L’essor de la photographie numérique, d’Internet et des blogs a permit de faire émerger de nouvelles pratiques liées aux images.

Une nouvelle pratique, encore peu répandue, émerge progressivement depuis quelques années : jouer avec un flux d’images présentes sur Internet et les organiser de façon structurée. Ce type d’expression n’ayant pas encore de nom, nous avons choisi de les nommer les « phymes », un mélange entre photos et rimes (rhyme en anglais).

A la manière d’un poème, chaque image va « rimer » avec une autre au travers d’un détail, d’une couleur, d’une forme, d’une émotion. En parcourant ces phymes, des juxtapositions se forment entre ces photos très différentes, voire opposées. Des ambiances se mélangent mais toujours avec un fil conducteur et de petites histoires vont se créer pour celui qui suit cet enchainement à la manière d’un poème, mais en images. Parfois d’ailleurs, comme pour un poème, le lien entre les images est subtil et il faut passer du temps à chercher la corrélation.

Pour nous, la référence des phymes est le site Decapitate Animals (lire notre interview de Tao Kitamoto, son auteur). Découvert il y a quelques années, c’est un site énigmatique, sans explications et avec très peu de texte.

« Même quand il n’y a pas de lien, je veux laisser les spectateurs chercher les connexions qu’il peut y avoir entre deux images. » – Tao Kitamoto, auteur du site Decapitate Animals

Il propose — en mélangeant la photos de mode, d’art, des images célèbres ou photo-journalisme — des phymes parfois inattendues, parfois choquantes ou inspirantes mais toujours traversées par lien subtil entre les images. Ce lien peut être un élément de décor, un détail, un environnement ou une forme, etc. Chaque série raconte ainsi une petite histoire visuelle, et l’on se prend au jeu en visualisant cette histoire défiler sous nos yeux. Voici un exemple de phyme que l’on peut trouver sur Decapitate Animals :

Decapitate Animals

The guns beat their heavy, atonal music into the air, her mouth flapped and she sagged and the guns fired again

ou encore :

Decapitate Animals

they are gaunt, mean shadows that bite the ground like teeth. as the sun nears the horizon, its benevolent yellow begins to deepen, to become infected, until it glares an angry inflamed orange.

On peut également citer le site Eastern Fronts qui réalise des séries assez similaires.

Dans cette tendance, d’autres sites proposent de jouer avec la juxtaposition d’images comme l’incroyable site Middle And Off qui met en parallèle deux images différentes mais avec les mêmes symétries, couleurs ou formes. La juxtaposition des deux images est très étonnante d’autant plus qu’un travail énorme est nécessaire pour trouver ce genre de similitude. Voici quelques exemples de juxtapositions :

tumblr_mvsyd4iVDN1qh58m5o1_1280

tumblr_mwlk352Z6d1qh58m5o1_500h

tumblr_n5e0biUhDI1qh58m5o1_1280

tumblr_mzbg90TI3k1qh58m5o1_1280

La nouvelle tendance des phymes est particulièrement intéressante car elle présente une nouvelle façon de voir les images, non plus de façon individuelle (ou en série), mais par un lien avec une autre image d’un autre contexte. On pourrait s’imaginer créer de véritables poèmes visuels à la manière de ceux existant et ainsi mettre en évidence des aspects plus subtils de l’image par sa juxtaposition avec une autre.

Retrouvez notre interview de Tao Kitamoto, auteur du site Decapitate Animals.

Connaissez-vous d’autres sites avec cette même démarche ? Selon-vous, les phymes sont-ils là pour durer ?