Aujourd’hui nous donnons la parole à Jérémy Belin, un jeune photographe professionnel qui a fait le choix de changer son Nikon D750, un reflex plein format que nous avons testé, pour un hybride APS-C Fujifilm X-T2. Le témoignage de Jérémy est complet : il retrace le cheminement de la réflexion qu’impose un changement de matériel, avec les bons et mauvais côtés des deux solutions. L’objectif : être le plus à l’aise avec son matériel.

Voici son témoignage


À propos de mon travail

J’ai commencé la photographie amateur en 2008, avec un D300. J’ai changé ensuite avec un D5100, car le D300 était alors trop évolué pour moi.

La photographie est plus qu’une source de revenus, c’est une passion. J’ai choisi de lancer une activité professionnelle autour de cette passion en 2013, lorsque j’ai découvert que je ne pouvais pas m’offrir un photographe pour mon mariage, la faute à une offre majoritairement élitiste. L’idée était alors de mettre en place des forfaits accessibles.

Depuis, je me suis spécialisé dans le portrait : reportages de mariage, shooting enfants et famille, grossesse et naissance.

Mon kit a évolué au cours du temps :

2013 ► 2015

  • D7000 x 2 avec grip et batteries
  • 10.5mm f/2.8G fisheye
  • 10-24mm f/3.5-4.5GD
  • 35mm f/1.8G DX
  • 50mm f/1.8G
  • 85mm f/1.8G
  • 70-300mm f/4.5-5.6G
  • Flash SB-700 x 2
  • Softboxs et parapluies

2015 ► 2017 :

  • D750 avec grip et batteries
  • 20mm f/1.8G
  • 35mm f/1.8G
  • 50mm f/1.8G
  • 85mm f/1.8G
  • 105mm f/1.4E
  • 70-200mm f/4G
  • 300mm f/4E
  • Flash SB-700 x 3 avec déclencheur SU-800
  • Softboxs et parapluies

Le kit Nikon

Cette année, j’ai simplifié le kit que j’apporte sur mes prestations :

  • D750 avec grip et batteries
  • 35mm f/1.8G
  • 105mm f/1.4E
  • Flash Yongnuo YN685 avec déclencheur YN622
  • Softboxs et parapluies

La problématique

Pourtant, même un kit minimaliste comme celui-ci est beaucoup trop gros et lourd pour partir en balade ou en vacances. Même sans grip le reflex reste relativement imposant, et les optiques plein format sont encombrantes.

Me voilà donc reparti dans les méandres d’Internet, à regarder ce qui se fait en matière de matériel compact sur le marché de la photo. J’avais déjà tenté l’expérience il y a 1 an, avec le FUJI X-T10 + 18mm f/2 + 35mm f/1.4. Mais cela n’avait pas duré, j’avais tout revendu 6 mois plus tard, déçu par les optiques et la fiabilité de l’autofocus du boîtier.

Fujifilm X-T10

Fujifilm X-T10

Toutefois, la donne a semble-t-il changé. La nouvelle génération de Fuji semble présenter une nette amélioration sur le plan de la réactivité et de l’autofocus.

Le kit Fuji

Après lecture de nombreuses reviews et après avoir testé en magasin, j’ai finalement trouvé ce qu’il me fallait :

  • X-T2
  • 23mm f/1.4
  • 56mm f/1.2 APD (objectif à filtre d’apodisation pour un bokeh plus doux)

Pour transporter tout ça avec praticité et compacité, j’ai opté pour le sac messenger Think Tank Retrospective 5, dans lequel on peut loger un hybride Fuji + 2 optiques + accessoires (filtres, trépied de table, poire soufflante, batteries).

Think Tank Retrospective 5

Think Tank Retrospective 5

Think Tank Retrospective 5

Think Tank Retrospective 5

Après quelques photos de reportage prises lors d’un repas de famille, je me suis vite rendu compte que ce Fuji pouvait faire plus que du loisir. J’ai alors décidé dans un premier temps de l’amener sur un shooting avec Louise Corbu, une fille adorable et ravissante qui a gagné plusieurs titres de Miss dans le sud-ouest de la France.

Sa mise au point liveview ultra rapide comparée au reflex à miroir m’a notamment permis de prendre à la volée des photos qui auraient été plus fastidieuses à faire avec le reflex, du fait de l’extrême lenteur de l’AF en mode liveview, ainsi que de l’écran non orientable en mode portrait.

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/500ss, f/1.2, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/500ss, f/1.2, ISO 200

Sur ce shooting, j’avais également le D750 avec le 105mm f/1.4. Comme on pouvait s’y attendre, difficile d’obtenir le même niveau de rendu avec le kit Fuji. Le 105mm est un objectif très haut de gamme, avec un rendu extraordinaire qui n’a pas d’équivalent chez les autres fabricants.

NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4 105mm, 1/1250ss, f/1.4, ISO 100

© Jérémy Belin – NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4
105mm, 1/1250ss, f/1.4, ISO 100

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/1000ss, f/1.4, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/1000ss, f/1.4, ISO 200

Mais on constate tout de même que le Fuji produit de superbes images, avec beaucoup de latitude en post-production. J’ai d’ailleurs choisi une photo prise au 56mm f/1.2 comme couverture de l’album de ce shooting dans mon portfolio.

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/500ss, f/1.2, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/500ss, f/1.2, ISO 200

Avec cette première expérience dans le cadre d’un shooting sérieux, je commençais à sentir le coup venir : ce Fuji me faisait vraiment de l’œil, avec ce gabarit si pratique et ce niveau de qualité. Il fallait que je teste l’étape supérieure : un vrai reportage de mariage.

Le mariage

Me voilà donc au mariage, avec 2 sacs : d’un côté, le kit Nikon D750/35mm/105mm, de l’autre le kit Fuji X-T2/23mm/56mm. J’ai couvert toute la journée du mariage, depuis les préparatifs de la mariée jusqu’au cocktail.

Les préparatifs permettent de commencer le reportage en douceur, avec du temps pour cadrer, pour corriger si nécessaire les paramétrages du boîtier, etc. J’ai donc en toute logique commencé avec le Fuji.

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 640

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 640

Face aux enjeux d’un reportage de mariage, les premières photos sont un vrai plaisir : matériel réactif, belle profondeur de champ, légèreté et mobilité qui donnent l’impression de faire partie de ce qui est en train de se passer.

Dès que je prends le D750 avec 105mm f/1.4, la réaction de la mariée est immédiate : « Wow c’est le gros celui-là ! ». Je me rends alors compte de l’impact que peut avoir un appareil photo sur la personne que l’on photographie.

Jusque-là, je trouvais cela normal car en tant que photographe je devais forcément avoir du gros matériel. Ce Fuji change la donne à mes yeux. Je vois tout de suite la différence de profondeur de champ avec le Nikon, mais en même temps on parle du 105mm f/1.4 . . . un objectif d’exception. Je ne peux pas attendre le même niveau de prestation de la part de l’hybride APS-C, dont l’ensemble est moins gros et moins lourd que le 105mm seul !

NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4 105mm, 1/250ss, f/1.4, ISO 320 

© Jérémy Belin – NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4
105mm, 1/250ss, f/1.4, ISO 320 

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 200

La matinée se passe vraiment bien, je jongle entre le Fuji et le Nikon pour avoir matière à comparer en post-prod, même si je préfère avoir le Fuji entre les mains, pour des raisons de taille, de poids et de convivialité. Mais c’est l’après-midi que tout se joue : les invités sont là, 150 personnes, des enfants qui jouent, l’église et ses contraintes de lumière, etc.

La plus longue focale du Nikon (105mm contre une équivalence à 85mm pour le 56mm) se fait rapidement sentir, je peux rester plus distant, tout en ayant un arrière-plan flou d’une très grande qualité. Je fais quelques clichés avec le 56mm, mais j’ai un peu moins de portée. Durant cette phase d’avant-mairie, je privilégie le 105mm. Pour les plans plus larges des invités, le Nikon 35mm f/1.8 ou le Fuji 23mm f/1.4 ne change pas grande chose : même angle, profondeur de champ sensiblement identique, très bonne réactivité dans les deux cas.

Pas de préférence dans ce cas de figure.

NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4 105mm, 1/1600ss, f/1.4, ISO 100

© Jérémy Belin – NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4
105mm, 1/1600ss, f/1.4, ISO 100

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/1250ss, f/1.4, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/1250ss, f/1.4, ISO 200

Puis l’église.

Je prends le Nikon pour l’entrée des mariés. Par principe.

Je connais le métier, je sais que c’est un cas de figure compliqué, un contre-jour avec la porte d’entrée, des personnes en travers du champ qui prennent également des photos, etc. Une fois les mariés arrivés, le timing est plus souple, je prends le Fuji avec le 56mm. L’autofocus est moins réactif que le matin dans une pièce bien éclairée avec beaucoup de contraste. Il faut plus anticiper, moins se précipiter sur le déclencheur.

Cela demande plus d’attention qu’avec le reflex.

NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4 105mm, 1/200ss, f/1.8, ISO 100 

© Jérémy Belin – NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4
105mm, 1/200ss, f/1.8, ISO 100 

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/125ss, f/1.2, ISO 3200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/125ss, f/1.2, ISO 3200

Pour les plans plus larges, encore une fois l’écart entre 35mm full frame et 23mm APS-C’est minime, tant en termes de qualité d’image que de réactivité du boîtier.

NIKON CORPORATION NIKON D750, 35.0 mm f/1.8 35mm, 1/100ss, f/1.8, ISO 4000

© Jérémy Belin – NIKON CORPORATION NIKON D750, 35.0 mm f/1.8
35mm, 1/100ss, f/1.8, ISO 4000

Pour la sortie de l’église, j’opte pour un angle large avec un mode rafale. Je n’ai pas l’habitude de travailler comme cela, habituellement je prends soit une longue focale et je fais du portrait à distance mais cela me prive de la foule, soit je fais du grand-angle pour avoir la foule et je déclenche manuellement dès qu’il se passe quelque chose.

Pour cette fois, j’ai décidé de faire du grand-angle, mais en mode rafale pour ne rien manquer des lancées de confettis.

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R 23mm, 1/900ss, f/5.6, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R
23mm, 1/900ss, f/5.6, ISO 200

Le plus gros de la journée est passé, les moments les plus complexes ont été couverts avec succès. Pour la suite, ce sera d’abord les photos de groupes. Pour cela, j’utilise en très grande majorité le Fuji avec le 23mm pour le groupe global, et le 56mm pour les autres groupes. Rien à signaler, tout fonctionne bien.

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R 23mm, 1/1250ss, f/5.6, ISO 200 

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R
23mm, 1/1250ss, f/5.6, ISO 200 

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/4000ss, f/1.2, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/4000ss, f/1.2, ISO 200

Pour les photos de couple, je travaille très souvent avec un flash et un diffuseur (softbox ou parapluie). Le timing était serré, et les premiers essais avec le Fuji n’étaient pas bons car j’étais contraint par la synchro flash.

Ne voulant pas perdre de temps, j’ai effectué la majorité de ces photos avec le Nikon, même si j’ai tout de même fait quelques photos avec le Fuji vers la fin, après avoir monté un filtre ND8 sur le 56mm pour utiliser la vitesse max de synchro 1/250s sans surexposer les clichés.

© Jérémy Belin – NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4
105mm, 1/250ss, f/1.4, ISO 100

Le rendu de l’arrière-plan est assez évident entre le Nikon et le Fuji. Moins de compression et moins de flou sur le Fuji. Normal, la focale et l’ouverture équivalentes sont en faveur de Nikon.

NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4 105mm, 1/400ss, f/1.4, ISO 64 

© Jérémy Belin – NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4
105mm, 1/400ss, f/1.4, ISO 64 

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 200

La dernière phase de la journée sera le cocktail, au cours duquel j’ai beaucoup utilisé le Nikon pour sa plus grande portée.

NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4 105mm, 1/1600ss, f/1.4, ISO 100 

© Jérémy Belin – NIKON CORPORATION NIKON D750, 105.0 mm f/1.4
105mm, 1/1600ss, f/1.4, ISO 100 

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R 23mm, 1/60ss, f/2.8, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R
23mm, 1/60ss, f/2.8, ISO 200

Autonomie

Ce sujet fait débat sur les hybrides. Fuji annonce une autonomie d’environ 300 photos avec 1 batterie. Cela est très peu. Avec le Nikon (grip et 2 batteries), je peux prendre plus de 3000 photos en RAW.

Dans les faits, voici le bilan en fin de journée :

  • Nombre total de photos (Nikon + Fuji) : 2150
  • Nombre total de photos Nikon : 736
  • Nombre total de photos Fuji : 1414
  • Batterie Fuji 1 : charge restante 40% (2 barres sur 5)
  • Batterie Fuji 2 : charge restante 40% (2 barres sur 5)

Si on fait une simple règle de porpotionnalité, en théorie si j’avais consommé les 5 barres d’une batterie j’aurais pu faire 1180 photos.

Pour moi, il n’y a pas de problème d’autonomie. Avec le Nikon, sur un mariage d’une journée complète, je vide 1 batterie complète + la moitié d’une autre.

À noter que, conscient des risques d’autonomie, j’ai paramétré le boîtier pour s’éteindre tout seul au bout de 15 sec. Il suffit alors de maintenir la mise au point du déclencheur pour le rallumer.

Batteries Fujifilm

Impressions et conclusion

Le mariage est un exercice qui ne pardonne pas. Soit le matériel est capable et on obtient un bon résultat, soit c’est l’échec. Et le Fuji n’a pas échoué, clairement. Il a fait du très bon travail.

