Ces dernières années, certains photographes et amateurs de sensations fortes (ou l’inverse) ont commencé à grimper en haut de gratte-ciels ou tours plus impressionnants les uns que les autres pour photographier la ville sous un nouvel angle. Cela a donné naissance à une pratique photographique : le rooftopping.

Mauvaise nouvelle pour eux : le rooftopping n’est pas nouveau, comme le montrent ces photos datant d’un siècle.

Sur la photo de couverture (prise par un photographe inconnu dans les années 1920), on voit un photographe en train de photographier les rues de New York depuis le haut d’un gratte-ciel new-yorkais.

fifthavenue

ebbets

Sur ces autres photos, on voit le photographe Charles C. Ebbets (toujours à New York) suspendu sur une poutre au dessus la Cinquième Avenue et tenant un appareil photo de l’époque à la main.

Bien sûr, ces photographes ne photographiaient peut-être pas forcément que le vide, comme nous le rappelle cette fameuse photo de Charles C. Ebbets (Lunch atop a skyscraper) montrant des ouvriers assis sur une poutre du Rockefeller, mais l’idée était déjà presque mûre dans l’esprit des photographes.

29 Sep 1932 --- Construction workers eat their lunches atop a steel beam 800 feet above ground, at the building site of the RCA Building in Rockefeller Center. --- Image by © Bettmann/CORBIS

© Charles C. Ebbets/CORBIS

Plus proche de nous, il existe également quelques photos assez impressionnantes d’ouvriers de la Tour Eiffel comme celle-ci datant de 1924 sur laquelle on voit un peintre un pied dans le vide.

© Bettmann/CORBIS

© Bettmann/CORBIS

D’ailleurs, le selfie pourrait lui aussi remonter aux années 1920…