L’essor du numérique ainsi que l’existence de nombreux sites de partage photo comme Flickr et Picasa ont permis à ce projet d’un nouveau genre de voir le jour : des timelapses montrant l’évolution dans le temps de certains endroits très photographiés, le tout créé de manière automatique à l’aide de millions de photos disponibles sur Internet.

Ce genre de timelapse longue durée n’est pas nouveau, mais jusqu’ici il fallait, pour en réaliser, un matériel et une organisation bien rodée, puisqu’un appareil photo devait être immobilisé sur une très longue période (souvent quelques mois voire une année) afin de prendre de nombreuses photos et générer un timelapse équivalent.

timelapse

Dans cette vidéo, des chercheurs de l’Université de Washington et de Google ont analysé de manière automatique plus de 86 millions de photos publiées sur Flickr et Picasa et les ont regroupé par lieu et point de vue identiques. Une fois les photos d’un même lieu regroupées, elles ont été classées de manière chronologique afin de créer une frise temporelle. La dernière étape consistant à stabiliser l’apparence des images (notamment en terme de luminosité) a permit d’obtenir le résultat présenté ci-dessus : des timelapses d’endroits populaires permettant de découvrir les changements opérés en une dizaine d’années. Tout ce processus n’a pris que quelques heures à la machine.

Cette vidéo permet notamment de rendre visible certains changements impossibles à voir à l’eau nu, comme le reculement des glaciers, les travaux effectués sur certains bâtiments ou bien encore le changement de parcours d’une chute d’eau. A noter que le garde suisse du Vatican est sûrement l’un des éléments qui bouge le moins dans le monde d’années en années.

TimelapseMiningSIGGRAPH15-3-1024x249

A gauche, la photo, à droite, ce que voit l’ordinateur

Au total, les chercheurs Ricardo Martin-Brualla, David Gallup et Steve M. Seitz ont découvert 10 728 timelapses, dont certains seront bientôt postés sur le site du projet. Vous pouvez également retrouver à cette adresse le document de recherche technique permettant de mieux comprendre la méthode utilisée.

Sans surprise, c'est en Europe que se trouvent les lieux les plus photographiés et c'est donc là que l'équipe a trouvé le plus de timelapses

Sans surprise, c’est en Europe que se trouvent les lieux les plus photographiés et c’est donc là que l’équipe a trouvé le plus de timelapses

Le code source de ce projet sera bientôt rendu public afin de permettre à d’autres personnes de « miner » les millions de photos présentes en ligne pour permettre de découvrir et montrer ces changements « à grande échelle » dont nous sommes témoins chaque jour sans malgré tout pouvoir les voir.