Du 4 avril au 6 mai 2017 la galerie parisienne Esther Woerdehoff lance l’exposition « Footlights » présentant le travail visuel et burlesque l’artiste-photographe français, Guillaume Martial. Avec ses diverses séries, il rend hommage aux prémices du cinéma, notamment de l’image animée et des trucages visuels, et explore la place de l’humain dans l’environnement et le paysage urbain actuel.

« Footlights » fait référence au titre du seul et unique roman de Charlie Chaplin, jamais publié, qui a servi de trame scénaristique à son dernier film tourné aux Etats-Unis, « Limelight » (« Les feux de la rampe », en français). De par ce titre il rend hommage au grand écran, à l’artiste, maître du burlesque, et aussi à son parcours, puisque Guillaume Martial a étudié le cinéma pour lequel il se passionne.

Dans ses séries, il invente un personnage fictif très agile, rappelant le passé de patineur professionnel du photographe, qui se met en scène dans divers environnements et situations jouant sur le mouvement et l’illusion.

© Guillaume Martial - Animalocomotion - "Footlights" - Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial – Animalocomotion – Le chameau – « Footlights » – Galerie Esther Woerdehoff

Ainsi, Animalocomotion illustre bien sa démarche artistique attachée à l’univers du cinéma et de l’image animée puisqu’il utilise le procédé de chronophotographie : inventé en 1878 par le scientifique britannique Eadweard Muybridge et le chercheur français Etienne-Jules Marey, ce procédé permet de prendre une succession de photos afin de décomposer un mouvement ou un phénomène physique bref. Le mode rafale aujourd’hui est l’équivalent moderne de la chronophotographie.

© Guillaume Martial - Le modulor - La girafe - "Footlights" - Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial – Le modulor – La girafe – « Footlights » – Galerie Esther Woerdehoff

Dans cette série, qui fait partie de la première partie de l’exposition, on voit l’artiste, dissimulé sous un drap blanc, se mouvoir et se transformer en différents animaux, de l’éléphant à la girafe en passant par le chameau. Le Modulor, série réalisée en 2015, réinvente aussi les formes du corps humain et interroge l’espace vital humain puisque l’artiste se met en scène avec des modules de gymnastique bleu, jaune et rouge, qui remplacent des parties de son corps.

© Guillaume Martial - Le modulor - "Footlights" - Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial – Le modulor – « Footlights » – Galerie Esther Woerdehoff

La deuxième partie de l’exposition « Footlights » se consacre à ses séries, tels que Solaris, Parade, Folding et Archilab, explorant la relation entre l’Homme, son environnement, l’architecture, en particulier en milieu urbain. Guillaume Martial jongle entre gym, équilibre, funambulisme et contorsionnisme, faisant de son corps un outil d’expérimentation visuelle et multipliant les scènes entre mur d’escalade, bâtiment de construction, terrain de sport, colonnes décoratives, etc. Ses images, de par les mises en scène et les contorsions, expriment tous un certain style burlesque.

© Guillaume Martial - Folding - Le filet - "Footlights" - Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial – Folding – Le filet – « Footlights » – Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial - Solaris - "Footlights" - Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial – Solaris – « Footlights » – Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial - Archilab - "Footlights" - Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial – Archilab – « Footlights » – Galerie Esther Woerdehoff

Cette exposition faisant partie du programme du Mois de la Photo du Grand Paris, de la zone Sud-Ouest, un « Week-End Intense » lui est consacré le samedi 22 et le dimanche 23 avril 2017. Entre 10h et 18h vous pourrez profiter de mini-visites en présence du photographe Guillaume Martial et de la guide-conférencière Florence Pillet. L’artiste signera également son livre Slap-Stick pour lequel il a reçu le Prix HSBC de la Photographie 2015.

Enfin, un atelier pour enfants (de 6 à 12 ans) leur permettant de découvrir le cyanotype, ce procédé monochrome qui crée, à partir d’un négatif, un tirage bleu, sera organisé avec les Editions Eyrolles et la photographe Lumi Poullaouec le samedi 22 à 15h.

© Guillaume Martial - Parade - L'observatoire - "Footlights" - Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial – Parade – L’observatoire – « Footlights » – Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial - Parade - Les piliers - "Footlights" - Galerie Esther Woerdehoff

© Guillaume Martial – Parade – Les piliers – « Footlights » – Galerie Esther Woerdehoff

N’hésitez pas à visiter le site de la galerie et celui de Guillaume Martial pour découvrir son travail. Le vernissage de l’exposition « Footlights » aura lieu le mardi 4 avril 2017 entre 18h et 21h en présence de l’artiste.

Informations pratiques
Exposition photo « Footlights » de Guillaume Martial
Galerie Esther Woerdehoff
36 rue Falguière 75015 Paris
Du mardi au samedi de 14h à 18h