Quand on vous dit autoportrait, la première chose qui vous vient sûrement à l’esprit, c’est une personne tenant son appareil photo à bout de bras, tentant de se prendre en photo tout en ne ratant pas son cadrage, chose parfois assez difficile. Mais saviez-vous que le premier autoportrait photographique a été réalisé en 1839 par un américain nommé Robert Cornelius. Il s’est pris en photo devant la devanture de son entreprise familiale.

L'autoportrait

Cette petite anecdote est tirée du livre Les ateliers du photographe : l’autoportrait aux éditions Pearson. Dans cet ouvrage, plusieurs photographes dirigés par Bernard Jolivart nous font partager leur approche artistique et inventive de l’autoportrait.

Le livre, comme tous les ouvrages de la collection Les ateliers du photographe, se divise en deux parties : les fondamentaux techniques et les ateliers pratiques.

Les fondamentaux techniques de l’autoportrait

Pour ceux qui connaissent déjà bien les bases de la photographie, la partie sur les fondamentaux sera sûrement une redite et pourra facilement être épargnée. Elle est toutefois intéressante sur quelques points car elle présente certaines techniques et accessoires matériels à la lumière de l’autoportrait. Par exemple, dans la partie consacrée à la mise au point, on vous donne quelques conseils. Etant donné que vous n’êtes pas derrière l’appareil photo au moment du déclenchement, il faudra régler la mise au point avant le déclenchement, par exemple en faisant la mise au point sur un fil tiré à la verticale qui sera sur le même plan que votre visage. Juste avant le déclenchement, il suffira de couper ce fil et le tour est joué.

D’un point de vue matériel, l’autoportrait est une technique qui se contente du minimum : même un smartphone peut faire l’affaire, mais si vous utilisez un appareil un peu plus conventionnel, un trépied et un retardateur suffiront. Bien entendu, de nombreux accessoires peuvent également être utilisés et sont présentés dans l’ouvrage.

Enfin, avant de passer à la pratique, l’impasse n’est pas faite sur la post-production, étape d’autant plus essentielle à l’heure actuelle que les possibilités d’améliorations sont presque infinies. L’accent est mis sur des réglages simples, comme le contraste, la saturation ou la netteté, mais le photomontage n’est pas exclu, notamment pour donner un effet surréaliste à un autoportrait.

Les ateliers pratiques sur l’autoportrait

Nous voilà enfin dans la section qui vous intéressera sûrement le plus. Plus de la moitié du livre est consacré à des ateliers pratiques sur l’autoportrait. Voici la liste des ateliers du livre :

  • L’autoportrait flou de Nadia Wicker
  • L’autoportrait en lévitation de Nadia Wicker
  • Ombres et lumières de Nadia Wicker
  • Le nu féminin de Nadia Wicker
  • L’autoportrait invisible de Richard Vantielcke
  • L’autoportrait diptyque de Richard Vantielcke
  • L’autoportrait en contre-jour de Benjamin David-Testanière
  • Le photomaton virtuel de Bernard Jolivalt
  • L’autoportrait multiple de Julienne Rose
  • L’autoportrait de détail de Julienne Rose

L'autoportrait

Ces différents ateliers abordent l’autoportrait sous ses différentes facettes. En jouant sur la pose longue et les déplacements, Nadia Wicker et Julienne Rose proposent par exemple des expériences où le flou est à l’honneur. Richard Vantielcke, dans son atelier sur le diptyque, nous montre qu’il est possible de se démultiplier pour créer l’illusion et troubler le regard. Si vous avez toujours voulu savoir comment réaliser un autoportrait en lévitation, Nadia Wicker vous donne les ficelles pour cette technique assez simple à réaliser avec un minimum de mise en scène et de post-production.

Ce que j’ai aimé dans ces ateliers, c’est que le photographe qui écrit décrit sa technique via des pas-à-pas simples à comprendre.

L'autoportrait

D’autre part, pour les ateliers étant plus orientés créativité, le photographe explique sa démarche et l’effet qu’il a voulu réaliser.

L'autoportrait

Conclusion

Cet ouvrage traite uniquement de l’autoportrait, mais comme la discipline est assez large et regroupe de nombreuses possibilités (autoportrait de nu, diptyque, jeu avec les ombres, etc.), les ateliers sont très divers et donnent de bonnes idées pour commencer à explorer ce thème. J’aurais bien aimer avoir plus d’ateliers pratiques car le début du livre sur la technique est parfois un peu trop évident pour moi, mais bon, c’est toujours bien de revoir la technique avant de se lancer, et ce livre vise un public amateur qui découvre réellement cette thématique.

Voilà, si jamais vous avez envie de vous lancer dans l’autoportrait cette année, ce livre pourra certainement vous aider. Il est en vente un peu partout en ligne, notamment sur Amazon.fr à 19,95 € (prix public 21 €).