Air France dévoile une très belle vidéo réalisée par Daher et Airborne Films pour promouvoir son Boeing 787 Dreamliner. Outre l’aspect publicitaire de cette vidéo, les images n’en sont pas moins incroyables grâce à une technologie de prise de vue de pointe et un enregistrement ultra haute définition en 8K.

Comme vous pouvez le constater, les images aériennes sont très belles, extrêmement stables et fluides et donnent l’impression que le Boeing 787 Dreamliner flotte dans l’air. Finalement, le plus intéressant dans tout cela, c’est de savoir comment a été réalisée cette vidéo. Air France a pensé à tout, en nous dévoilant le making-of pour nous aider à comprendre quel est l’investissement humain et technique d’une telle opération.

Le but était clair : filmer ce Boeing 787 en vol avec le plus haut niveau de cinématographie aérienne possible. Le système géostabilisé très performant Shotover F1 a été utilisé, une plate-forme stabilisée sur 6 axes, compacte et construite en fibre de carbone. À l’intérieur une caméra Red Helium 8K a été montée pour enregistrer des images en ultra haute définition. Ce système a été positionné sous l’aile d’un TBM grâce à la collaboration de Daher, constructeur de l’avion porteur pour pouvoir le développer et l’adapter au vol en fonction des études aérodynamique et de résistance.

Les tests de sécurité sont importants afin de pouvoir filmer en conditions réelles. Le TBM a été choisi pour transporter la plateforme et la caméra car c’est un avion rapide, maniable, compatible avec la vitesse des jets, comprenant 6 places, pratique pour transporter une équipe telle que le réalisateur et l’opérateur du système en plus du pilote. Il correspond également au plus haut niveau d’exigence en matière de sécurité et vol pour ce type d’opération.

En plus de la vidéo finale, voici une vidéo très intéressante qui montre l’envers du décor, l’organisation nécessaire pour réaliser de telles images, l’exécution des plans en fonction des conditions aéronautiques et météorologiques, les mouvements à effectuer préparés en amont via des logiciels 3D ainsi que tout l’investissement humain que cela implique.

Merci Gonzague pour l’info.