La première rétrospective d’Irving Penn depuis sa mort en 2009, se tient au Grand Palais jusqu’au 29 janvier 2018 pour célébrer le Centenaire de sa naissance. Elle regroupe plusieurs séries du célèbre photographe américain, ainsi que du matériel photographique.

Grand photographe argentique des années 40 à nos jours, frère du réalisateur Arthur Penn, Irving Penn couvre une large période de l’histoire de la photographie. Il est connu pour ses portraits de célébrités mais également pour les différentes séries photo qu’il a réalisées – natures mortes, photographies de nu, scènes de rues et portraits des « petits métiers ».

Son travail, étendu sur 70 ans regroupe également des photographies de sa muse et femme – la mannequin suédoise Lisa Fonssagrives – ainsi que de familles ou personnes qu’il a rencontrés durant ses voyages. Il a effectué des séries sur des mégots et détritus qui illustrent l’éphémère et le processus de désintégration.

Lisa Fonssagrives © Irving Penn

Girl Drinking (Mary Jane Russell), 1949 © Irving Penn

Nature morte © Irving Penn

Le maître du portrait est célébré comme un grand photographe de mode pour ses portraits de personnalités – tel que Audrey Hepburn, Yves-Saint Laurent, Alfred Hitchcock, Picasso, Salvador Dali, Al Pacino, Woody Allen ou encore Nicole Kidman – qu’il a réalisés pour des commanditaires du mondes entier. Il est reconnu également pour avoir travaillé de longues années chez Vogue où il effectue quelques 160 couvertures au cours de sa carrière.

Salvador Dali © Irving Penn

On reconnait son style à la qualité exceptionnelle de ses tirages argentiques qu’il réalise lui-même dans son studio, sa maîtrise de la lumière et des contrastes en noir et blanc, et ses couleurs picturales. La qualité du détail est impressionnante. Sa relation particulière au modèle fait ressortir des aspects intimes des personnalités qu’il photographie.

Irving Penn est de ces photographes qui considèrent la photographie comme un objet plastique. En véritable artiste plasticien, après la prise de ses clichés il réalise une recherche sur la matière pour fabriquer l’émulsion propre à chaque photographie (tirage platine-palladium ou encore gélatine-argentique) et l’imprimer sur le papier adéquat. C’est qu’Irving Penn a initialement étudié le dessin et la peinture à l’University of the Arts en Pennsylvanie avant de se tourner vers la photographie.

Al Pacino © Irving Penn

Nicole Kidman © Irving Penn

Irving Penn a beaucoup voyagé également. Mais pas à la façon du photo-journaliste puisqu’il demande aux personnes choisies de venir se faire tirer le portrait dans son studio itinérant, aménagé dans une tente, qu’il a lui-même conçu. Envoyé dans le Pacifique et en Afrique pour Vogue en 1967/1971, il y réalise des portraits ethnographiques faits au Dahomey (dans l’actuel Bénin), en Nouvelle-Guinée et au Maroc. Il a également voyagé au Mexique, au Pérou, en France, en Espagne et en Italie.

Peut-être le seul moment où il quittera véritablement son studio sera à la fin de sa vie lorsqu’il sillonne les rues de New-York pour aller photographier des détritus ou encore des mégots sur le goudron, série que vous pouvez retrouver dans l’exposition.

© Irving Penn

© Irving Penn

© Irving Penn

Father and Son, Cuzco © Irving Penn

Nouvelle Guinée © Irving Penn

La photographie d’Irving Penn est très éclectique même si caractérisée la plupart du temps par le rideau de son studio dans lequel il photographie ses modèles. La rétrospective Irving Penn est une occasion d’avoir un aperçu sur l’étendue de son travail des années 1940 à 2009. Travail de l’image exceptionnel et variété des sujets sont au rendez-vous.

Retrouvez le travail d’Irving Penn sur son site.


Infos pratiques
« Rétrospective Irving Penn » GRAND PALAIS
3 Avenue du Général Eisenhower- 75008 Paris

Photos exposées du 21 septembre au 29 janvier 2018
Tous les jours sauf le mardi de 10h à 20h – Nocturne le mercredi jusqu’à 22h
Prix d’entrée plein tarif : 13 euros, et en tarif réduit : 9 euros.