La série « Homes at night » de Todd Hido présente sans ambiguïté son sujet : des maisons vues de nuit. Des photos qui jouent sur leur banalité, des photos de choses que nous connaissons tous, et qui amènent ainsi le spectateur à se construire son propre récit. « Une chose qu’il est important de savoir sur mon travail est que tout n’est pas à propos de moi ou de choses que j’ai rencontrées… beaucoup de récits viennent de choses que j’ai vues chez d’autres », précise d’emblée Todd Hido.

© Todd Hido

© Todd Hido

Le photographe Todd Hido s’est forgé une carrière en créant des images qui semblent familières, à la manière d’un voyeur du quotidien. Ses paysages uniques – souvent dépourvus de figures humaines, mais néanmoins imprégnés d’énergie – résonnent parce qu’ils nous donnent l’impression d’être tirés directement de souvenirs de notre mémoire.

Dorothea Lange a déclaré : « C’est la tâche du photographe de décrire ce qui existe et qui prévaut. » J’ai compris ce message grâce au travail de Robert Adams, qui a clairement fait cela magnifiquement et avec précision pendant presque toute sa carrière.

Une précision du réel auquel le photographe tient, de par un travail sur la lumière ; fan de Edward Hopper, il s’inspire de ses oeuvres au niveau des jeux d’ombres et de lumière pour créer des atmosphères familières.

© Todd Hido

© Todd Hido

© Todd Hido

Aucune silhouette humaine ni habitants dans les maisons, en raison du fait qu’« il s’agit d’une coquille vide, le spectateur peut y placer ses propres souvenirs ou créer un récit qui serait autrement bloqué par la réalité de ce qu’il contient réellement. »

En tant que spectateur, il est possible de voir comment ces images peuvent potentiellement faire apparaître des idées inconfortables sur la maison et la famille. Est-ce intentionnel ? Aussi, y a-t-il un récit qui fonde la série Homes at Night ? Il est difficile de répondre à ces questions tant Todd Hido se place en retrait de ses photos : « Dans mon esprit, le sens ou les récits dérivés d’une œuvre d’art résident dans le spectateur. Il y a toujours de multiples interprétations, mais l’une des choses les plus curieuses que j’entends de ma série « Homes at night » est que les gens me disent qu’ils se connectent à mon travail parce que cela leur rappelle quelque chose de leur propre passé. »

© Todd Hido

La mémoire et la familiarité (cette fameuse impression de « déjà-vu ») apparaîssent ainsi comme la ligne de son travail.

Retrouvez le travail de Todd Hido sur son site.