C’est un Zoom Photographe coloré et pétillant que nous partageons aujourd’hui. David LaChapelle, aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands photographes de notre époque, aime jouer avec des décors rocambolesques, des célébrités glamours, l’histoire de l’art et les influences religieuses pour nous offrir des œuvres à la fois provocatrices et engagées.

David LaChapelle

Madonna © David LaChapelle

Né le 11 mars 1963 dans le Connecticut (États-Unis), David LaChapelle a grandi en Caroline du Nord avec ses parents. Attiré très tôt par l’art, il commence par dessiner et peindre ce qu’il a en tête. Il découvre la photographie pendant des vacances à Puerto Rico avec sa famille. Sa mère en bikini lui sert de modèle et il immortalise ce moment intime proche du glamour hollywoodien.

David LaChapelle

© David LaChapelle

À l’école, il découvre le harcèlement réservé aux élèves homosexuels. Profondément marqué par les remarques de ses camarades, il fuit sa maison à l’âge de 15 ans pour devenir serveur au célèbre club Studio 54 à New York. C’est à ce jeune âge qu’il entre en adoration avec la photographie.

Une arrivée rapide dans le monde de la photographie

Installé dans cette ville bourdonnante et artistique qu’est New York, le jeune David se fait rapidement des ami(e)s qui l’encouragent à faire de la photographie. Sous l’impulsion de son père, il retourne à l’école, mais cette fois à l’école d’art de Caroline du Nord. Il y prend des cours de dessin, de peinture, mais également des cours de photographies qui lui font connaitre son amour profond pour cet art.

David LaChapelle

Léonardo DiCaprio © David LaChapelle

C’est lors d’un concert que sa carrière va décoller alors qu’il n’a que 19 ans. David LaChapelle rencontre Andy Warhol, directeur du magazine Interview, et lui propose de lui montrer ses photographies. Le lendemain, son portfolio rempli d’images oniriques et de corps nus en noir et blanc (voir Good News for Modern Man plus bas) avait convaincu le grand artiste Pop Art qui l’embauchait en tant que photographe.

Son premier cliché pour le magazine a été un portrait des trois membres du groupe Beastie Boys sur Time Square en 1985.

David LaChapelle

The Beasties Boys, 1985 © David LaChapelle

« Le succès pour moi c’est d’être une bonne personne, de bien traiter les autres. »

David LaChapelle

Couverture de Lil Kim © David LaChapelle

Ce magazine créé en 1969 par Warhol tombe aujourd’hui dans la postérité puisque la direction a décidé le 24 mai 2018 d’arrêter sa publication, malmenée entre scandale sexuel, salaires impayés et poursuites judiciaires. À l’époque de David LaChapelle, Interview était un magazine très influent dans le monde des arts et des célébrités.
David LaChapelle

Couverture de Björk © David LaChapelleSa première série « Good News for Modern Man » est sortie quand il avait 21 ans. Avec l’aide d’une amie new-yorkaise hébergeant une chambre noire ainsi qu’une galerie d’art, il exprime à travers des photographies en noir et blanc très oniriques les sujets métaphysiques qui l’ont toujours passionné : la mort, l’âme, la vie, le corps et la nudité.

Le titre de la série fait référence à la traduction anglaise de la Bible parue en 1966. Cette culture chrétienne suit la carrière et l’inspiration de David LaChapelle tout au long de sa vie avec des influences, des questionnements, des remises en cause, des références…

David LaChapelle

Good News For A Modern Man © David LaChapelle

Une carrière au milieu du faste hollywoodien

David LaChapelle côtoie les plus grandes personnalités du monde de l’art, du cinéma, de la musique et de la mode. Pour Interview, Rose McGowan, Björk, Elton John, Lady Gaga, Tupac ou encore The Olympics passent devant son objectif dans des positions et des tenues souvent originales et provocatrices.

David LaChapelle

Tupac © David LaChapelle

Sa carrière est lancée et de nombreux autres magazines lui proposent des collaborations : GQ, le New York Times Magazine, Rolling Stone, Vanity Fair, Vogue…

David LaChapelle

Katy Perry © David LaChapelle

Inspiré par le photographe et réalisateur James BidGood, Salvador Dalí, la photographe Cindy Sherman ou encore le plasticien Jeff Koons, le Pop-Art d’Andy Warhol et le peintre de la Renaissance Michel-Ange, David LaChapelle aime mettre en scène de beaux corps nus dans un univers fantaisiste et coloré. Ses œuvres sont un mélange de références populaires et d’histoire de l’art pour montrer les surplus de la consommation américaine et la personnalité de son sujet.

