Pour la 11ème édition, le Sony World Photography Awards dévoile sa longue liste des finalistes. Pour faire court, Phototrend vous a concocté une sélection des 25 plus belles photographies parmi les quatre catégories.

Le concours, qui se veut l’un des plus grands au monde, est divisé en 4 catégories : la « Professional Competition », ouverte aux photographes pros qui présentent l’ensemble d’une série et elle-même subdivisée en 10 thèmes photo ; « l’Open Competition », ouvert à tous, sur la base d’une image unique, et répartie en 10 thèmes ; la « Youth Competition », réservée aux jeunes amateurs entre 12 et 19 ans ayant envoyé une image répondant au thème de « Your Environment » ; et enfin la « Student Focus Competition » dédiée aux étudiants en photographie, sur le thème de « Parley for the Oceans Foundation » (Souvenirs), qui sensibilise le public à la beauté et à la fragilité de notre planète grâce à des interventions de créateurs, d’artistes ou de dirigeants politiques.

La presse a également une catégorie spéciale reprenant quelques photographies des professionnels, mais également d’autres photographies inédites.

Les séries photo des professionnels ainsi que les photographies des amateurs sont divisées en dix thèmes, allant de l’architecture à la photographie conceptuelle en passant par les problèmes contemporains, le portrait, les photographies retouchées et l’incontournable photographie de rue.

Le World Photography Organisation a enregistré une augmentation de 140% des participations comparées à l’an passé, soit 320 000 images au total ! Voici notre sélection, totalement subjective, de nos 25 photographies préférées.

Notre TOP des pros (Professional Competition)

Sony World Photography Awards 2018

© Rohan Reilly, Ireland, Landscape (Professional competition), 2018 Sony World Photography Awards

La série Casoni de Rohan Reilly est le récit de ces pêcheurs vénitiens qui laissent leur matériel sur ces maisons en pilotis, les Casoni, dans la lagune de Venise.

En 2011, le gouvernement souhaitait les voir disparaitre du paysage, les considérants comme des horreurs. Mais ces cabanes flottantes sont restées, permettant à Rohan de les immortaliser en novembre 2017 dans un brouillard qui donne à la photographie un effet onirique.

 Sony World Photography Awards

© Lauren Greenfield, United States of America, Contemporary Issues (Professional competition), 2018 Sony World Photography Awards

Lauren Greenfield a passé 25 ans à étudier et à documenter le luxe dans notre société pour sa série Generation Wealth. Elle a côtoyé pendant toutes ces années le luxe des élites et des célébrités internationales. Ilona et sa fille Michelle de 4 ans sont dans leur spacieuse maison à Moscou. Pour l’anecdote, le pull d’Ilona a été fabriqué sur mesure pour elle par une amie qui tient l’une des marques les plus populaires au sein de l’aristocratie oligarchique de Russie.

Sony World Photography Awards

© Tristan Spinski, United States of America, Still Life (Professional competition), 2018 Sony World Photography Awards

Changement de décor avec la série The Reliquary de Tristan Spinski qui a été mandaté par le National Wildlife Property Repository afin de photographier les objets fabriqués à base d’animaux illégaux, principalement en voie de disparition ou menacés.

Ces photographies glaçantes montrent l’ampleur de cette économie parallèle qui se nourrit d’autres espèces pour son propre plaisir, sous forme de trophées, de médicaments et d’accessoires de mode. Ici, c’est un tapis d’ours brun qui a été photographié parmi les 1,3 million de produits collectés par l’institut.

Sony World Photography Awards 2018

© Wiebke Haas, Germany, Natural World & Wildlife (Professional competition),  2018 Sony World Photography Awards

Voici une série avec des chevaux vivants et en pleine santé qui posent tels des stars pour la photographe Wiebke Haas. Sa série Horsestyle tente de percer les réactions drôles des chevaux ainsi que leurs expressions presque humaines.

Le cheval ci-dessus se prénomme Hafid. Ce bel étalon arabe hennissait fièrement dans le studio avant de réaliser la joie de la photographe quand il secouait la tête, ce qu’il s’est amusé à faire ensuite.

Notre TOP des amateurs (Open Competition)

2018 Sony World Photography Awards

© Chul-ui Song, Korea (Republic of), Travel (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Sur la route pour aller du nord de l’Islande à la capitale Reykjavik, le photographe Chul-ui Song s’est arrêté sur le bord de la route enneigée pour capturer ce moment suspendu dans une station d’essence. La photographie s’appelle Gas Station et ce minimalisme est à couper le souffle.

2018 Sony World Photography Awards

© Juan Soler Cózar, Spain, Architecture (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Encore et toujours du minimalisme pour la catégorie architecture avec le photographe Juan Soler Cózar et sa photo Brasilia. Prise au Musée National de Brasilia, elle rend hommage à l’architecte Oscar Niemeyer. La personne au milieu, seule sous le soleil brulant de l’hémisphère sud vend des sucettes devant ce célèbre bâtiment. Elle semble plutôt déambuler dans un univers parallèle tout en noir et blanc.

