081108-174842 85mm_f1.4
Mercredi pratique 20

MP #113 : comment utiliser la méthode Brenizer pour réaliser des portraits saisissants ?

Connaissez-vous la méthode Brenizer ? Développée par Ryan Brenizer, un photographe américain spécialisé dans la photographie de mariage, cette méthode permet d’obtenir une image avec une profondeur de champ inimaginable sans forcément devoir investir dans des optiques de légende.

Dans ce Mercredi Pratique, nous allons vous guider pour réaliser vos propres photos avec la méthode Brenizer.

Le but est d’obtenir l’équivalent d’une photo prise au grand angle avec une très faible profondeur de champ en assemblant plusieurs images, de la même manière que pour un panorama (on parle d’ailleurs parfois de bokehrama, un mélange de panorama et de bokeh).

Matériel nécessaire

Avant d’aborder la technique, faisons un point sur le matériel photo nécessaire pour obtenir le meilleur résultat.

Un boîtier full frame de préférence

Etant donné que les boîtiers reflex plein format permettent, à focale et ouverture égale, d’obtenir une profondeur de champ plus faible, il est recommandé d’utiliser ce type de boîtier. Si vous n’avez qu’un reflex APS-C ou un hybride, la méthode fonctionne aussi bien entendu.

Objectifs recommandés

Les objectifs recommandés sont toutes les focales fixes dont la distance focale se situe entre 50 et 135 mm, et qui disposent d’une grande ouverture (f/1.8 ou f/1.4 minimum). Si vous n’avez pas de focale fixe lumineuse, vous pouvez utiliser un zoom type 70-200, mais pour réussir un effet Brenizer, n’utilisez pas d’objectif dont l’ouverture maximale est inférieure à f/2.8 (un objectif à f/5.6 ne permettra pas d’obtenir une profondeur de champ suffisamment faible).

Objectif Nikkor 85 mm f/1.8 - Amazon

Objectif Nikkor 85 mm f/1.8 – Amazon

Un trépied photo ou pas ?

En photographiant avec un objectif lumineux à grande ouverture, vous ne devriez pas avoir besoin d’utiliser un trépied, sauf dans des conditions d’éclairage difficiles. Vous pouvez cependant utiliser un trépied pour être certain de garder le même point de référence entre les différents clichés qui serviront à réaliser votre image finale, mais ce n’est pas indispensable. Photographier sans trépied vous permettra surtout d’être plus léger et flexible lors de votre séance photo.

Technique de prise de vue

Maintenant que vous avez préparé votre matériel, il est temps d’aborder la technique et les réglages à utiliser lors de votre prise de vue.

Tous les réglages de votre boîtier en manuel

Vous allez devoir prendre plusieurs photos de la scène (en moyenne, une vingtaine d’images) avec les mêmes réglages, donc vous devez passer votre appareil en mode manuel.

Faites d’abord la mise au point sur votre sujet, réglez la vitesse d’obturation et l’ISO pour bien exposer la scène tout en gardant l’ouverture maximale de votre objectif (ou fermez d’un stop pour améliorer la netteté de votre sujet, par exemple en vous mettant à f/2.0 plutôt que f/1.8) et verrouillez votre mise au point. Il ne faut surtout pas que la mise au point change lors de vos prises de vue sinon le Brenizer est raté.

Pour maintenir votre mise au point d’origine, vous pouvez utiliser la technique du bouton AF-ON, passer votre objectif en mise au point manuelle, ou bien encore utiliser le bouton AEL/AFL qui permet de conserver l’exposition et la mise au point tant que vous le maintenez appuyé.

Pensez également à éviter la balance des blancs automatique, sauf si vous shootez en RAW car vous pourrez la retoucher plus tard.

Méthode de prise de vue

Une fois les réglages choisis, n’y touchez plus, et commencez vos photos. Si vous photographiez un portrait (ce qui est souvent le cas lorsque l’on utilise la technique Brenizer), placez-vous suffisamment près de votre sujet pour obtenir un flou d’arrière plan agréable.

Déclenchez ensuite votre première photo, toujours sur votre sujet, puis les autres, pour photographier votre sujet en entier. Une fois que ces premières images sont prises (et réussies), vous pouvez photographier l’environnement en faisant bien attention de ne pas oublier des zones.

Pourquoi commencer d’abord sur son sujet ? Parce que c’est souvent lui qui conditionne une bonne photo, et une fois que vous avez photographié la bonne expression, c’est plus simple de photographier le fond.

Dans notre exemple, nous avons photographié un panier de basket avec un 85mm f/1.8 monté sur un Nikon D800. 17 prises de vue auront été nécessaires.

Planche contact Brenizer

Une fois les images prises, il ne reste plus que la dernière étape : l’assemblage des images pour créer l’image finale.

Assemblage des images

Pour assembler vos images, vous pouvez utiliser différents logiciels dédiés aux panoramas.

Pour notre test, nous avons utilisé Photoshop CS6. Vous pouvez également utiliser d’autres logiciels comme Autopano Pro (payant) ou Hugin (gratuit).

