Les photographes kenyans Peter Irungu et Rey Matata ont réalisé une série de portraits originaux et colorés aux chapeaux extravagants venus tout droit des traditions des côtes littorales du pays.

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Basé à Nairobi, la capitale du Kenya, Peter Irungu est devenu photographe il y a trois ans. Grâce aux tutoriels, aux articles (Mercredi Pratique) et à la pratique, il a su prendre de l’expérience dans l’art de la photographie. Ses compositions souvent minimalistes documentent les paysages africains, mais aussi les portraits de ses habitants.

Rey Matata pour sa part est un ancien biochimiste basé lui aussi dans le centre névralgique du Kenya. Également imprégné des tendances photographiques du moment, il capture son pays et ses habitants pour produire les plus belles images.

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Il y a deux ans, ce duo s’est rendu au festival Shela Hat dans la ville de Lamu sur les côtés kenyanes. Cet évènement rassemble tous les deux ans de nombreuses personnes qui participent en fabriquant des chapeaux à l’aide de matériaux de la vie quotidienne. À la fin, le jury désigne le chapeau le plus réussi du festival. Cette année, il s’est tenu du 16 au 17 février 2018 sur cette île sans stress, sans route et sans voiture, dont le slogan est « Hakuna Matata », « pas de problème » en swahili.

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Shela : A Hat Story © Peter Irungu

Les deux artistes sont donc allés aux deux dernières éditions de ce festival pour y installer leur mini-studio et photographier les participants. Peter nous explique sa démarche : « Pour un look différent, mais cohérent, nous avons conçu un mini-studio avec deux lumières professionnelles et une toile de fond vert foncé. Nous avons mis un gel rouge sur l’une des lumières pour séparer le sujet de l’arrière-plan et aussi pour le drame et la profondeur nécessaires. »

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Shela : A Hat Story © Peter Irungu

Une fois installés, les modèles se sont succédé avec leurs chapeaux plus ou moins excentriques. Grâce à un ordinateur et à une imprimante, les artistes sortaient directement les portraits des participants et leur donnaient en souvenir. Peter Irungu et Rey Matata étaient équipés d’un Canon 6D et d’un objectif 50mm f/1.8.

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Shela : A Hat Story © Peter Irungu

Mais le travail en postproduction est également considérable. En effet, si l’on regarde l’aménagement du mini-studio ci-dessus, aucun contour n’apparait. Ils ont été incorporés ensuite pour animer les photographies.

Ces contours sont inspirés des portes traditionnelles de Lamu qui sont ornées de motifs de la sorte, comme le montre la photographie ci-dessous. Grâce à l’aide d’autres artistes, le graphisme a été repris avec des couleurs vives et inspirantes.

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Shela : A Hat Story © Peter Irungu

Ce projet a tellement plu à Rey et Peter qu’ils comptent bien reprendre le même thème, la culture du Kenya et la conception unique en post production, pour leurs autres projets.

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Shela : A Hat Story © Peter Irungu2018

N’hésitez pas à visiter le site de Peter Irungu et Rey Matata, deux artistes à suivre de près pour la suite des évènements. Vous pouvez aussi vous inspirer de leur travail pour réaliser des portraits aux arrière-plans maitrisés.

Shela : a Hat Story © Peter Irungu

Shela : A Hat Story © Peter Irungu