Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir le travail de Valentin Astier, qui s’est lancé dans la photographie avec de grosses influences cinématographiques. Le résultat donne des images qui capturent une ambiance et une atmosphère. Nous n’avons donc pas pu nous empêcher de lui poser quelques questions sur sa pratique de la photographie.

Avant tout, présente-toi en quelques mots

J’ai 24 ans et je travaille dans les effets spéciaux en tant que matte painter. Je suis originaire d’Annecy ce qui n’est sûrement pas étranger à mon amour pour la nature. Je vis depuis peu à Montréal et compte en profiter pour explorer les magnifiques paysages du Canada.

Valentin-Astier_Portfolio_002

© Valentin Astier

Depuis quand fais-tu de la photo, quelles ont été les étapes importantes pour toi dans ton apprentissage ?

Je fais de la photo depuis maintenant 5 ou 6 ans. J’en suis arrivé à travailler dans les effets spéciaux car j’ai fait une école spécialisée dans ce domaine. Elle s’appelle ArtFx et est située à Montpellier. Avant de vraiment attaquer l’apprentissage pur des logiciels sur lesquels nous seront amenés à travailler tous les jours, nous découvrons avant tout les domaines principaux qui gravitent autour des effets spéciaux. Ça va de la sculpture, en passant par l’histoire de l’art et du cinéma, le dessin et bien sûr la photo. C’est donc dans cette école que j’ai commencé à apprendre les rudiments de la photographie, ses bases techniques et artistiques.

Valentin-Astier_Portfolio_007

© Valentin Astier

C’est une fois diplômé que j’ai commencé à ressentir le besoin de dépasser l’outil servant mon travail pour le transformer en passion. Il m’a fallu ensuite un peu de temps pour sortir de l’aspect purement technique de la photo et surtout savoir dans quelle direction je souhaitais orienter mon travail photographique.

Tu te définis comme un photographe d’ambiance et d’atmosphères, peux-tu nous en dire plus ?

Je me dis photographe d’ambiances et d’atmosphères car c’est avant tout ce que je cherche à faire ressortir lorsque je shoote.

Valentin-Astier_Portfolio_005

© Valentin Astier

J’ai rarement des projets précis en tête ou des idées de concepts. Ma démarche principale est d’explorer des idées de composition, de me laisser surprendre par ce qui m’entoure et d’en tirer une ambiance, une atmosphère qui m’inspire, puis d’en faire ressortir quelque chose de cohérent qui s’articulera autour d’une idée commune. Etant très influencé par le cinéma, je cherche à le retranscrire à travers mes cadrages, mes lumières, mes étalonnages.

© Valentin Astier

© Valentin Astier

Bien sûr j’ai tout de même des thèmes qui me passionnent. Je suis assez fasciné par la nature et les paysages qu’elle offre. Je suis capable de rester des heures à contempler le mouvement des nuages, la découpe de la lumière sur une montagne, la brume qui s’échappe d’un lac. Je suis également émerveillé par les villes et leurs milles lumières, leur architecture offre des lignes de cadre infinies. Le contraste entre ces deux univers qui s’opposent mais surtout se répondent me captive. C’est l’impact qu’ont les éléments sur moi lorsque je les parcours que j’aime faire ressentir en photo.

Valentin-Astier_Portfolio_008

© Valentin Astier

Qui sont les photographes qui t’inspirent ?

Je suis le travail de beaucoup de photographes mais ceux qui parmi eux m’inspirent le plus de part leur thème, leur ambiance, leur cadrage ou leur étalonnage sont Cody Cobb, Josef Hoflehner, Randy P. Martin, Dillon Marsh et Gregory Crewdson.

Quels sont les sujets qui te plaisent actuellement, et sur quoi travailles-tu ?

J’aimerais continuer dans ma lancée et travailler sur des séries encore plus abouties que les précédentes. Mon arrivée nouvelle à Montréal va me permettre d’explorer cette ville et d’en extraire, je l’espère, de nouvelles séries et photos.

Valentin-Astier_Portfolio_009

© Valentin Astier

Mais je vais surtout pouvoir en profiter pour arpenter les magnifiques paysages du Québec, que j’avais déjà pu capturer dans ma série « Gaspésie, Mon Amour« . C’est autour de cette série et de « Alt For Norge ! » que je souhaite principalement articuler mon travail. Elles le représentent et le résument très bien et elles seront mes références pour débuter mes prochaines séries.

© Valentin Astier

© Valentin Astier

Quel matériel photographique utilises-tu ?

J’utilise essentiellement des appareils photo numériques. J’ai tenté de shooter en argentique avec un Pentax Super A, mais, même si le rendu de l’image est vraiment génial, il n’y a pas assez de contrôle en post-production. Pour moi, la moitié du travail et du plaisir se fait à l’étalonnage si bien que les limitations de l’argentique me frustrent. Puis, au final, j’adore le feeling d’une image numérique, sa précision.

Valentin-Astier_Portfolio_001

© Valentin Astier

Du coup, mon combo préféré est mon Canon 6D et mon 50mm f/1,4. Il est léger, je peux le porter toute la journée sans aucun problème et j’ai de toute façon tendance à shooter la plupart du temps en 50mm. J’ai aussi un 24-70 mm qui m’est très utile lors de longs voyages et quand j’ai besoin de trouver plusieurs valeurs de cadre. En plus de ça, j’ai aussi un Fujifilm x100S. Il est tellement petit et léger que je l’ai toujours au fond de mon sac au cas où.

Valentin-Astier_Portfolio_003

© Valentin Astier

Quel photographe aimerais-tu que l’on interviewe ?

Définitivement Cody Cobb, je suis vraiment fan de son travail !

Le mot de la fin

Merci pour cette interview et de l’intérêt que vous portez à mon travail. Si mes photos plaisent à vos lecteurs, je ne peux que les inviter à me suivre sur les réseaux sociaux dont les liens sont tous disponibles sur mon site : http://www.valentinastier.com