Test du sac photo Loka UL de F-Stop pour partir à l’aventure

F-Stop, un des leaders des sacs photo d’aventure, a récemment sorti une version « allégée » de son très populaire Loka : le Loka UL. UL signifie Ultra Light (ultra léger en français). Par rapport à son grand frère, ce nouveau sac perd un demi-kilo soit un total de seulement 1 kg. Aujourd’hui, nous vous proposons un test de ce sac qui pourrait être un choix intéressant pour plus d’un photographe.

Test_Loka_UL_18

À qui s’adresse le sac Loka UL ?

F-Stop est une société américaine spécialisée dans les sacs destinés aux photographes de plein air et d’aventure ; bref, à tous ces photographes qui passent la majorité de leur temps à voyager ou à se promener dans la nature. La marque a d’ailleurs comme ambassadeurs des photographes prestigieux tels que Tim Kemple, Chris Burkard ou encore Jimmy Chin.

Le Loka UL s’inscrit parfaitement dans cette lignée aventurière. Si vous cherchez un sac pour explorer la ville pendant une journée ou que vous travaillez sur un mariage, passez votre chemin. En revanche, si vous comptez emporter votre matériel photo en voyage ou marcher plusieurs jours durant des treks en nature, le Loka UL sera sûrement à considérer dans votre choix de sac photo.

Présentation générale

A première vue, ce qui m’a séduit avec la marque F-Stop est que leurs modèles ne ressemblent pas à des sacs photo. Peu importe que la personne s’y connaisse en photographie ou pas, tout le monde connaît la petite montagne orange de LowePro. Avoir un sac qui ne crie pas « Matos photo à l’intérieur ! » est déjà une sorte de prévention contre le vol. Ce sac photo ressemble d’ailleurs davantage à un sac de randonnée qu’à un sac photo, nous en reparlerons plus bas.

Test_Loka_UL_4

Test_Loka_UL_10

D’un point de vue design, le Loka UL est très semblable à son grand frère le Loka classique. La différence va se faire sur les couleurs puisque le UL est noir et dispose de bandes bleues par endroits comme sur les sangles ou au niveau des fermetures. Notez qu’il n’existe que ce choix de couleur. Aussi, la disposition des sangles est légèrement différente, lui donnant un style un peu plus épuré. Par rapport au Loka classique, ce sac est également un peu plus léger, avec 500 grammes de moins, ce qui ramène son poids total à 1,02 kg à vide.

Test_Loka_UL_11

Le Loka UL possède trois rangements différents : un rangement principal et deux poches. Le rangement principal est d’une contenance de 37 litres et permet de ranger votre matériel photographique ainsi que les autres accessoires que vous désirez emporter. Les deux autres poches ont des capacités bien moins conséquentes, mais vous rendront la vie un peu plus facile en vous permettant d’y mettre des accessoires ayant besoin d’un accès plus rapide.

Un sac fait pour voyager

Cette capacité de 37 litres a plusieurs avantages. Tout d’abord, cela permet d’emporter d’autres affaires en plus de votre équipement photographique. On pense d’ailleurs tout de suite à des vêtements, utiles pour des excursions sur plusieurs jours.

Un autre avantage est que grâce à ses dimensions (56 cm en hauteur, 32 cm en largeur et 28 cm en profondeur), le sac répond aux normes des aéroports pour les bagages cabines et vous n’aurez pas à vous séparer de votre précieux équipement pour les voyages en avion.

Test_Loka_UL_19

Avec ce sac, j’ai voyagé dans cinq pays différents, pris six fois l’avion et deux fois le bus au cours du mois de janvier. Le Loka m’a toujours accompagné en cabine puisqu’il était mon sac principal. Sur les six fois où j’ai pris l’avion, on ne m’a jamais demandé de vérifier la taille du sac et on ne m’a demandé qu’une seule fois de le peser. Dans ce cas précis, mon sac était en surpoids (oups !) et il m’a simplement suffit d’enlever mon ordinateur portable pour que ça passe sans problème. À noter qu’il n’y a pas d’emplacement dédié à l’ordinateur portable, et qu’il faudra le placer dans la partie frontale du sac, derrière le compartiment photo.

Confort et étanchéité

En terme de confort, le sac possède des armatures solides et le portage est très agréable une fois les sangles bien ajustées, le poids étant bien réparti sur les épaules. Le dos rembourré (qui sert également d’accès à la partie photo) est solide et évite que des objets présents dans le sac vous poignardent le dos. On sait tous à quel point cette sensation est désagréable.

Test_Loka_UL_7

Test_Loka_UL_9

Un des autres points importants lors des voyages est l’étanchéité du sac. Le Loka UL n’est pas vendu comme étanche, mais en pratique, son revêtement déperlant permet de supporter des pluies assez fortes sans broncher. De plus, il est toujours possible d’acheter une rain cover pour 15 €, afin d’ajouter une protection supplémentaire.

