La photographie, le vin, et les sorties entre ami(e)s. C’est ce que combine le projet photo décalé mais parfaitement réussi du brésilien Marcos Alberti. Avec son « Wine Project » intitulé « 3 Glasses after » (après 3 verres), il tire le portrait de nombreuses personnes après qu’elles aient bu un, deux puis trois verres de vin.

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

En s’inspirant d’un dicton qui affirme que « Le premier verre de vin est pour la nourriture, le deuxième pour l’amour et le troisième pour le désordre », le photographe, spécialiste en photo studio et publicitaire, cherche à montrer les effets de quelques verres de vin sur les comportements et les visages. L’idée est de révéler le côté positif de l’alcool, qui a souvent mauvaise presse, mais qui, selon lui, peut apporter de bonnes choses « quand il est consommé raisonnablement entre proches dans un environnement heureux ».

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

D’abord conçu comme une grande blague entre ami(e)s, le projet a peu à peu pris du galon et s’est transformé en quelque chose de plus sérieux, incluant non plus seulement des connaissances mais d’autres participant(e)s inconnu(e)s.

Le processus s’est répété de la même façon. Une première photo était prise des participants dès leur arrivée au studio de Marcos Alberti, afin de capter toute la fatigue et le stress accumulés après une journée de travail et de transport. Ensuite, la partie la plus drôle débutait quand on débouchait les bouteilles et servait les premiers verres. Après chaque verre, jusqu’au troisième, le photographe a tiré le portrait de chacun(e), selon le même angle et avec le même décor : un portrait serré de face jusqu’aux épaules, devant un mur.

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

On remarque bien l’évolution sur les visages et les expressions des participant(e)s, bien que chacun(e) ait une réaction différente. Certain(e)s sont beaucoup plus euphoriques, hilares, et exubérant(e)s après leur troisième verre. D’autres semblent plus impassibles, contrôlant mieux les effets du vin. Au final, c’est un pêle-mêle de portraits aussi riches et variés que les individus eux-mêmes. Et quand les joues deviennent plus rouges et les sourires plus ouverts, les cheveux sont attachés et les chemises délaissées.

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

Et c’est là que l’on comprend que le projet de Marcos Alberti va plus loin qu’une simple série de portraits de gens avec un petit coup dans le nez. Car non seulement les visages se dérident, mais les langues se délient. Le photographe explique que pendant ces soirées, les participants ont fini par raconter des choses plus personnelles et à raconter leurs histoires, se sentant plus à l’aise.

Le projet a donc pris une part d’engagement, menant subtilement vers plus de partage et de socialisation entre tous ces individus aux parcours différents. Architectes, musiciens, publicitaires, stylistes, tous ont su se retrouver et échanger autour d’un, deux, trois verres de vin.

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

© Marcos Alberti - Wine Project - "3 Glasses after"

© Marcos Alberti – Wine Project – « 3 Glasses after »

Pour en savoir plus sur le travail de Marcos Alberti, voici son site internet.