2018 Sony World Photography Awards

© Md.Tofazzal Hossain, Bangladesh, Street Photography (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Friendship, c’est le nom de cette image créée par Md.Tofazzal Hossain. Elle illustre l’amitié d’un enfant avec une chèvre, l’innocence de l’enfant et de l’animal et la fusion qui se crée depuis toujours. Cette métaphore de l’amour amical est imagée par l’œil de la chèvre qui coïncide tout à fait avec celui de l’enfant.

2018 Sony World Photography Awards

© Milan Radisics, Hungary, Motion (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Milan Radisics s’est rendu sur la plus vieille patinoire de Budapest pour capturer le mouvement de ces patineurs éclairés par quatre gros réflecteurs. Grâce à cette lumière et à une pose longue, le photographe a pu capturer le mouvement ou au contraire les groupes de discussion qui animent la patinoire mythique du City Park. People swirling on ice court donne également un effet de croix très intéressant au centre de la photographie.

2018 Sony World Photography Awards

© Niki Gleoudi, Greece, Street Photography (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

La photographe Niki Gleoudi a profité des plages chaudes de la Grèce pour immortaliser cet homme enlaçant un autre homme. En arrière-plan, cette bouée en forme de licorne arrive à point nommé avec les couleurs du drapeau gay. Dans sa description, Niki nous apprend que dans l’Antiquité grecque, nos ancêtres n’écrivaient pas de nécrologie, mais demandaient aux proches du défunt : « Avait-il une passion ? »

Notre TOP des amateurs pour leurs travaux commandés (Open Competition)

2018 Sony World Photography Awards

© Carlos Aliperti, Brazil, Street Photography (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

On se reconnaitra tous et toutes dans cette photographie d’écoliers au Brésil qui, sur le chemin de l’école probablement, dessinent sur les vitres embuées de leur bus. C’est Carlos Aliperti qui a photographié ce moment de la vie quotidienne qu’il a nommé Ingenuous Manifest.

Comme ces jeunes filles, je sais pertinemment que vous aussi, dans le bus de ville ou le car de ramassage scolaire, vous avez dessiné des bêtises sur les vitres, que ce soit des cœurs pour votre amoureux, des smileys, des choses plus vulgaires, ou bien simplement essuyer la buée pour voir au dehors ce qu’il se passait. Ne faites pas les innocents, je sais tout. 😎

2018 Sony World Photography Awards

© Corey Arnold, United States of America, Wildlife (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Magnifique photo d’un renard roux en Alaska capturée par Corey Arnold et intitulée Road Friend. Ce petit animal s’approche sans peur du photographe en espérant avoir de la nourriture. En effet, ces renards n’ont pas peur de l’être humain et le voient comme une source de nourriture. Corey n’a eu qu’à s’allonger sur le bord de la route et le laisser s’approcher, intrigué, pour le prendre en photo.

2018 Sony World Photography Awards

Desirée Patterson, Canada, Enhanced (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

La photographie de Désirée Patterson est tirée d’une série intitulée Point de Fusion, en référence au moment où l’état physique d’un objet change et devient liquide. À travers cette métaphore l’artiste canadienne a voulu montrer les effets du réchauffement climatique sur la planète et nous rappeler que ça nous touche tous.

2018 Sony World Photography Awards

© Jin Xu, China, Architecture (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Dans la description de sa photo The Roof 3Jin Xu affirme que notre vision d’un immeuble varie énormément selon la prise de vue. Ici l’immeuble qui parait être à première vue un vieux carré de ciment peu esthétique semble coloré, verdoyant et accueillant vu d’en haut.

2018 Sony World Photography Awards

© Karolina Będlin, Poland, Portraiture (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

La photographe Karolina Będlin a réalisé ce portrait dans une ancienne centrale électrique. Les deux personnes baignées de lumière semblent être des mariés, mais rien ne nous le prouve à par la robe blanche et longue de la femme. En arrière-plan, on peut apercevoir des formes inhabituelles et inexpliquées, comme des démons qui viennent hanter les deux amoureux. La lumière filtrée par une vieille fenêtre donne de l’espoir aux amants ou bien au contraire symbolise le bout du tunnel.

2018 Sony World Photography Awards

© Lin Chen, China, Travel (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Lin Chen est allé prendre cette photo dans la région chinoise de Yunnan au sud du pays. Un endroit merveilleux qui abrite différentes ethnies, différentes cultures qui cohabitent et travaillent la terre fertile de la région.

2018 Sony World Photography Awards

© Makoto Nishikura, Japan, Street Photography (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

La photographie de Makoto Nishikura qu’il a appelée Colorful Umbrellas a été prise du haut d’un immeuble à Tokyo dans le quartier chic de Ginza. Le photographe voulait capturer le contraste entre les parapluies colorés et les bandes blanches et noires imperturbables.

