Comme chaque année durant le mois de décembre, les illuminations de Noël font leur apparition, impossible de les manquer ! Décorations de quartier, marchés de Noël dans les centres-villes, arbres illuminés, les sujets sont en effet très nombreux et vous permettent beaucoup de liberté dans vos compositions. Pour ajouter encore un peu plus de poésie dans ces photos, nous vous proposons aujourd’hui un article consacré à l’heure bleue, ce moment de la journée si particulier qui viendra renforcer certains de vos clichés.

Cet article est réalisé en partenariat avec Aguila, agence de voyages spécialisée dans les stages et voyages photo de tous niveaux et encadrés par des photographes professionnels, en France et à l’étranger.

L’heure bleue, c’est quoi ?

© Aguila voyage photo / Denis Palanque

© Aguila voyage photo / Denis Palanque

Prisée par de nombreux artistes, aussi bien photographes, que peintres ou même cinéastes, l’heure bleue correspond à ce court laps de temps durant lequel le soleil est déjà couché, mais la nuit, elle, n’est pas encore tout à fait présente. Durant ce bref instant qui n’est donc plus le jour, mais pas encore la nuit, le ciel se charge d’un bleu électrique, profond et intense.

Cette couleur contrastée et caractéristique va venir envelopper votre paysage ou votre scène urbaine, donnant à l’ensemble un équilibre très fin, presque envoutant.

Et on l’oublie souvent, mais il existe aussi une heure bleue le matin, quand les illuminations ne sont pas encore éteintes et que le jour ne s’est pas encore levé. En ville, photographier l’heure bleue du matin permet souvent de bénéficier de rues et places vides où la foule et les voitures ont disparu alors que cela grouille de monde en soirée.

Quand et comment repérer l’heure bleue ?

L’heure bleue apparaît deux fois par jour. Une première fois juste avant l’aurore, puis une nouvelle fois après le crépuscule. Contrairement à ce que son nom pourrait nous faire penser, l’heure bleue est bien plus courte qu’une heure pleine. Elle dure en réalité 15 à 20 minutes et évolue tout au long de cette fenêtre. Le soir par exemple, elle sera d’abord très douce, puis va rapidement devenir beaucoup plus contrastée avant de disparaître et de laisser place à la nuit noire.

© Aguila voyage photo / Keat Tunier

© Aguila voyage photo / Keat Tunier

Pour ne pas la manquer, il conviendra donc de se renseigner sur les heures de lever et de coucher du soleil. On considère que l’heure bleue apparaît environ 30 minutes avant l’aurore et 30 minutes après le crépuscule. Des sites spécialisés et applications mobiles indiquent également précisément à quels moments l’heure bleue apparaît chaque jour.

Photographier les illuminations de Noël durant l’heure bleue

L’heure bleue étant très courte, il est bon d’avoir en tête les principaux réglages et les principales techniques à mettre en œuvre sur le terrain pour la photographier.

Le matériel pour photographier l’heure bleue et les illuminations de Noël

En plus de son appareil, on s’équipera bien entendu du ou des objectifs correspondant aux types de photos que l’on souhaite réaliser. Il n’y a ici rien d’obligatoire, mais on préférera un grand angle ou au moins un zoom trans-standard pour nos photos de paysages urbains. En revanche l’accessoire indispensable pour photographier l’heure bleue, c’est bien entendu le trépied ! On l’accompagnera si possible d’une télécommande filaire ou infrarouge pour déclencher son appareil à distance et éviter toute vibration durant la prise de vue. On peut sinon utiliser le retardateur tout en masquant l’œilleton du boîtier pour éviter l’entrée de lumières parasites (en plaçant tout simplement son pouce devant ou en utilisant le cache fourni sur la sangle).

Les réglages pour photographier l’heure bleue

Commencez par fixer votre appareil sur votre trépied, puis relevez son miroir, à nouveau pour éviter un flou qui serait dû aux vibrations.

La mise au point

Les conditions de lumière durant l’heure bleue ne sont généralement pas optimales pour laisser votre appareil faire le point de façon automatique. Il risquerait de « patiner ». Débrayez l’autofocus et faites la mise au point de façon manuelle. Si la scène manque d’éclairage et qu’il vous est difficile de faire le point à l’œil nu, faites-le sur l’infini. Dans le cas des photos de paysage, pensez à utiliser l’hyperfocale pour vous assurer une plage parfaitement nette sur toute votre photo.

© Aguila voyage photo / Jean-Philippe Vidal

© Aguila voyage photo / Jean-Philippe Vidal

Le temps de pose

On préconisera un temps de pose relativement long, afin de laisser le temps à l’appareil de capturer le bleu intense de ce moment si spécial, mais aussi les détails des autres éléments qui composent votre photo. Attention cependant à ne pas sélectionner un temps de pose trop long : le bleu du ciel risquerait de se dissiper tandis que vos sujets, notamment les éclairages urbains et les illuminations de Noël pourraient alors devenir surexposés.