Test_Loka_UL_3

Enfin, des sangles externes appelées Gatekeepers sont aussi vendues afin d’attacher différents accessoires qui ne rentreraient pas dans le sac tels qu’un trépied, un sac de couchage ou même un snowboard. Nous ne les avons pas utilisées durant ce test étant donné que les poches filets latérales suffisent au Loka UL pour placer votre trépied.

Le compartiment photo : Internal Camera Units ou ICU

Le système d’ICU est très probablement ce qui fait la force des sacs F-Stop. L’ICU est tout simplement un compartiment interne dédié au matériel photo. Ils existent en différentes tailles afin de mieux répondre à vos besoins. Chaque ICU comporte des petits pads pour segmenter le compartiment et ainsi mieux organiser votre équipement. C’est d’ailleurs un peu le même système qu’utilise Thule dans ses sacs Covert et Perspektiv Daypack.

Test_Loka_UL_16

Test_Loka_UL_14

Ce compartiment interne vient se placer au fond du sac, mais étant donné qu’il n’est attaché à rien, il peut facilement être ôté du sac. Cela dit, pour un confort optimal et un meilleur accès, il est important de placer l’ICU au fond du sac avec l’ouverture faisant face à votre dos. Vous pouvez donc ranger votre matériel de manière plus confortable. Dans le cas des aéroports, si vous êtes à 3-4 kgs d’extra, vous pouvez même enlever votre ICU et le prendre comme sac à main !

Test_Loka_UL_17

Pour le Loka UL, F-Stop recommande 3 types d’ICU : le Micro et les Small et Medium de la gamme Shallow. Pour ce test nous avions le Medium Shallow. Si F-Stop ne recommande que ces trois ICU pour ce sac, c’est afin d’avoir une utilisation optimale. Dans le cas où le Medium Shallow (le plus grand des trois cités ci-dessus) ne suffise pas pour transporter votre matériel photo, nous vous conseillons fortement de regarder du côté d’un plus grand sac : le Sukha 70L ou bien le Tilopa 50L.

Avec le compartiment Medium Shallow, vous pouvez transporter deux boîtiers du type Canon 5D Mark III/Nikon D810 + un grand angle comme le 16-35mm f/2.8L + deux focales fixe type 50/85 mm + un téléobjectif 70-200mm. Avec cela, il devrait même vous rester un peu de place dans l’ICU pour ranger vos chargeurs et d’autres petits accessoires.

Test_Loka_UL_1

Chaque ICU s’achète séparément du sac. Plusieurs combinaisons sac/ICU sont donc possibles en fonction des besoins. Par exemple, si vous partez pour une longue randonnée et avez besoin de beaucoup d’équipement de camping mais de peu de matériel photo, vous pouvez simplement prendre un ICU Micro et le Loka UL. Vous pouvez aussi très bien l’utiliser comme un simple sac de trekking en décidant de ne pas mettre d’ICU dedans.

Accessibilité du matériel

Pour ce type de sac, l’accessibilité au matériel est importante : si vous effectuez un trek, vous n’allez pas garder votre appareil tout le temps autour du cou puisque vous risquez de passer quelques heures sans vous en servir. Malgré tout, au moment clé vous voulez y avoir accès rapidement.

Test_Loka_UL_2

Avec le Loka UL, vous disposez d’une ouverture dans le dos et sur le dessus du sac photo (réservée aux affaires qui ne sont pas dans le compartiment photo). Pour accéder au matériel photo, vous êtes obligé de poser le sac à terre afin d’avoir accès à l’ouverture dorsale. Ici, contrairement à certains sacs avec accès dans le dos, il n’est pas possible de faire pivoter le sac devant vous afin de rester debout lors de l’accès au matériel photo. L’ouverture de l’ICU se fait sans problème, même si on pourrait imaginer facilement une petite amélioration par rapport aux fermetures éclair. En effet, vos doigts ont une légère tendance à se mettre entre l’armature et l’ICU ce qui n’est pas toujours agréable. Pour enlever l’ICU du sac, vous devrez obligatoire le fermer et le sortir par l’ouverture du haut.

Test_Loka_UL_15

Mis à part cela, le sac possède une pochette en haut qui comporte des petits rangements dans lesquels vous pourrez entre autres placer vos cartes mémoires ou batteries de rechange.

Test_Loka_UL_12

Enfin, deux filets sur les côtés vous permettent de glisser votre trépied ou une petite bouteille d’eau. Certains pourront y voir là un inconvénient puisque mettre le trépied sur le côté risque de déséquilibrer le sac. Malheureusement, il n’est pas possible de le placer à l’avant du sac, où seuls deux emplacements pour des bâtons de marche (ou des piolets pour les alpinistes) sont disponibles.

Test_Loka_UL_13

Il est également possible de placer une poche à eau type Camelback et de la faire passer via un accès sur le haut du sac, mais l’espace permettant de ranger le Camelback ne fait pas confiance, surtout en cas d’une fuite.

