Alors qu’une brise estivale donne à l’atmosphère un goût de vacances, le photographe Fabien Fourcaud s’est intéressé à l’envers du décor de ces plages paradisiaques, lorsque nous les quittons à la fin de l’été. La série « Off Season » s’intéresse aux stations balnéaires construites exclusivement pour le tourisme et qui sont inhabitées le reste de l’année.

© Fabien Fourcaud

© Fabien Fourcaud, Hors Saison

Le travail de Fabien Fourcaud a été réfléchi à partir de ce questionnement : « Si le concept de « territoire » désigne un mode de relation entre un groupe d’hommes et un espace, qu’advient-il d’un territoire lorsqu’il cesse d’être fréquenté, utilisé, pratiqué ? ».

Les photographies sont celles de grands espaces vides de toute présence humaine, hormis quelques individus sur la plage. Fabien Fourcaud ne cherche pas à rendre attractif ces ensembles délaissés en hors saison. Ces photos donnent davantage l’impression que la station balnéaire est dans l’attente permanente, prête à accueillir ses vacanciers à n’importe quel moment de l’année.

© Fabien Fourcaud, Hors Saison

© Fabien Fourcaud, Hors Saison

Le photographe insiste dans son travail sur le contraste entre l’ambiance déserte de l’endroit et la multiplicité des éléments qui se retrouvent dans ses clichés. Les parkings sont immenses, les immeubles aux volets clos se suivent en enfilades avec un grand nombre d’étages et de fenêtres, les cabines d’essayage dans les piscines et pas une seule personne pour y donner un peu de vie en hors saison.

© Fabien Fourcaud, Hors Saison

© Fabien Fourcaud, Hors Saison

Ces villes à usage annuel unique reflètent l’environnement de la société de consommation que le choix d’un cadre large souligne, toujours voir plus grand pour attirer le plus grand nombre. Les photographies où seule la plage et les dunes figurent donnent tout de même un caractère paisible à ces espaces abandonnés que la chaleur et le soleil transforment en été.

© Fabien Fourcaud, Hors Saison

© Fabien Fourcaud, Hors Saison

Fabien Fourcaud questionne ainsi le rapport de l’homme au paysage et photographie des « No Man’s Land » temporaire pour donner à réfléchir sur l’utilisation des milieux.

Retrouvez la série complète sur son site internet et dans les publications de ses travaux.