Faire de la photographie, ce n’est pas uniquement prendre des photos, choisir son cadre et ses réglages, puis regarder ses images sur un écran. La photographie, ça se touche, ça se partage, et l’impression photo est un sujet que nous avons abordé plusieurs fois cette année, notamment via notre test de l’impression de livres photo via Lightroom ainsi que dans notre Mercredi Pratique sur la nécessité d’imprimer ses photos.

Laurent, un membre du Club Phototrend, s’est reconnu dans ce dernier Mercredi Pratique et a partagé avec nous sa pratique du livre photo dans Lightroom. En lisant son message, nous avons compris que son témoignage pourrait servir à d’autres photographes qui se trouvent dans la même situation. C’est pour cette raison que nous le partageons dans nos colonnes.


Merci pour votre newsletter qui est une bonne source d’inspiration pour un amateur passionné comme moi. Je partage avec vous une idée et une méthode de travail que j’ai mises en place, car elle fait un peu écho à certains sujets traités dans votre newsletter du jour, dont l’article Pourquoi il est essentiel d’imprimer vos photos.

Grâce au module livre sur Lightroom, j’ai complètement changé ma façon de prendre des photos sur le terrain, de les traiter et d’en profiter

Avant, je prenais une tonne de photos, principalement en vacances, car j’ai la chance de pouvoir voyager plusieurs fois dans l’année. Je mettais ensuite des semaines à tout trier, tout classer, tout traiter. Un travail long et répétitif avant de repartir, le tout pour laisser toutes ces « belles » photos moisir sur le disque dur.

Lightroom-Laurent-livre_2

Aujourd’hui, je prends moins de photos, mais j’en prends davantage tout au long de l’année, à chaque occasion et surtout je me suis fixé pour objectif de sortir grand maximum 5 bonnes photos par sortie, événement, lieu visité. Je suis un peu en mode reportage tout au long de l’année, mais en privilégiant la qualité par rapport à la quantité.

Un modèle de livre automatique Lightroom

Pour cela, je me suis constitué un modèle de livre automatique sur Lightroom avec un système en double page (4 emplacements max en page de gauche et 1 seul emplacement en page de droite que je réserve pour ma meilleure photo), 240 pages avec le format que j’ai retenu sur Lightroom. Je me fixe 1 livre par an (j’en suis plutôt à 2 actuellement, car j’ai encore un peu de mal à faire le tri).

Lightroom-Laurent-livre_4

Le livre retrace les différents moments vécus dans l’année ou les sorties photo que je planifie davantage. Je m’efforce ou plutôt me force à limiter au maximum les photos retenues pour ne garder vraiment que les meilleures et les plus évocatrices du moment passé. À titre d’exemple, je peux n’en garder qu’une ou deux sur la page de gauche et dans tous les cas 1 seule sur la page de droite. Je peux aussi m’autoriser dans certains cas jusqu’à 2 doubles pages pour un même moment. En fait, tout est une question de compromis et d’arbitrages vu que je suis limité en nombre de pages et donc en nombres de photos.

Lightroom-Laurent-livre_7

Lightroom-Laurent-livre_6

J’essaye également de varier un peu cette mise en page automatique en ayant en backup d’autres modèles de mises en page, ce qui permet de varier les plaisirs. Tout cela reste variable, mais dans une certaine mesure et cela me fait un très bon cadre de travail.

NB : En parallèle, on pourra toujours créer des mini-livres (pour un voyage en particulier), mais je n’en suis pas encore là…

Sur le terrain

Sur le terrain, je pense naturellement à ma fameuse double page et ça change tout ! Un peu de pression, mais que du plaisir ! Je cherche à faire des photos plus fortes, mes compositions sont beaucoup plus soignées qu’avant, j’arrête de mitrailler dans tous les sens avec la peur de rater le moindre truc, je réfléchis à l’histoire que pourrait raconter l’enchaînement de mes photos… J’ose des cadrages différents en raisonnant à la fois en mode paysage et portrait, ce qui évite la redondance lors du résultat final et permettra de varier la mise en page sur le livre. En bref, je cherche à faire des photos plus marquantes qui serviront à la création du livre.

En postproduction

En postproduction, je règle « rapidement » l’ensemble de mes photos, je sélectionne mes 5 photos de la sortie, je m’attarde plus sur le traitement de celles-ci et enfin, je visualise le résultat sur le module Livre. Après, je refais une toute dernière sélection et je soigne la mise en page du livre.

Lightroom-Laurent-livre_5

Je n’ai pas encore beaucoup de recul, mais je trouve déjà que cette méthode de travail m’a permis d’améliorer ma technique, de prendre plus de plaisir à chaque étape du processus, de pouvoir profiter de mes photos grâce au livre que je pourrais reprendre facilement et notamment avec mes proches, je garde une trace à vie de ces moments qui ont compté…

Il m’arrive de publier même quelques clichés sur Flickr avec cette même logique : qualité plutôt que quantité.

Des livres photo à venir

Pour être honnête, je n’ai pas encore imprimé les premiers livres que j’ai faits, car la démarche est encore relativement récente et comme vous le dîtes, quand je reprends mes fichiers RAW quelque temps après, que je revois ma sélection à tête reposée et ma mise en page, je suis surpris du résultat avant/après. Mais la première commande est pour bientôt, car il faut bien se lancer un jour !

Pour l’édition, je vais passer avec Blurb, car le livre créé dans Lightroom est directement pris en charge par Blurb.

J’ai finalisé un premier livre sur l’année 2013, l’année où j’ai eu mon premier reflex, 2 livres pour couvrir 2014 et je dois boucler celui de 2015. Ça a été pas mal de boulot honnêtement de reprendre les 2 premières années, notamment de faire le tri. Par contre, pour 2015, j’ai intégré l’idée du livre dès la prise de vue et à chaque étape (classement, sélection, retouche, mise en forme sur la partie livre…), ce qui est beaucoup plus simple et plus amusant…


Merci Laurent pour ce témoignage. Nous sommes nombreux à laisser dormir nos photos sur nos disques durs et j’espère que ton message permettra à d’autres d’avoir le déclic et de se mettre à imprimer leurs photos de manière régulière. Un livre par année semble être un très bon équilibre.