2018 Sony World Photography Awards

© Marios Kourouniotis, Greece, Culture (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Cette photographie est probablement la plus complexe et donc la plus fascinante de cette sélection. Marios Kourouniotis a réussi en un seul déclenchement à immortaliser le mari sur les marches de l’église avec une grande partie de la famille, mais également la mariée et son chauffeur dans la voiture avec en plus en arrière-plan d’autres invités du mariage qui attendent pour traverser la rue. En bonus, le soleil s’invite dans la voiture permettant au photographe de donner à la mariée une réelle apparence de princesse.

Personne ne fait pourtant attention au photographe, tous submergés par la grande arrivée de la reine du jour. Le noir et blanc permet de ne pas surcharger cette photographie qui est déjà bien remplie (plus d’une vingtaine de personnes apparaissent sur le cliché).

2018 Sony World Photography Awards

© Stojan Gorup, Slovenia, Travel (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

En monochrome, cette photographie de Stojan Gorup intitulée Silhouettes a été prise dans le sud-est de la Chine. À l’occasion d’une représentation de nuit sur la rivière Zhanjiang, le photographe a pu s’approprier ces belles silhouettes dansantes en contre-jour.

2018 Sony World Photography Awards

© Wei Tao, China, Travel (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Décidément, la Chine est un pays très photogénique ! Ici, c’est à l’école bouddhiste tibétaine du Sichuan que Wei Tao s’est rendu pour prendre cette photographie intitulée Color Dharma College. Des dizaines de milliers d’étudiants sortent de cette école colorée et surélevée.

Notre TOP des jeunes amateurs (Youth Competition)

2018 Sony World Photography Awards

© Iona Francis, New Zealander, Your Environment (2018 Youth competition), 2018 Sony World Photography Awards

Pour symboliser son environnement, qui était le thème de cette année pour les jeunes concourants, Iona Francis a photographié ces deux beaux jeunes hommes allongés dans un amas de végétation l’air séducteur.

2018 Sony World Photography Awards

© Megan Johnson, United States of America, Your Environment (Youth competition), 2018 Sony World Photography Awards

Non, la photographe Megan Johnson n’est pas allée dans la jungle pour prendre cette photographie. Ces falaises sont situées à côté de chez elle aux États-Unis. À travers sa photographie, la jeune Megan illustre parfaitement l’état d’esprit de l’adolescence : seul malgré une famille présente et un groupe social existant.

Notre TOP des étudiants en photographie (Student Focus)

2018 Sony World Photography Awards

© Anshul Mehrotra, India, Student Focus, 2018 Sony World Photography Awards

Anshul Mehrotra a voulu illustrer la pollution des océans ainsi que ses répercussions sur la faune et la flore. Le plastique est la cause de 1,5 million de décès d’animaux par an.

Notre TOP des photographies pour la presse (Professional Competition)

2018 Sony World Photography Awards

© Fredrik Lerneryd, Sweden, Contemporary Issues (Professional competition), 2018 Sony World Photography Awards

Ces élèves d’une classe de Kibera au Kenya ont laissé de côté pour un moment les cahiers et l’uniforme pour enfiler une robe de ballet et commencer à danser. Cette école fait partie des quelques institutions des bidonvilles proches de Nairobi, la capitale du Kenya, à recevoir l’aide humanitaire des associations Anno’s Africa et One Fine Days. Cette photographie fait partie d’une série appelée Slum ballet créée par Frederik Lerneryd, un journaliste suédois freelance spécialisé dans le Kenya.

2018 Sony World Photography Awards

© Neil Aldridge, South Africa, Natural World & Wildlife (Professional competition), 2018 Sony World Photography Awards

Ne vous alarmez pas, ce jeune rhinocéros est sur le point d’être relâché par des spécialistes de Rhino Conservation du Botswana. Il est seulement endormi par les médicaments afin qu’il puisse tenir tout le voyage. En effet, il a traversé l’Afrique du Sud jusqu’au Botswana où il va enfin pouvoir gambader dans son environnement naturel après avoir été sauvé du braconnage.

Cette initiative tient beaucoup à cœur aux Botswanais qui souhaitent rétablir leur population de rhinocéros au même niveau qu’en 1992. Un défi de taille lorsque l’on sait que trois rhinocéros sont tués chaque jour pour leur corne. Le photographe Neil Aldridge a suivi l’équipe de sauveteur dans leur quotidien pour le documenter dans la série The Return of the Rhino dont est issue cette photographie, Waiting for Freedom.

2018 Sony World Photography Awards

© Sphiwo Hlatshwayo, South Africa, Portraiture (Open competition), 2018 Sony World Photography Awards

Cette photographie a été prise dans un studio par Sphiwo Hlatshwayo et est intitulée Redivine. Vue lors d’un évènement, la photographe a tout de suite été attirée par ce modèle hors du commun. Quelques jours plus tard, elles se rencontraient dans le studio photo pour capturer toutes ces taches de rousseurs.

En espérant que cette sélection vous a plu, vous pouvez maintenant aller vous faire une idée par vous même en visitant le site du concours.

Les gagnants de l’Open Competition et le prix nationaux seront remis le 20 mars alors que les autres catégories connaitront leurs gagnants le 19 avril 2018.