Dans la série Le dessous des images, nous souhaitons raconter l’histoire qui se cache derrière certaines photos ou images emblématiques, connues ou moins connues, qui ont marqué notre société ou notre regard sur le monde.

Fin XIXème, une polémique fait bruit : au galop, y a-t-il un moment où le cheval décolle toutes ses jambes du sol ?

Impossible à voir à l’oeil nu et les physiologues se contredisent. Un prix est même promis par le riche amateur de chevaux L. Stanford à celui qui résoudra le problème. Pour trancher la question, le 18 juin 1878, le photographe Eadweard Muybridge dispose 12 appareils photographiques le long d’une piste équestre, de façon à capturer image par image le mouvement du cheval.

Muybridge, galop, 1878

Le procédé photosensible est le collodion humide, un procédé à pose rapide mais qui devait être préparé quelques minutes avant la prise. Eadweard obtient alors une série d’images détaillant les différentes étapes du galop. Ce dispositif est révolutionnaire à cette époque et annonce les prémices du cinéma.  C’est seulement depuis ce jour que l’on sait qu’au galop, le cheval décolle toutes ses jambes du sol (cf. image 4 dans la série).

Muybridge est le premier photographe à analyser la locomotion des êtres vivants et il fera paraître Animal Locomotion (1887) et The Human Figure in Motion (1901) montrant des centaines de décompositions de mouvements d’humains et de divers animaux : biches, éléphants, chiens, porcs, taureaux, lions et autres chats ou perroquets.

Pour aller plus loin : vous trouverez une grande partie de ses planches sur le mouvement sur le site muybridge.org

Retrouvez les autres images de la série Le dessous des images sur cette page.