En 2012, lors de la Photokina, plusieurs constructeurs ont annoncé des appareils photos compacts connectés. Au delà de la simple présence du Wi-Fi et de quelques applications de retouche photo, ces appareils sont dotés d’un système d’exploitation propre aux smartphones : Android. A cette occasion, nous vous avions parlé du Nikon Coolpix S800c, le premier appareil photo connecté de Nikon. Sur le papier, cet appareil d’un nouveau genre semble réellement prometteur, mais quid de la réalité ? Pourrez-vous utiliser cet appareil à la manière d’un smartphone avec une qualité photo supérieure ? Nous allons tenter d’y répondre avec ce test.

Nikon S800c

Présentation

Le Nikon Coolpix S800c est un appareil photo compact classique à première vue : zoom 10x (équivalent 25-250 mm), capteur CMOS rétro-éclairé de 16 Mpx, vidéo Full-HD (en stéréo), écran tactile OLED (819 000 pixels) de 8,7 cm de diagonale et une sensibilité max de 3200 ISO. Mais si vous regardez bien les inscriptions sur l’appareil, ou même lors de l’allumage, vous comprenez que l’appareil contient bien plus de choses. En effet, l’écran tactile à l’arrière permet de contrôler Android 2.3, un système d’exploitation créé par Google et qui équipe de nombreux smartphones et tablettes sur le marché. Et le S800c possède également une connectivité complète : Bluetooth, GPS et WiFi. Idéal sur le papier pour partager vos photos lors de vos déplacements, les géolocaliser, ou bien encore consulter vos mails ou surfer sur Internet.

Pour les caractértistiques complètes, nous vous orientons vers la fiche technique sur le site de Nikon.

Prise en main

Lors de notre première prise en main, nous retrouvons cette impression d’un appareil photo compact classique : un poids de 184 gr et des dimensions similaires. Le nombre de boutons apparaît cependant vite limité : un bouton ON/OFF, le déclencheur et la molette de zoom, et c’est tout pour le dessus. Pas de roue permettant de sélectionner un mode, tout cela se passe via l’écran tactile. Il faut donc une étape de plus avant de pouvoir déclencher, mais heureusement les menus sont bien organisés et on s’y retrouve rapidement.

Nikon S800c

A l’arrière de l’appareil, il n’y a que 3 boutons : Menu, Home et Retour, qui permettront de contrôler le système d’exploitation Android. En parlant d’Android, il est a noté que la version installée sur le S800c est Android 2.3. La version actuellement disponible à l’heure où nous écrivons cet article est Android 4.2, ce qui donne déjà un train de retard à cet appareil photo. Nikon n’a pas indiqué que le système de cet appareil sera mis à jour et le choix d’Android 2.3 a sûrement été dicté par des problématiques d’autonomie, car l’appareil photo doit quand même être capable d’être utilisé plus d’une journée. Pourtant, avec une batterie de 1 050 mAh, l’appareil assure une autonomie de 140 photos. Si vous utilisez souvent le Wifi et le GPS, pensez à acheter une seconde batterie… L’appareil dispose également d’un port USB, d’un connecteur mini HDMI, et d’un emplacement SD.

Nikon S800c

Qualité d’image

Avec son aspect connecté, le S800c cherche à concurrencer à la fois les compacts classiques et les smartphones. En terme de qualité, ces deux là ont fait d’énormes progrès ces dernières années, tellement que le terme photophones est souvent utilisé pour désigner nos smartphones actuels. Malgré tout, le photophone manque toujours d’un zoom optique puissant et très souvent la qualité d’image reste moyenne (sauf en cas de bon éclairage).

Avec un capteur BSI CMOS de 16 millions de pixels et un zoom 10x, le Nikon S800c délivre des images de bonne qualité, mais attention à la montée en ISO. A partir de 800 ISO, la qualité de l’image se dégrade très vite, on comprend mieux pourquoi Nikon a limité son mode auto-ISO à 400 ISO. Voici une sélection d’images réalisées avec l’appareil. Il est à noter que le Coolpix S800c dispose d’un système de stabilisation optique pour vous aider à obtenir des images nettes.

Cliquez sur les images pour voir le fichier brut

DSCN0028

DSCN0035

DSCN0047

DSCN0055

DSCN0060

Voici une photo réalisée à 800 ISO, où l’on voit tout de suite que le petit compact reste… un compact.

