Il ne reste que deux semaines pour participer au Nikon Film Festival ! Vous avez jusqu’au 10 janvier 2018 à midi pour soumettre votre court-métrage et tenter de concourir pour l’un des Prix du Festival. Pour cette 8ème édition le thème est « Je suis un cadeau ».

Si vous avez déjà une idée, beaucoup de temps libre et des acteurs partant pour jouer dans votre court-métrage il est peut-être encore temps d’en réaliser un.

Pour être admis à la participation le court-métrage doit être en HD et durer de 30 à 140 secondes. Les internautes auront jusqu’au 8 février 2018 à 23h59 pour soutenir le film de leur choix. Si vous êtes intéressé vous pouvez vous inscrire sur le site du Festival Nikon. Vous pouvez également voter pour votre film favori.

En attendant, voici une sélection de quelques courts-métrages qui ont retenu notre attention :

Catégorie Action :

Quatre garçons… Un coeur à prendre…

Catégorie Comédie :

Ami(e) intermittent(e) du spectacle qui a ramé pour ces « fameuses » 507 heures, ce film t’est dédié ! Cadeau !

À l’approche de Noël, un groupe de capitellophobes se prépare à affronter leurs pires angoisses: celles de donner et de recevoir (capitellophobie: crainte exagérée des cadeaux) :

Thriller/Film sur la paranoïa post-attentats :

Le film d’une passagère de métro à la veille de noël. Le film que vous avez peut-être déjà vécu.

Comédie/Drame/Famille :

C’est les vacances à Paris et la petite Noée a le bras dans le plâtre. Tous les samedis sa mère la traîne à la piscine pour y passer des après midis ensoleillés. Noée va remarquer la présence d’une mystérieuse adolescente qui, comme elle, ne se baigne jamais.

Catégorie Horreur :

Les petits enfants d’une mamie un peu sénile lui offrent un chien pour tromper sa solitude. Mais ce n’est pas le premier animal qu’elle reçoit…

Documentaire :

Offrir un masque derrière lequel, la parole peut être libérée, sans gêne, sans la peur du jugement. Oser raconter son histoire puis ôter le masque pour dire : Je n’ai plus peur, je n’ai plus honte. Avec le mouvement #metoo et #balancetonporc, la parole s’est libérée, et c’est une nouvelle tribune, un droit à la parole qui s’offre aux femmes aujourd’hui. Parce que savoir que nous sommes plusieurs, des centaines, des milliers, ne fait pas disparaître le poids qui pèse sur nous, mais l’allège un peu. 18 femmes sont venues témoigner des violences qu’elles ont subies.

Retrouvez tous les courts-métrages sur le site du Nikon Film Festival.