En partenariat avec la plateforme de vente de photographie d’art en ligne ArtPhotoLimited, Phototrend vous fait découvrir une sélection d’artistes photographes qui proposent leurs photographies d’art en édition ultra limitée.

Pour cette seizième sélection, nous faisons remonter à la surface quelques bons souvenirs avec une archive de la Coupe du Monde 1998, avant d’aller explorer un décor digne de Star Wars et un photomontage mêlant vagues et écran, puis nous vous emmenons vous rafraîchir en Islande et découvrir des créations étonnantes un peu lunaires.

L’Equipe

Malmené par l’Occupation, le journal L’Auto finit par changer de nom et devient L’Equipe en 1946. D’abord trimestriel puis mensuel, il devient rapidement l’un des premiers quotidiens français consacrés au sport dans son ensemble, de l’automobile au vélo en passant par les sports collectifs comme le football. Avec la coupe du monde 2018, ses ventes en kiosque atteignent des sommets.

Et ce n’est pas étonnant quand on voit que la coupe du monde actuelle a généré une ferveur dans le pays que beaucoup mettent en parallèle avec celle de 1998. Ainsi, pour l’occasion, ArtPhotoLimited met à l’honneur les archives photographiques du journal, en mêlant des photos de la coupe du monde de cette année et de son aînée d’il y a 20 ans. A l’époque, l’équipe comptait plusieurs stars dont les noms sont restés ancrés dans la mémoire collective sportive comme Zinedine Zidane et Fabien Barthez, un gardien à la tête chauve et aux arrêts légendaires, que l’on voit ici sur cette image effectuer un saut un peu particulier au-dessus d’un joueur brésilien !

© L’Equipe – « Brésil Finale de la Coupe du Monde 1998 »

Anthony Supply

Ayant débuté la photo par l’urbex (ou exploration urbaine), Anthony Supply fait fusionner ses thèmes de prédilection dans ses images : le voyage, le patrimoine et l’architecture qui entourent les hommes, et le temps qui passe à travers le témoignage des objets de la vie.

Ainsi, sa série photographique « Hermeneutis » rassemble un ensemble d’images de lieux urbains où les lignes et les parallélismes jouent un rôle majeur : ce sont des intérieurs, de grands salons, et des décors de bâtiments ou pistes de décollage qui se rapprochent d’un paysage à la « space opera » comme Star Wars dont cette photo fait partie. Il cherche ainsi à encourager l’exercice de l’herméneutique, c’est-à-dire la capacité à lire et interpréter ce que l’on voit ou ce que l’on lit.

© Anthony Supply – « Hermeneutis n°5 »

Gianni Grattacaso

Originaire du Sud de l’Italie, Gianni Grattacaso travaille aujourd’hui pour le Parc national du Cilento à Agropoli, réserve et parc naturel de biosphère classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998. Ce sont ces lieux qui lui ont inspiré une grande partie de son oeuvre photographique : il apprécie surtout d’expérimenter, autour de la photo numérique et analogique, afin d’explorer, par ses images façonnées, tout le quotidien autour de lui (la nature, les éléments, les grands espaces…).

Ainsi, son photo-montage intitulé « Traces » qui fait partie d’une série « Frames » commandée pour le calendrier 2011 pour le Parc national du Cilento, illustre bien ses expérimentations photographiques et ses thématiques de prédilection. Ici l’écran installé sur la plage, d’où sort (ou rentre ?) l’écume des vagues marines, personnifie le jeu entre réalité et fiction et met à l’honneur la beauté simple de la nature.

© Gianni Grattacaso – « Traces »

Fabien Voileau

Aujourd’hui membre du collectif Hans Lucas et du Fresh Air Club du magazine Les Others, Fabien Voileau est un grand voyageur dans l’âme : Australie, Amérique du Nord, Moyen-Orient, Asie, etc. Ce globe-trotteur se passionne assez tôt pour la photographie et y voit une manière, à travers toutes ses excursions, de témoigner des envies d’évasion et de découverte de la jeunesse contemporaine.

Sa photo « Iceland Countryside » rend bien compte de cette envie de voyage et de cette « ivresse des grands espaces ». Avec ses airs de décor du « Seigneur des Anneaux », ce paysage islandais ressemble presque à une peinture à l’huile, soulignant la beauté et la douceur froide des espaces sauvages et immaculés du pays.

© Fabien Voileau – « Iceland Countryside »

Muhammad Saputra

Ce que l’on retient de Muhammad Saputra, c’est sa capacité à rendre la photo dite « still life » (nature morte ou objets inanimés) bien vivante. A travers ses photos, qu’il met en scène avec des objets qu’il fabrique, bricole ou récupère, il cherche avant tout à faire passer des idées, des messages, tout un univers qu’il lui est propre. Il s’inspire beaucoup de ses souvenirs d’enfance, mélangeant la photographie avec les arts manuels, le monde de la bande-dessinée et du cartoon… Ce qui en fait un style unique!

Attachées au monde de l’enfance, du rêve, et de l’espace, beaucoup de ses photographies mettent en scène des astronautes ou des décors oniriques et cosmiques où les étoiles, les astres, le ciel et les formes sphériques ont de l’importance. Son image « The Dancing Astronaut » n’en est qu’un exemple parmi tant d’autres, illustrant bien son jeu photographique autour des objets et de leur mise en situation.

© Muhammad Saputra – « The Dancing Astronaut »

N’hésitez pas à jeter un coup d’oeil aux autres photographes et artistes représentés sur ArtPhotoLimited et à choisir une de leurs photographies d’art en tirage ultra limité. Rendez-vous à la prochaine sélection !

En savoir plus sur ArtPhotoLimited.