DSCN0022

Nous avons réellement apprécié le zoom 10x, malgré sa lenteur pour passer du grand angle au zoom x10. Pour ce qui est de la réactivité, peut mieux faire : l’appareil est lent à l’allumage et à la sorite de veille, la faute à Android. Plusieurs fois, l’appareil nous a également indiqué que la carte mémoire insérée n’était pas compatible, alors qu’il l’avait utilisé quelques minutes auparavant.

D’un point de vue général, si la qualité d’image est bien meilleure que celle d’un photophone, on reste sur notre faim pour un compact à 330 euros. Est-ce que l’aspect connecté va sauver la mise ?

Connectivité et Android

C’est bien sûr le point fort de cet appareil photo. Au lieu de simples menus, le Coolpix S800c dispose d’un système d’exploitation complet, permettant d’installer les applications (qui sont compatibles avec la version 2.3 d’Android) depuis Google Play, le magasin d’applications de Google. Nous avons ainsi pu installer des applications comme Gmail, Google+, Flipboard, Dropbox, Instagram, Snapseed, Facebook, Twitter, et bien d’autres encore. Le système est réactif et le processeur Cortex-A9 couplé à 512 Mo de RAM se montre performant.

NikonS800c

En ce qui concerne le Wifi, nous avons eu quelques petits problèmes : connexion difficile et déconnexions intempestives. Le problème a été confirmé par Nikon, qui indique que la partie WiFi ne fonctionne pas parfaitement. Nous espérons qu’une mise à jour logicielle permettra de régler ces problèmes, qui laissent planer un certain doute quand à la facilité de connecter cet appareil et de partager ses images sur Internet.

Qu’apporte la connectivité à un appareil photo ? La question semble évidente, mais vaut le coup d’être posée. A l’époque des appareils photos « non connectés », il fallait obligatoirement passer par un ordinateur pour traiter, organiser et publier ses images. Avec le s800c, vous pouvez faire tout cela sur votre appareil : Google+ ou Dropbox vous proposent de sauvegarder vos photos directement dans les nuages (cela peut prendre un peu de temps) et vous pouvez également traiter vos photos avec des applications comme Snapseed, Instagram, Photoshop Express… et ensuite les partager avec vos amis par mail ou sur les réseaux sociaux. Bref, cet appareil connecté permet de partager ses images en toute simplicité, et vous pouvez même transférer vos photos vers un smartphone Android ou iOS via l’application Transfert.

Au final, votre appareil photo devient un véritable smartphone, si ce n’est qu’il n’intègre pas de puce 3G pour être connecté en permanence (son rival le Samsung Camera propose cette option). Il vous faudra donc trouver un hotspot WiFi, ou bien partager la connexion de votre smartphone via WiFi. Bref, on voit que les bases sont là, mais il va encore falloir attendre encore un peu pour pouvoir partager vos photos de n’importe où avec votre appareil photo.

Conclusion

Vous l’aurez compris, nous avons été emballé par le Nikon Coolpix S800c sur le papier. Cet appareil photo d’un nouveau genre montre la voie vers des modèles toujours plus connectés, avec une qualité photographique toujours meilleure. Le système d’exploitation de Google est très bien intégré à l’appareil, chose qui montre qu’il n’y a pas que les constructeurs de téléphones qui peuvent s’en servir.

Malgré tout, cet appareil souffre de quelques problèmes de jeunesse : son autonomie est faible, quelques problèmes WiFi se font sentir, et la qualité photo pourrait être un brin au dessus (le S800c reprend la base du S6300). Mais la question plus large est de savoir si le consommateur voudra de ce type d’appareil photo : sur ce point là, le constructeur devra analyser les ventes de ce produit mais surtout construire une v2 plus concluante, avec pourquoi pas l’intégration d’une meilleure batterie et de la 3G, comme le propose déjà Samsung avec le Samsung Camera (à tester).

En conclusion, pour 279 euros (en blanc ou en noir), le Nikon Coolpix S800c est un appareil intéressant pour qui ne dispose pas encore d’un smartphone et souhaite partager ses photos sans avoir à les travailler sur son ordinateur. Par contre, nous conseillons aux possesseurs de smartphoness d’attendre que le marché devienne un peu plus mature : la différence de qualité photo vaut-elle le coup de s’encombrer d’un second appareil ?

N’hésitez pas à nous laisser vos avis dans les commentaires, nous aimerions savoir ce que vous pensez de ce type d’appareil.