Fin janvier, une vague de licenciement s’est abattue sur le service de partage de photo de Yahoo. Plusieurs employés de Flickr dont Nolan Caudill, ont été remerciés, et il n’en a pas fallu plus pour que les bruits de couloir se fassent entendre. Yahoo serait-il sur le point de mettre au rebut Flickr, qui ne rapporte pas suffisamment, surtout en cette période de restructuration ? Ce n’est pas dit, car Flickr ne fait pas partie de la liste des services que Yahoo a arrêté.

Malgré tout, cette annonce a suffit pour déstabiliser une partie de la communauté de photographes sur Flickr. Snapjoy, une start-up américaine dont la mission est de centraliser toutes vos photos publiées sur Internet, a lancé Flickraft, un service permettant de « sauver » vos photos du bateau Flickr qui, selon eux, est en train de couler. Dans leurs démarches, il n’y vont pas de main morte : le message est clair. Flickr est le Titanic des temps modernes, le service va couler et entraîner toutes vos photos avec lui, alors il est temps de les sauver avant ce grand désastre.

Selon eux, plus de 250 000 photos ont été importées de Flickr depuis le lancement de leur service. Ces photos se trouvent désormais sur les serveurs de Snapjoy, et non sur les disques durs des utilisateurs de Flickr. Une belle manière de passer d’un site d’hébergement de photo reconnu à une start-up qui n’a pas encore réellement fait ses preuves dans le domaine.

Pour rappel, sur Flickr il y a plus de 6 milliards de photos, donc ce sauvetage improvisé aura sûrement un impact limité, d’autant plus qu’à l’heure actuelle le service Flickraft n’est plus accessible. Nul doute que Flickr a simplement bloqué l’utilisation de l’API Flickr à ce vampire qui s’en prenait à son sang.

De notre côté, nous pensons que Flickr ne fermera pas demain, et surtout pas sans proposer aux photographes de récupérer de quelque manière qu’il soit leurs photos publiées sur le service. D’ailleurs, ironie du sort, mais aujourd’hui Flickr fête ses 8 ans.