© Aguila voyage photo / Denis Palanque

© Aguila voyage photo / Denis Palanque

Dès que l’heure bleue apparaît, commencez par sélectionner un temps de pose moyen de 8 à 12 secondes, puis ajustez ce réglage en fonction de vos résultats mais aussi de l’avancement de l’heure bleue dans le temps. Souvenez-vous, le soir, plus on attend, plus le ciel s’assombrit et donc plus il faudra augmenter votre temps de pose en conséquent.

L’ouverture

L’ouverture va pour beaucoup dépendre du sujet photographié et de la profondeur de champ que vous aimeriez voir apparaître sur votre cliché. On pourra fermer le diaphragme de son objectif à f/10 ou plus pour s’assurer une image bien nette sur tous les plans, pour un paysage par exemple. Si le fait de fermer le diaphragme résulte en une photo trop sombre, on compensera en augmentant le temps de pose ou la valeur ISO.

© Aguila voyage photo / Patrick Escudero

© Aguila voyage photo / Patrick Escudero

À l’inverse, pour obtenir un sujet bien net qui se détache de son arrière-plan, on préconisera une grande ouverture avec une valeur à f/4 et en dessous. Si le fait d’ouvrir le diaphragme résulte en une photo trop claire, sur laquelle la couleur caractéristique de l’heure bleue n’apparaît pas, on pourra alors d’abord réduire la valeur ISO autant que possible, puis ensuite le temps de pose si nécessaire.

La sensibilité ISO

Plus l’heure bleue avance, plus la lumière vient à manquer. Si l’on ne souhaite pas, ou si l’on ne peut pas ouvrir davantage le diaphragme ou allonger le temps de pose, alors on pourra augmenter la sensibilité ISO de son appareil. Il n’y a pas de réglage idéal, mais souvenez-vous qu’au-delà d’une certaine valeur, il y a le risque de voir apparaître du bruit sur vos clichés. Ce risque varie selon les appareils photo. Si vous voulez être certain de ne pas voir apparaître de bruit sur votre photo, ne dépassez pas 400 à 800 ISO. En revanche, si vous savez que votre appareil est capable de gérer le bruit au-delà de ces valeurs, alors ne vous en privez surtout pas !

© Aguila voyage photo / Patrick Escudero

© Aguila voyage photo / Patrick Escudero

Enfin, si vous le pouvez, préférez des images enregistrées en RAW, plutôt qu’en JPEG. Vous aurez ainsi plus de facilité à traiter vos images si besoin une fois rentré à la maison.

Savoir composer durant l’heure bleue

Nous l’avons dit, l’avantage de l’heure bleue tient avant tout à l’important contraste que l’on peut retrouver entre la couleur bleue intense du ciel et le reste de la scène. En ville, et c’est encore plus vrai durant les périodes de Noël, ce contraste est particulièrement fort grâce aux lumières urbaines et aux illuminations. À vous d’utiliser cet environnement si particulier pour composer votre photographie. Vous pouvez par exemple jouer avec la symétrie des axes. Pensez à incorporer « assez » de ciel sur votre cliché pour bien mettre en valeur l’heure bleue. Utilisez une rivière qui coule le long d’une berge ou sous un pont illuminé pour capturer des reflets. Bref, soyez attentif à votre environnement et n’oubliez pas d’expérimenter tout en prenant du plaisir !

© Aguila voyage photo / Richard Fasseur

© Aguila voyage photo / Richard Fasseur

Ne soyez pas déçu si vos photos ne sont pas satisfaisantes dès les premiers essais. Souvenez-vous que l’heure bleue n’apparaît que durant quelques minutes et il vous faudra donc un peu d’entraînement et de persévérance pour bien l’appréhender. Et puis, après l’heure bleue vient la nuit, alors continuez votre promenade de fin de journée, les illuminations de Noël sont également très intéressantes pour de la photo nocturne !

© Aguila voyage photo / Keat Tunier

© Aguila voyage photo / Keat Tunier

Cette année, Aguila vous propose de photographier l’heure bleue à Paris pendant les mois d’hiver avec la photographe Isabelle Schmitt. Toutes les dates en ligne : stages photo à Paris avec Aguila

Fondée en 2006 par trois photographes et grands voyageurs, l’agence de voyages Aguila propose des stages et voyages photo en France et au bout du monde, ouverts à tous les niveaux photo et encadrés par des photographes professionnels. Pionnier dans son domaine, Aguila offre aux participants l’occasion unique de vivre une aventure 100% photo, de la partager avec d’autres amateurs passionnés en découvrant des sites et des évènements exceptionnels aux moments les plus propices pour réussir ses photos !

Toutes les infos en ligne : www.aguila-voyages.com ou au 04 67 13 22 32.

Article sponsorisé

Crédit photo de couverture : © Aguila voyage photo / Denis Palanque