Test_Loka_UL_6

Le Loka UL de F-Stop, un sac photo pour les photographes aventuriers

Pour conclure, le Loka UL s’adresse aux photographes exigeants qui voyagent beaucoup et ont besoin de place pour transporter d’autres affaires en plus de leur matériel photo. Il est d’ailleurs idéal pour les marcheurs ou randonneurs. Si vous entrez dans cette catégorie, sachez que c’est probablement l’une des meilleures options pour vous. Le système d’ICU permet de mieux cibler vos besoins en terme de rangement. Il est d’ailleurs conseillé d’acheter tout votre matériel avant d’acheter le sac et ainsi de connaître ce que vous allez y mettre.

F-Stop est leader sur le segment des sacs pour photographes d’aventure, et c’est pour une bonne raison. Le Loka UL réussit parfaitement sa tâche : aider le photographe à voyager légèrement et confortablement tout en protégeant son matériel et en le rendant facile d’accès.

Le seul point qui fâche, c’est son prix. A partir de 249 $US (environ 223 €) le sac seul sur la boutique F-Stop, il faut ensuite s’équiper d’un ICU (79 $US soit environ 70 € pour le Medium Shallow) ce qui fait passer le prix du sac au-dessus des 300€. Son prix est donc presque celui d’un reflex d’entrée de gamme, mais pour nous il est totalement justifié par la qualité de fabrication et son ergonomie et design très pratique.

Jusqu’à présent nous n’arrivions pas à le trouver en France, mais le site Digixo distribue ce sac et bonne nouvelle, il est vendu à 199,90€, soit moins cher que sur le site F-Stop. Les ICU à intégrer à l’intérieur du sac sont eux disponibles à partir de 54,90€.

Note des lecteurs0 Note
0
Sac léger et solide avec un portage confortable
Système de compartiment ICU modulable pour répondre aux besoins de beaucoup de photographes et vidéastes
Capacité de 37 litres pour emporter bien plus que son matériel photo (vêtements et accessoires)
Peut être emmené en cabine dans l’avion
Résiste très bien à l’eau (et raincover en option)
Pas de poche de rangement séparée pour les liquides
Pas d’emplacement dédié à l’ordinateur portable
On aurait aimé avoir au moins une poche latérale fermée
Prix élevé
9
La suite après cette publicité

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. J’utilise ce Loka UL avec un insert Large slope depuis décembre dernier après de nombreux mois de réflexion et de comparaison avec d’autres marques (Dakine, etc.) … et je confirme c’est un très bon produit, bien fini et très léger.

    Son seul défaut selon moi est le manque de rangements pour les petits accessoires comme les cartes CF, batteries, piles, lenspen etc. La grande poche sur le dessus peut faire l’affaire mais ça ballotte vite… On aussi peut mettre tous ces accessoires dans l’ICU, mais ça peut tomber avec la position verticale dans le sac, d’autant plus que je garde l’ICU ouvert pour n’avoir qu’à ouvrir l’ouverture rembourrée du sac sur le terrain (hormis les tous petits accessoires cités précédemment, le matériel ne bouge pas je vous rassure!)

    Bref, une solution simpliste mais très pratique : j’ai rajouté une pochette fixée via scratch autocollant le long de l’ouverture arrière rembourrée du sac, celle-ci et l’ICU.

    Autre point à noter, si l’on est équipé d’un trépied assez lourd, il vaut mieux acheter les sangles supplémentaires (gatekeepers) pour le positionner au centre, sinon gare au déséquilibre qui peut être pénalisant. Mais en même temps celui qui achète un sac ultraléger se doit d’investir dans un trépied léger également.

    Bref, il ne faut pas voir ces petits défauts comme un problème, car ce sac a été adapté pour être ultraléger. A noter qu’avec cette petite pochette en rab’ et éventuellement des sangles supplémentaires, on n’arrive pas encore au poids du Loka original.

    1. J’utilise le Loka UL depuis un peu plus d’un an à ma plus grande satisfaction. C’est la 1 er fois qu’un sac répond à ma demande. Sac de montagne et sac de photo.
      Un excellent portage. Cet hiver je l’ai utilisé toute la saison en ski de rando. pelle sonde et campon. L’ouverture dans le dos donne un accès rapide à tout le maths et permet de ranger l’appareil photo facilement.
      Je suis convaincue pas la marque, même si il est vraiment cher…, si je regarde tous les sacs que j’ai acheté et revendu parce que pas satisfaite…

    2. Bonsoir Laurent,
      J’aurais voulu opter pour ta combinaison (Loka UL + Large Slope). Reste-t-il quand même un peu de place dans le haut du sac ? Que peux-tu y loger par exemple ?
      Merci d’avance
      Simon

  2. Bonjour!
    Merci pour cet article! Je voulais toutefois savoir si vous pensiez qu’il était facile d’y attacher un trépied de 81mm et 3,1 kg!? J’ai un trepied imposant que je souhaite embarquer sur le dos. Possible selon vous?

    Merci d’avance
    Jonathan

    1. Ca me parait assez grand pour le sac. Peut être regardé les modèles supérieurs sur lesquels tu peux mettre des skis et snowboard. L’équipe de F-stop est super réactive sur twitter et du coup tu peux leur poser la question directement 🙂 (en anglais cela dit)