La sortie de Lightroom mobile, présentée en septembre dernier, avait failli fuitée en début d’année. Aujourd’hui c’est enfin une réalité : Adobe a dévoilé ce matin cette nouvelle application pour tablette (disponible sur iPhone et Pad), accompagnée de la version 5.4 de Lightroom. Une petite révolution pour les photographes ?

lightroom mobile

Lightroom mobile, le compagnon de la version bureau

La version 5 de Lightroom a inauguré les aperçus dynamiques ou smart previewsfonction très pratique pour traiter des photos plus légères et garder avec soi ses images récentes sans exploser son stockage : l’outil crée une image bien plus légère dans son catalogue et vous permet de travailler dessus, sans avoir le RAW avec vous (celui-ci peut être stocké sur un disque externe par exemple). C’est cette technologie qu’exploite la version iPad pour gérer vos images, gagnant ici en place mais aussi en fluidité. Et nul besoin de câble pour transférer vos photo : tout se fait via le service d’Adobe.

La synchronisation des photos passe par les collections dans Lightroom

La synchronisation des photos passe par les collections dans Lightroom

La synchronisation avec la version bureau est un atout important de cette application. Pour sélectionner les photos dans la version mobile, il suffit de créer une collection sous Lightroom 5 et d’activer la synchronisation mobile. Cette synchronisation passe alors par internet : les aperçus dynamiques sont mis sur les serveurs d’Adobe et récupérés par la version mobile (ou inversement). Toute modification sur l’un des appareils est répercutée sur le ou les autre(s). Il n’est actuellement pas possible de synchroniser ses photos entre un ordinateur et un iPad via le Wifi local, mais on espère que c’est quelque chose qu’Adobe étudie.

retouche1

Il est également possible, en plus de la gestion en ligne des images, de les télécharger en local sur la tablette. Vous pourrez alors les visionner, les classer ou les retoucher sans connexion : tous les changements réalisés hors ligne seront transmis au serveur une fois la connexion retrouvée. Pour notre test, une collection de 28 fichiers RAW sortis du Nikon Df (chacun d’une taille d’environ 13 Mo) requiert 38,2 Mo d’espace sur l’iPad. Si vous êtes satisfait du résultat, vous pouvez également partager votre photo sur Twitter, Facebook ou Flickr.

Les photos synchronisées avec le serveur sont aussi visibles directement en ligne, sans avoir son iPad ou son catalogue Lightroom. Il suffit pour cela de se connecter sur le site Lightroom Web View et de s’identifier.

Lightroom version web

Un service web permet de consulter ses collections en ligne

Trier et organiser du bout des doigts

L’iPad se prête parfaitement à l’exercice de la présentation des photos, mais aussi au tri et au catalogage. Les collections vous permettent de présenter toutes vos photos en famille, avec des amis ou dans un cadre professionnel, sans quitter Lightroom.

Les collections permettent également d’exploiter toutes les options de tri et de notation que vous utilisez habituellement : notes, couleurs, drapeaux… Vous pouvez rapidement organiser vos images depuis votre tablette, en sachant que toutes ces modifications seront répercutées sur votre catalogue de PC/Mac. Il est également possible de marquer une image d’un drapeau « rejetée » ou « retenue », pratique pour faire un premier tri. Pas de gestion des métadonnées en revanche, en tout cas pour cette première version.

2014-04-08 12.13.30

2014-04-08 12.13.27

2014-04-08 12.12.31

Il est également possible de créer une collection depuis l’iPad avec les images de la pellicule. Les photos sont alors transférées sur le serveur d’Adobe, et donc mises à disposition sur la version bureau du logiciel. Et comme pour la plupart des applications photo, vous pouvez partager vos images sur les réseaux sociaux directement depuis votre tablette.

Des corrections simples mais intuitives

Adobe a réussi a bien exploiter le tactile de l’iPad pour proposer une interface simple et intuitive tout en proposant des outils assez avancés pour ce type d’appareil. Ainsi la plupart des corrections habituelles sont disponibles : exposition, noir & blanc, highlight, contraste, vibrance, etc. En revanche pas d’outils avancés du type filtres dégradés ou corrections par région.

Dans tous les cas cela permet de faire un tri puis des retouches simples sur toutes ses images, avant de (re)passer si nécessaire sur la version complète pour un développement plus approfondi.

2014-04-08 12.10.09

2014-04-08 12.11.16

2014-04-08 12.11.59

2014-04-08 12.11.39

Seuls les presets d’Adobe sont disponibles pour l’instant

Des limites techniques mais aussi commerciales

Quelques limites risquent cependant de refroidir certains :

  • Lightroom mobile n’est pour l’instant disponible que sur iPad. Adobe prévoit une version iPhone mais aussi Android, sans annoncer de date. Les versions iPad et Android (smartphones uniquement) sont désormais disponibles.
  • Lightroom mobile ne synchronise pas les RAW : c’est un compromis nécessaire pour gérer ses photos sur un appareil moins performant mais cela peut handicaper les personnes voulant une solution plus complète de gestion d’images.
  • Lightroom mobile n’importe pas les RAW : il faudra de toute façon commencer par importer vos images dans votre catalogue principal sur l’application de bureau avant de pouvoir utiliser votre tablette.
  • Lightroom mobile ne se synchronise que par internet, il n’est pas possible de passer par une liaison filaire. Pratique certes, mais gênant en déplacement si vous n’avez pas de wifi et assez lent si vous avez de grosses collections.
  • Cette application ne fonctionne que pour les abonnés au Creative Cloud : si vous avez acheté une licence de Lightroom 5, vous ne pourrez pas profiter de ce nouveau service sans passer à l’abonnement… Comptez 11,99€ par mois minimum pour Lightroom et Photoshop CC. Si vous n’avez pas de compte Creative Cloud et que vous installez l’application, vous aurez 30 jours d’essai pour essayer Lightroom Mobile.

Un outil supplémentaire dans le workflow du photographe

La société a publié une vidéo d’introduction vous permettant de mieux comprendre comment l’application fonctionne :

Cette version mobile de Lightroom n’est pas (et n’a pas vocation à être) un remplaçant de la version bureau. Elle a été construite en compagnon d’une version « lourde » pour offrir une expérience cohérente sur tablette, avec la puissance et l’interface tactile de celle-ci. C’est donc une solution qui vient s’intégrer au workflow actuel des photographes, proposant des alternatives pour certaines étapes ou en rajoutant certaines.

Si c’est un choix que certains trouveront un peu timide (pourquoi ne pas se passer complètement d’un ordinateur ?), nous le trouvons assez cohérent avec les capacités des tablettes et leurs points forts / faibles. Mais cela dépend évidemment des habitudes de travail de chaque photographe. Cette première version publique est dans tous les cas prometteurs, et nous sommes sûrs qu’Adobe va vite essayer de proposer de nouvelles fonctionnalités en fonction de l’évolution des appareils mobiles.

Qu’en pensez-vous ? Est-ce que cette version est une vraie opportunité pour les photographes, un essai peu réussi ou un gadget inutile ? Nous attendons votre avis dans les commentaires.

Télécharger Lightroom mobile pour iPhone/iPad / Télécharger Lightroom mobile pour Android (smartphones uniquement)