture E compte pas moins de 54 objectifs. À ce titre, Sony a profité du lancement de ces deux hybrides pour annoncer deux nouvelles optiques, les Sony E 16/55 mm f/2,8 G S et E 70-350 mm f/4,5-6,3 G OSS, dont vous pouvez retrouver les caractéristiques détaillées dans cet article.

Il ne reste plus qu’à voir comment ces deux boîtiers se débrouilleront sur le terrain, et s’ils peuvent prétendre au titre de meilleurs hybrides APS-C de ce 2e semestre de l’année 2019.

Sony E 16-55 mm f/2.8 G et E 70-350 mm f/4.5-5.6 G OSS : nouveaux zooms pour hybrides APS-C de Sony