Quand on pense que Paris a fini de nous dévoiler tous ses secrets et sa beauté, il y a toujours une photo pour nous prouver le contraire. Dans sa dernière série Paris Invisible, le photographe français Pierre-Louis Ferrer nous livre une nouvelle vision épurée et onirique de la capitale de France.

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

Pour cette série, Ferrer a utilisé la technique de la photographie infrarouge pour mettre en avant la végétation, devenue blanche, sans oublier les monuments iconiques de la ville : Tour Eiffel, Sacré-Coeur, Petit Palais, Cathédrale Notre-Dame, Invalides, etc.

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

Entre l’idée et la prise de vue, 3 mois se sont écoulés. Le photographe nous explique son cheminement : « J’ai débuté mon projet en mai par un repérage de différents lieux végétalisés de Paris qui me semblaient caractéristiques de la ville : les alentours de la Tour Eiffel, les promenades boisées, les parcs et squares… Cette première phase m’a permis de réfléchir aux compositions optimales pour intégrer la végétation et lui donner une place importante dans chaque cliché. Ce fut pour moi un premier défi, car Paris n’est pas vraiment connue pour être une capitale arborée. J’ai passé le mois entier à me promener et à noter les différents lieux d’intérêt, en réalisant des brouillons de photos pour mémoriser les compositions que j’avais en tête. »

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

« Une fois les différents lieux repérés, je me suis intéressé à l’orientation du soleil optimale pour chacun d’eux. Pour cela j’ai utilisé l’application « Golden Hour Calculator » pour connaitre l’orientation du soleil en temps réel et ainsi prévoir le moment de la journée où la végétation serait éclairée au mieux. J’ai réalisé une seconde session de prises de vue pour confirmer le rendu théorique anticipé, et ajuster si besoin l’heure de prise de vue. Ce travail a notamment été critique pour la photo du Petit Palais, où je me suis rendu à 6 reprises pour réfléchir à l’exposition optimale à la fois de la façade et de la végétation au premier plan. »

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

« Enfin, j’ai réalisé un planning de prise de vue par quartier intégrant les heures de shooting et la distance séparant chaque spot. J’ai ainsi créé des parcours de prise de vue que j’ai réalisés jusqu’à 4 reprises pour certains, car la principale contrainte a été pour moi la météo. Suivant que les compos offraient un ciel dégagé ou couvert par du feuillage, j’ai privilégié les journées nuageuses ou claires, sans brume de chaleur. Ce qui explique le temps qu’il m’a fallu pour réaliser l’intégralité de la série : près de 3 mois. »

Comme vous pouvez le voir, la prise de vue aura été longue et méthodique. Une fois les photos capturées, il reste encore la post-production, obligatoire et relativement longue pour que le rendu infrarouge soit homogène sur toute la série.

Au niveau du matériel, Ferrer a utilisé un Canon 6D défiltré (full-spectrum), un Canon 16-35mm f/4 IS et un filtre Heliopan infrarouge à 695nm.

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

Paris Invisible de Pierre-Louis Ferrer

© Pierre-Louis Ferrer

L’ensemble de la série est à découvrir sur le site de Pierre-Louis Ferrer.