L’appareil photo Light L16 a le format d’un gros smartphone (même largeur et hauteur qu’un iPhone 6 Plus et deux fois plus épais), mais les ressemblances s’arrêtent ici. Cet appareil, développé par la société californienne Light, ne peut pas téléphoner. C’est un appareil photo dont l’ambition est de détrôner le bon vieux reflex numérique tant sur la qualité d’image que sur la résolution, en apportant également d’autres nouveautés.

L16-BAG-CLOSEUP

L16 : 16 appareils photo en un

Le L16 est composé de 16 petits appareils photo, disposant chacun d’un capteur et d’une optique. A l’intérieur de l’appareil, on trouve trois types d’objectifs :

  • 5 objectifs 35 mm
  • 5 objectifs 70 mm
  • 6 objectifs 150 mm

Pour les faire rentrer dans l’appareil, les objectifs sont allongés dans le boîtier et la lumière est capturée à l’aide d’un miroir, ce qui permet de disposer de longues focales tout en évitant d’avoir un objectif qui dépasse.

Le miroir permet de disposer l'objectif de manière allongée dans l'appareil

Le miroir permet de disposer l’objectif de manière allongée dans l’appareil

Les 16 optiques arrangées dans l'appareil

Les 16 optiques arrangées dans l’appareil

A chaque photo, seuls 10 mini-appareils sont sélectionnés (en fonction des réglages de prise de vue) et déclenchent pour produire 10 photos qui seront ensuite assemblées de manière logicielle pour créer une image d’une résolution pouvant aller jusqu’à 52 Mpx.

Photo prise à 35mm

Photo prise à 35mm

Photo prise à 70mm

Photo prise à 70mm

Photo prise à 150mm

Photo prise à 150mm

Une sélection infinie pour la zone de mise au point

A la manière de la technologie plénoptyque utilisée par le constructeur Lytro (lire notre test du Lytro Illum), le Light 16 permet également de redéfinir la zone de mise au point à posterio en passant par le logiciel disponible sur ordinateur. Cela permet ainsi de définir une très faible profondeur de champ pour un effet de bokeh ou bien une très grande profondeur de champ pour avoir tous les plans de l’image nets.

Light image exporter

Light image exporter

En combinant de multiples images, l’appareil est capable de générer des photos avec moins de bruit numérique mais aussi une ouverture maximale de f/1.2 (les optiques utilisées ouvrent à f/2.4) grâce à une technologie proche du Brenizer.

Mais toujours un second appareil à transporter

Si l’idée de départ du Light L16 était de proposer un appareil photo du format d’un smartphone, afin de pouvoir toujours l’avoir sur nous, le problème est ici que l’appareil photo ne dispose pas de fonctions pour téléphoner ou utiliser des applications. Une connexion WiFi et Bluetooth permettront cependant au L16 de partager les photos vers un smartphone, une tablette ou un ordinateur.

L16-BACK-UI-1

Cet appareil reste donc un second appareil à transporter, en plus de nos smartphones. Avec ses caractéristiques techniques et sa compacité, il est cependant fort possible que comparé à un reflex, les utilisateurs en quête de mobilité se tournent vers ce type d’appareil. En comparaison, le L16 est beaucoup plus compact qu’un reflex et vous n’avez pas à emmener avec vous plusieurs optiques étant données que ces dernières sont déjà toutes dans l’appareil : les focales fixes 35mm, 70mm et 150mm et un zoom de 35mm à 150mm.

Reste à voir si, comme pour le DxO One qui se veut un compagnon photographique de l’iPhone, la qualité d’image sera au rendez-vous.

Le premier d’une série

Le Light 16 est disponible en précommande dès aujourd’hui au tarif de 1299$ (avec une avance de 199$) et sera disponible en été 2017 au tarif public de 1699$.

A ce prix, il y a fort à parier que le Light reste un appareil photo de niche dans un premier temps, mais cette innovation montre que la photographie est sur le point de connaître un véritable tournant.

Rappelez-vous, en avril 2015, Apple rachetait la startup LinX, une startup israélienne qui développe des appareils photo à capteurs multiples. Apple (et d’autres) sont donc sûrement en train de regarder de près cette technologie innovante qui permet de miniaturiser nos appareils photo en multipliant le nombre de capteurs et en utilisant le pouvoir du logiciel au lieu de miser sur des objectifs disposant de constructions optiques coûteuses.

D’ailleurs, Light a signé un acccord de licence avec les usines Foxconn – qui produisent l’appareil – pour autoriser le géant chinois à construire des versions miniatures du système vouées à être intégrées dans un smartphone.

Pour aller plus loin, rendez-vous sur le site de Light et regardez quelques photos réalisées avec le L16.