David LaChapelle

Fleurs du Mal © David LaChapelle

« Les gens disent que les photographies ne mentent pas, les miennes si. »

David LaChapelle

Nativity Groupshot © David LaChapelle

Une technique unique et efficace

Ses photographies ne sont pas prises pour plaire aux spectateurs. David réalise ce qu’il aime et est honnête avec lui-même pour pouvoir produire des images puissantes qui lui plaisent et qui peut-être vont plaire au public. Ainsi les critiques sur son style décalé, provocateur et engagé ne l’intéressent guère.

Loin du minimalisme actuel, les images de David LaChapelle sont très travaillées, surtout en amont de la séance photo. Tous les détails ont été étudiés pour que le spectateur comprenne bien le message de la photographie.

David LaChapelle

© David LaChapelle

Les retouches photo sont minimes et les décors surréalistes sont montés de toutes pièces. Pour lui, « c’est beaucoup plus drôle, si on veut photographier une fille assise sur un champignon de fabriquer le champignon et de l’asseoir dessus, que de le faire à l’ordinateur. »

David LaChapelle

Elton John © David LaChapelle

Au-delà des stars populaires connues du grand public, David LaChapelle travaille également avec des artistes plus controversés, comme sa muse, Amanda Lepore. Née Armand Lepore, Amanda est désormais une femme trans américaine connue dans le monde du mannequinat et de la musique.

David LaChapelle

Lady Gaga © David LaChapelle

Leur rencontre dans les années 90 dans un bar new-yorkais a été très fructueuse et depuis leur collaboration n’a cessé de s’étendre. Sur la photographie ci-dessous, le photographe a remplacé le portrait pop-art de Marilyn Monroe par celui d’Amanda. Un pied de nez au diktat de la beauté et un clin d’œil à son modèle, Andy Warhol.

David LaChapelle

Amanda Lepore © David LaChapelle

Un artiste multitalent

Parallèlement à la photographie, David se lance dans la réalisation de clips vidéo, de publicités et de documentaires pour divers personnalités et clients. L’ex-chanteuse sage de Disney, Christina Aguilera, fait appel à ses talents pour la réalisation du clip de sa chanson Dirrty. Comme l’annonce le titre, la chanteuse sage se transforme en reine du déhanché sexy avec assez peu de tissu sur son corps. Les critiques tombent, dénonçant une « orgie post-apocalyptique », comme ce sera le cas quelques années plus tard pour Miley Cyrus.

Mais le clip le plus original et nouveau que David LaChapelle a réalisé est surement celui de Florence + The Machine pour Spectrum. Les décors et les costumes extravagants se mélangent avec audace à la danse classique et à ses tutus traditionnels.

Elton John, Jennifer Lopez, Whitney Houston, Avril Lavigne ou encore Amy Winehouse, Britney Spears et Robbie Williams passent dans les décors farfelus de David LaChapelle pour embellir leur musique.

En termes de publicité, l’artiste est également très demandé. Schweppes l’avait invité avec Uma Thurman, Burger King voulait une publicité drôle pour son Fantasy Ranch ainsi qu’H&M aussi pour ses Roméo et Juliette.

David aime généralement glisser un message fort dans la plupart de ses créations. Pour la publicité Diesel, il n’hésite pas à afficher un couple de militaires homosexuels qui s’embrassent pour promouvoir la tolérance envers les LGBT et dénoncer l’hypocrisie de l’armée américaine sur le sujet. En effet, les soldats peuvent se faire renvoyer de l’armée s’ils avouent au grand jour leur homosexualité.

David LaChapelle

Publicité Diesel © David LaChapelle

Mais David n’en finit pas de nous surprendre. En 2002, il visite avec des amis les quartiers les plus chauds de Los Angeles et y découvre une danse héritée du hip-hop, le Krump. Comme une révélation, il décide d’en faire un documentaire, Rize, qui sortira trois ans plus tard.