Comparés au reflex de Nikon, voici les avantages et les inconvénients que j’ai pu constatés :

Inconvénients :

  • Réactivité et fiabilité de l’autofocus : il faut faire plus attention, anticiper un peu plus et finalement plus réfléchir à la composition
  • Profondeur de champ : il y a moins de flou d’arrière-plan qu’avec le plein format, à cause de focales plus courtes. À pleine ouverture un plein format 85mm f/1.4 propose un diaphragme de 6.1cm, alors que son équivalent en APS-C (57mm), avec une ouverture de f/1.4, aura la même luminosité mais pas la même profondeur de champ (diaphragme de 4cm). Pour obtenir la même profondeur de champ qu’un plein format 85mm f/1.4, il faudrait un 57mm f/0.9

Avantages :

  • Compacité : petit, léger
  • Discrétion : n’impressionne pas les invités
  • Qualité d’image : la gestion du bruit et la dynamique semblent très proches entre le X-T2 et le D750.
  • Zone d’autofocus : il y a des collimateurs jusque sur les bords, et ça c’est vraiment un plus, comparé à tous ces collimateurs serrés dans la même zone sur les reflex. Je n’ai jamais compris pourquoi il y avait cette course aux nombres de collimateurs si c’est pour les mettre tous au même endroit.
  • Cadrage et composition : du fait un AF moins performant, le Fuji oblige à faire plus attention, on fait plus de la photo et moins de la prise de vue !
  • Post-production : du fait de l’attention particulière au cadrage et à la mise au point, il y a moins de rafales de photos identiques, ce qui allège le travail de post-production et permet d’obtenir plus de photos à garder.

À améliorer :

  • Menus : j’ai eu un souci de carte mémoire, le boîtier était paramétré pour dupliquer les photos sur la 2ème carte. Lorsque la carte 1 a été saturée, impossible sur le moment de mettre la main sur le paramètre qui gère cela. J’ai dû prendre une carte du D750 pour la mettre dans le Fuji, mais là encore il ne voulait pas dans le slot 1, il la voulait dans le slot 2. Encore un autre paramètre que je n’ai pas réussi à identifier sur le moment. Les noms des options dans les menus ne sont pas explicites.
  • Autonomie : afin d’augmenter l’autonomie il serait bien d’avoir un mode d’affichage où l’écran ne servirait qu’à afficher les menus + les photos prisent, tandis que le liveview (la visée en temps réel) ne serait présent que dans le viseur EVF sur détection oculaire.

J’ai été conquis par ce Fuji, car il est tellement plus agréable à utiliser dans l’ensemble.

C’est un plaisir de le manipuler, les photos sont superbes, et mes clients ont grandement apprécié mon travail. C’est tout ce qui compte.

J’ai vendu mon matériel Nikon (20mm f/1.8, 35mm f/1.8, 105mm f/2.8 macro, 70-200mm f/4, 300mm f/4) et j’ai investi dans un 2ème boîtier X-T2, ainsi qu’un objectif 90mm f/2 afin de pallier la différence de portée entre le 56mm APS-C et le 105mm plein format.

Je garde tout de même le 105mm f/1.4 car c’est un objectif magique, ainsi que le 50mm f/1.8 qui est très bon marché, en attendant que Nikon sorte un vrai hybride plein format à monture F.

Galerie photo Fuji

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/125ss, f/1.2, ISO 1000 

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/125ss, f/1.2, ISO 1000 

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/500ss, f/1.2, ISO 640

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/500ss, f/1.2, ISO 640

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/125ss, f/4, ISO 400 

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/125ss, f/4, ISO 400 

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 800

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 800

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/8000ss, f/1.2, ISO 200 

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/8000ss, f/1.2, ISO 200 

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R 23mm, 1/125ss, f/2.8, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R
23mm, 1/125ss, f/2.8, ISO 200

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/125ss, f/1.2, ISO 500 

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/125ss, f/1.2, ISO 500 

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R 23mm, 1/15ss, f/1.4, ISO 500

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R
23mm, 1/15ss, f/1.4, ISO 500

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD 56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF56mmF1.2 R APD
56mm, 1/250ss, f/1.2, ISO 200

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R 23mm, 25ss, f/16, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R
23mm, 25ss, f/16, ISO 200

FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R 23mm, 1/250ss, f/8, ISO 200

© Jérémy Belin – FUJIFILM X-T2, FUJIFILM XF23mmF1.4 R
23mm, 1/250ss, f/8, ISO 200

Cet article a été publié initialement sur le site de Jérémy Belin.