Aujourd’hui, Justine Jugnet, jeune photographe originaire de Chalon sur Saône, le berceau de la photographie, répond à nos questions. Elle est entrée dans le monde de la photographie professionnelle à l’âge de 20 ans et exerce aujourd’hui son métier de photographe entre Lyon, Paris, Marrakech et Genève.

C’est parti !


Avant tout, présente-toi en quelques mots

Bonjour tout le monde ! Et pour commencer merci à Phototrend pour cette interview ! Je suis Justine Jugnet, jeune photographe de 25 ans basée à Lyon et passionnée par la photo de mode.

justinejugnet.com_photo_014

© Justine Jugnet

Depuis quand fais-tu de la photo, quelles ont été les étapes importantes pour toi dans ton apprentissage ?

Je fais de la photo depuis 5 ans environ, j’ai commencé à m’y intéresser grâce à une amie très créative à l’esprit vagabond et grâce à mon père qui a toujours aimé l’art en général. J’ai fait un cycle supérieur à l’école de Condé, qui m’a permis de gagner en sens critique et en maturité. J’ai ensuite abandonné l’école pour rester travailler avec le Studio le Carré dont je fais toujours partie, et où j’ai appris énormément de choses.

© Justine Jugnet

© Justine Jugnet

Au fil du temps, tu sembles t’être spécialisée dans la photographie publicitaire et de mode. Qu’est-ce qui t’as fait prendre cette voie ?

J’ai d’abord pris cette voie car je suis (malgré les apparences) quelqu’un d’assez timide. Je n’ai pas une grande confiance en moi et j’ai du mal à rencontrer de nouvelles personnes. Diriger une modèle, une équipe, me force à être avenante et à mettre ma timidité de côté.

© Justine Jugnet

© Justine Jugnet

Et finalement, malgré la difficulté que cela peut me poser, j’ai pris goût à ça. J’aime tout faire pour rendre une femme belle, ou mettre en valeur un produit. J’aime la créativité que cela demande, imaginer et voir se réaliser les projets. Ce doit être mon petit côté enfant.

Pour quel grand nom de la mode aimerais-tu réaliser un shooting et pourquoi ?

J’aimerais bien bosser pour plusieurs marques aux univers complètement différents. Je ne suis pas capable de faire la même chose tout le temps, j’ai besoin de nouveauté en permanence. Mais si je devais choisir une marque pour laquelle j’aimerais bosser, ce serait Billabong. J’aime la fraîcheur, l’esprit de liberté, la féminité, les ambiances qui se dégagent de leurs photos. Ca me plairait vraiment de travailler pour eux.

© Justine Jugnet

© Justine Jugnet

Qu’as-tu voulu exprimer à travers ta série photo Ame Sensible ?

Ma série Ame Sensible est un travail que j’ai du mal à décrire. J’y cherche la faille dans la perfection, je cherche à retranscrire l’émotion, l’âme, à travers les expressions, tout en tentant d’avoir un rendu très photo publicitaire. J’essaie de mêler tout cela. La matière et la couleur autour du visage des modèles venant accentuer la plupart du temps l’émotion que je veux y retranscrire.

Je ne prévois jamais à l’avance de faire un portrait pour cette série. Toutes les fois où j’ai essayé cela n’a pas fonctionné. C’est vraiment quelque chose qui vient au feeling, il faut vraiment que je me sente inspirée, et je fais avec ce que j’ai sous la main.

Tu photographies plus de femmes que d’hommes (du moins ce que j’ai pu voir sur ton site), y-a-t-il une raison particulière ?

Je suis plus à l’aise avec les femmes : j’aime travailler la féminité, c’est quelque chose qui me touche. La douceur, la sensibilité, la fragilité, et en même temps la force. C’est quelque chose qui me plaît.

Mais j’aime aussi travailler avec les hommes, c’est juste différent, et j’ai peut-être moins l’habitude. J’ai aussi moins de demande pour mon travail venant d’hommes.

© Justine Jugnet

© Justine Jugnet

Messieurs si vous me lisez n’hésitez pas à me contacter !

Peux-tu nous raconter l’histoire de ta première photo que tu estimes « réussie » ?

Oulala. C’est quoi une photo réussie ?

Bon alors je vais parler de ma première séance qui m’a marquée. J’avais comme sujet de cours photo argentique à l’école une série à réaliser sur « le froid ». C’était l’hiver, j’avais plus ou moins 2 ou 3 semaines pour préparer ça, faire la séance, développer les pellicules, faire les tirages… J’ai décidé de faire une série, au Parc de la Tête d’Or, avec une jeune fille à demi-nue, dans le froid.

La séance s’est déroulée le 5 janvier 2011, par un temps gris, un peu brumeux, avec une lumière très blanche. J’ai demandé à mon amie Solenne Jakovsky de poser pour moi, et à mon autre amie Julie de Waroquier de m’assister. Je crois que c’était ma première vraie série.

Tu fais partie du Studio Le Carré à Lyon, de quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un studio, composé de 8 personnes, photographes, graphistes, développeurs web… On est tous indépendants, on travaille tous sur nos propres projets, mais on a aussi plein de projets où l’on travaille ensemble. Parce que l’on pense que travailler à plusieurs c’est une force, que l’on s’apprend mutuellement des choses, que l’on évolue ensemble.

Quel matériel photo utilises-tu pour tes portraits et photos de mode ?

J’utilise un Nikon D800, un 50mm 1.4 et un 105mm. Mais il m’arrive aussi d’utiliser mon iPhone. Je ne suis pas très portée sur les questions de matériel. J’utilise ce dont j’ai besoin pour faire ce que j’ai en tête.

Quels conseils donnerais-tu à un photographe qui s’intéresse à la photographie de mode ?

Comme à n’importe quel photographe, que ce soit pour de la mode ou autre, je lui dirais de s’entrainer constamment, de se remettre en question, d’accepter les critiques quand celles-ci sont constructives, et de suivre son instinct.

© Justine Jugnet

© Justine Jugnet

Quels sont les sujets qui te plaisent actuellement, et sur quoi travailles-tu ?

Je n’ai pas de sujets précis qui me plaisent en ce moment. Je change d’avis toutes les 5mn, je vois plein de choses qui me plaisent que j’oublie 5mn après, après avoir vu autre chose.

© Justine Jugnet

© Justine Jugnet

En ce moment, je re-développe ma communication côté mode avec ma collègue Laurie Diaz qui est en plus d’être photographe, DA et graphiste.

Je travaille aussi beaucoup pour une marque de crèmes para-cosmétiques ces derniers temps et je m’occupe de mes clients particuliers.

Qui sont les photographes ou artistes qui t’inspirent ?

Il y en a tellement !

Quel(le) photographe aimerais-tu que l’on interviewe ?

Et bien pourquoi pas Laurie Diaz dont je viens de parler justement ? Elle a un travail sur les voyages que j’apprécie beaucoup !

Le mot de la fin

Merci Phototrend encore une fois !

© Justine Jugnet

© Justine Jugnet


Merci Justine d’avoir répondu à nos questions.

Vous pouvez retrouver les photos de Justine Jugnet ainsi que sa très belle série Âmes sensibles sur son site.