Invités par Digit-Photo, nous avons assisté la semaine dernière à un workshop organisé à Metz avec Sony et Christophe Brachet, ambassadeur de la marque. Cette journée était consacrée à la présentation de l’ensemble de la gamme Sony A7 et de ses objectifs.

Christophe Brachet est photographe de plateau de cinéma. Sa mission principale : réaliser des photos durant le tournage, qui seront utilisées pour la communication et le storytelling du film. Non, les photos ne sont pas (toujours) des captures d’écran du film. Seule une dizaine de professionnels en France vivent de ce métier de niche passionnant.

Durant ce workshop, Christophe a partagé avec nous son expérience d’utilisateur de boîtier plein format Sony mirrorless depuis plus de 5 ans sur les plateaux de tournage.

Christophe Brachet - © Digit-Photo

Christophe Brachet – © Digit-Photo

Il utilise le Sony A7RII pour sa très haute résolution, lui permettant le recadrage dans de nombreuses situations de prise de vue qu’il ne peut reproduire. En effet, la très grande majorité de son travail consiste à réaliser des clichés durant les scènes de tournages pour le film. Il ne peut que rarement demander à ce qu’une scène soit jouée uniquement pour ses prises de vue.

Un A7SII l’assiste également pour les scènes très sombres, permettant de grimper sans difficulté à 12 000 ISO. Avec ses 12 Mpx, le capteur monte facilement en sensibilité, là où son frère l’A7RII peine à sensibiliser ses 42 Mpx sans faire un bruit.

Son actuel tournage se déroulant en haute montagne, le photographe nous démontre sans mal l’avantage d’un viseur électronique correctement défini et la possibilité de visualiser directement son image à l’écran du viseur. Fini le chimping excessif dans ce type de configuration pour voir si la neige est correctement exposée.

Captivés par ce photographe passionnant, le workshop se poursuit autour d’un décor monté pour l’occasion, afin de se mettre dans des conditions proches de celles qu’il pratique au quotidien.

“Le silence absolu de l’obturateur électronique est le meilleur allié sur les plateaux de cinéma, sur lesquels les ingénieurs du son sont à l’affût de tout bruit parasite. Il faut dire que même l’obturateur mécanique est déjà silencieux.”

Une modèle éclairée par une source LED continue Westcott Ice Light et Cineroid nous permet de prendre en main les différents modèles de seconde génération de la gamme A7 et le parc optique correspondant.

Phototrend_digit-photo-sonyu-christophe-brachet-workshop3

Phototrend_digit-photo-sonyu-christophe-brachet-workshop5

L’éclairage continu à LED est très appréciable pour ce type de prise de vue, car il permet de gérer bien plus facilement l’influence de la lumière sur le sujet et de pouvoir composer son éclairage sans devoir multiplier les prises de vue. Une bonne solution en workshop, qui permet aussi à tout le monde de travailler simultanément, sans devoir attendre son tour.

Sony A7RII - 50 f/1.4 - Fichier brut jpeg - ©leopiastra

Sony A7RII – 50 f/1.4 – Fichier brut jpeg – ©leopiastra

Très habitué à la visée reflex et la prise en main que ces appareils proposent, les avis sur les mirorless, bien que ce soit ici un plein format, ne sont pas très joyeux, surtout vis-à-vis d’une utilisation professionnelle.
Ce point a d’ailleurs été très justement abordé par Christophe Brachet, s’amusant de la réaction de son entourage, qu’il soit professionnel ou non, face aux hybrides Sony.

“Un professionnel devrait être lourdement équipé, avec un matériel bien imposant, ça fait plus pro. Alors quand j’arrive sur un plateau avec mon petit A7RII et le 55mm, on me demande souvent si c’est bien moi le photographe !”

Cela fait maintenant plus de 5 ans que les épaules de Christophe disent merci à son sac qui est plus léger. Un sac pourtant bien rempli, qui lui permet de réaliser les photos de tournages des films les plus connus et médiatisés, et d’en réaliser les affiches officielles.

Comme quoi, l’adage “l’habit ne fais pas le moine” n’a jamais été aussi bien représentatif des a priori, qui ont encore la belle vie dans ce domaine.

Un grand merci à Digit-Photo pour l’organisation de ces workshops auxquels les clients peuvent participer et à Christophe Brachet pour nous avoir fait partagé son métier passionnant.

Retrouvez le magasin Digit-Photo sur Facebook
Découvrez les photos de Christophe Brachet sur son site