Suite à plusieurs retweets de cet article de Thomas Hawk : Flickr is dead, je ne peux m’empêcher de partager l’information ici plutôt que sur notre Twitter. Le « buzz » a ainsi été repris sur de nombreux sites, et Techcrunch a répondu par un « Flickr Not Dead, But Losing The Soul Of Photo Sharing » (Flickr n’est pas mort mais perd l’esprit du partage de photos).

Que penser de ces articles et de l’animation générée ? Peut-on vraiment affirmer que Flickr est mort ou le service peut-il encore nous surprendre ? Dans les faits, on se rend compte que de plus en plus de photographes sont actifs sur de nombreux sites de partage et non plus Flickr uniquement. La domination du site est largement écornée et son image de référence a vécu. Mais ici c’est Google+ (et dans une moindre mesure 500px) qui est décrit comme l’avenir du partage de photos pour les photographes et qui pourrait être l’ennemi de trop pour Flickr, celui qui finirait d’achever le service de Yahoo!.

Thomas Hawk commence par comparer le design des deux sites, mettant en avant le manque d’évolution de Flickr (la page est identique depuis 2005 !). Puis il annonce tout simplement la mort de Flickr. Pourquoi ? Non à cause du manque d’innovation visuelle ou technique, mais tout simplement car le management de la communauté photo est au abonné absent chez Flickr alors que Google+ est sur toutes les lèvres. Il prend l’exemple d’une sortie photo pendant laquelle le sujet principal de discussion était justement Google+. Pour enfoncer le clou, étaient présents de nombreuses personnalités travaillant chez Google et en particulier pour Google Photos.

La page Flickr, identique depuis 2005

Un album sur Google+

Finalement, le signe avant coureur de la mort progressive du service est expliqué par Thomas Hawk à cause de la migration de plus de 10% des internautes de Flickr vers Google+. Rappelant une étude récente prouvant qu’au delà de 10% la minorité devient visible et peut entraîner la majorité à changer son opinion, il compare la situation actuelle à celle de Webshots en 2005 qui a été « renversé » par Flickr. Pour lui, tout se résume à cette notion « d’esprit » de partage de photos, du goût pour la communauté du service à échanger, discuter, se retrouver, et partager la passion de la photo. Sans cette passion, « Flickr est mort ».

Thomas Hawk n’est pas du genre à lire l’avenir dans une boule de cristal et son article est plein de sens. Il nuance évidemment en expliquant que cela prendra du temps, que Flickr est encore aujourd’hui incontournable, mais bien sur le déclin. Les photographes « influents » y sont moins présents, la passion s’atténue. Alors que la compétition est de plus en plus rude (Instagram a mis 9 mois – sur iPhone uniquement – pour atteindre les 150 millions de photos alors qu’il a fallu 2 ans à Flickr), comme l’explique l’article de Techcrunch. Même la page de Bienvenue n’est pas à jour, affichant 4 milliards de photos en ligne alors que les 6 milliards ont été dépassées récemment. Bien qu’étant un simple détail, il est symptomatique d’un produit qui n’est plus suivi avec le même intérêt, la même passion qu’il y a quelques années.

Et vous, votre passion pour Flickr est-elle toujours intacte, lui êtes-vous toujours fidèle ou avez-vous commencé à aller voir ailleurs ? Quel avenir donnez-vous au service ?