David LaChapelle

Uma Thurman © David LaChapelle

“Je ne veux pas que l’on soit repoussé à la vue de mes photos ; je cherche toujours à attirer.”

David LaChapelle

Doll House © David LaChapelle

Le tournant

En 2006, le photographe au sommet de sa carrière décide de tout quitter pour se consacrer à ses projets personnels et vivre loin de la société de consommation occidentale. Il disait avoir fait le tour de la photographie de stars et trouvait qu’il tournait en rond dans un matérialisme qui le répugnait.

Ainsi, il décide de s’installer dans une ferme biologique à Hawaï, persuadé que le bonheur ne se trouve pas dans la consommation excessive de nouvelles choses toujours plus chères et plus belles.

David devient donc un paysan qui vit de ses récoltes et pollue le moins possible. Dans ses réflexions écologistes, l’artiste développe un projet photographique hors du commun nommé Land Scape.

David LaChapelle

Pacific Sunset, Land Scape © David LaChapelle

« J’aime penser à la fragilité de la chair humaine et de nos corps, notre décomposition et notre mort éventuelle. »

David LaChapelle

Land Scape © David LaChapelle

Land Scape est un projet engagé contre les raffineries de pétrole et sur leur impact sur la société et la planète. David LaChapelle tente de faire comprendre au spectateur que la Terre est en train d’exploser à cause du nombre grandissant d’humains non respectueux de la nature. L’avidité de la société de consommation gouverne nos esprits, et seule notre conscience peut nous sortir de ce cercle vicieux.

Pour faire réagir le spectateur, le photographe n’a pas pris en photo de simples raffineries de pétrole. Tous les clichés sont pris à partir de maquettes réalisées avec nos objets du quotidien fabriqués à partir de l’industrie pétrolière. Des cannettes, des pailles en plastique, des fers à lisser ou encore des boites de conserve sont visibles sur les photographies de Land Scape. Ainsi, David souhaite nous montrer que malgré notre bien-pensance, nous sommes tous concernés par ce sujet préoccupant et qu’il est temps de réagir à notre échelle.

La postérité et son actualité récente

Ce grand photographe américain a évidemment reçu de nombreux prix pour ses travaux. Dès 1995, le French Photo Magazine et l’American Photo Magazine lui donnent le prix du Meilleur nouveau photographe de l’année. Quatre ans plus tard, CNN le classe deuxième dans la liste des 20 personnes à suivre en 2000. Puis en 2004, il est élu réalisateur de l’année pour le clip It’s my Life du groupe de rock No Doubt. Huit ans plus tard, il est désigné artiste de l’année par le club des amis américains du Museum d’art de Tel-Aviv.

David LaChapelle

Loaves and Fishes © David LaChapelle

À la fin de l’année 2017, Taschen a également édité une rétrospective de l’artiste où David LaChapelle compilait ses plus belles photographies. Elle est répartie en deux volumes, Lost and Found Part 1 et Good News Part II, tous les deux vendus au prix de 50€ chez ce célèbre éditeur allemand au format XL. Sur la couverture du premier, on peut voir Miley Cyrus, autre ex-star mignonne de Disney, poser nue dans un décor fantastique et rosé. À l’arrière, elle apparait à quatre pâtes dans une cellule de prison en train de chercher la lumière de deux fines fenêtres, comme coincée dans sa prison intérieure.

David LaChapelle

Couverture de Lost and Found Part I © David LaChapelle

Toutes les grandes stars et toutes les autres œuvres sont publiées dans ces deux livres exceptionnels. La plupart des photographies n’ont encore jamais été éditées sous la forme de livre. Lost and Found répertorie plutôt les portraits de stars et les images de Land Scape alors que le deuxième tome est plus personnel et revient sur les photographies personnelles de LaChapelle, baignées dans un univers irréel et biblique.

Le parcours atypique de David LaChapelle lui a fait rencontrer de grands noms aussi artistiques et originaux que lui, permettant à chacun d’exprimer au mieux sa personnalité dans les créations du photographe.

Ses œuvres resteront dans la postérité comme les portraits de stars les plus originales et les moins habillées que le monde ait connues. Ce côté provocateur lui a surement valu beaucoup de critiques, mais sans cette audace, l’artiste n’aurait pas connu un tel succès. Espérons qu’il n’ait pas encore fini de nous surprendre.