Dans Photoshop, cliquez sur Fichier > Automatisation > Photomerge. Ensuite, choisissez vos images réalisées précédemment. Photoshop n’ayant pas accepté mes fichiers RAWs du D800 dans ce procédé, j’ai utilisé des versions Jpeg. C’est vrai que réaliser un panorama de 17 fichiers RAW de 36 Mpx c’est un peu gourmand pour lui. Je vous conseille également de traiter vos RAWs puis de les convertir en Jpeg avant cette étape d’assemblage, ce qui vous permettra de gagner du temps dans le processus.

Photomerge

Dans Photomerge, le mode automatique fonctionne généralement bien, et n’hésitez pas à cocher les options en bas de la liste de fichiers pour enlever le vignettage et corriger les distortions d’image.

Une fois lancé, l’assemblage des images peut prendre du temps, et surtout de la place sur votre disque dur, car une très grosse image est générée au format .PSD. Si le résultat vous convient, vous pouvez ensuite retravailler votre photo (balance des blancs, recadrage, contraste, etc.) et finalement l’exporter au format Jpeg. N’hésitez pas à redimensionner votre image finale, car dans notre cas, la résolution finale de 11330 x 16996 px donne une image de 192 Mpx, pas forcément facile à manipuler ensuite.

Voici le résultat obtenu lors de notre test. Pour obtenir un effet encore plus probant, il aurait fallu se rapprocher encore plus du panier de basket, mais sa hauteur aurait posé problème dans l’image finale.

Brenizer_DamienROUE

Idéalement, placez-vous proche de votre sujet, quitte à devoir prendre plusieurs photos pour l’avoir en entier. Si vous voulez un joli bokeh avec les lumières de la ville, n’hésitez pas à faire votre séance une fois la nuit tombée.

Connaître la focale et l’ouverture de votre Brenizer

Avec un outil développé par Brett Maxwell, lui aussi photographe de mariage, vous pouvez évaluer la distance focale et l’ouverture correspondant à votre Brenizer, c’est-à-dire l’objectif que vous auriez dû utiliser pour obtenir un résultat similaire.

brenizertool
Dans notre cas, notre photo équivaut à un objectif de 36mm avec une ouverture de f/0.8, ce qui n’existe actuellement pas sur le marché.

Conclusion et quelques exemples

Désormais, vous savez comment réaliser une photo en utilisant la technique Brenizer. Cette technique est principalement utilisée pour des portraits, et son auteur l’a d’ailleurs éprouvé de nombreuses fois lors de ses sessions de photos de mariage.

Voici une sélection de quelques unes des images que Ryan Brenizer a pu réaliser à l’aide de sa méthode :

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

© Ryan Brenizer

081108-174842 85mm_f1.4

Bonus : la méthode Brenizer avec un 400mm f/2.8

Benjamin Von Wong a voulu tester cette méthode avec un télézoom légendaire : le 400 mm f/2.8. Voici le résultat en vidéo, c’est assez impressionnant !

N’hésitez pas à partager vos propres créations dans les commentaires de l’article, et bon Brenizer !

Tamron_35_600x120

Articles qui pourraient vous intéresser

  • Putain merci <3 super explication je teste ça ce week-end! GG !

  • Nico

    Merci pour tous ces détails! Je testerai aussi

  • olivierm

    Merci pour ce superbe tuto

    j’ai 2 questions :
    1. quel est l’intérêt de verrouiller la mise au point si on passe en manuel ? l’inverse serait plus adapté non ? on fait la mise au point avec l’autofocus sur le sujet, puis on passe en manuel. Comme ca plus de changement d’af.
    non ?

    2. et si le couple bouge ? on a des risques de flou de bougé ou pas lors de la construction en post prod du Brenizer ?

    Merci pour ces réponses

    Olivier

    • @Olivier :
      1/ En fait les deux méthodes sont possibles. Soit tu verrouilles la mise au point, soit tu passes en manuel. Je trouve que le bouton auto/manuel est plus compliqué à bouger que de verrouiller l’AF, mais c’est un choix personnel je pense.
      2/ Si tu prends des photos du couple en premier en leur disant bien de se concentrer au début, ça devrait aller, et après tu peux te concentrer sur l’environnement. Après, il est peut-être possible de corriger quelques erreurs en post-production. Un petit conseil : essayer de ne pas « couper » le milieu d’un visage pour être sûr d’avoir un être humain sur l’image finale 😉

  • UNG

    Il y a aussi Microsoft Image Composite Editor (gratuit et facile à utiliser) pour l’assemblage
    http://research.microsoft.com/en-us/um/redmond/groups/ivm/ICE/

    • JE viens de tester ça c’est très très bien aussi !

  • Petit retour d’expérience, Hugin est vraiment pas pratique et bien trop compliqué à mon avis, hélàs.
    Il faut à peine quelques clique sur Photoshop pour arriver à un résultat correct, je suis parti sur 20 clichés avec un 85mm à 2.2 et je dois avouer que j’aime beaucoup le résultat même si après coup je regrette de pas avoir shooter à 1.8 ou moins !

    https://www.flickr.com/photos/viedegeek/sets/72157646919859934/

  • djoo

    Hello,

    Au risque de paraitre bête je comprend pas l’utilité finale de ces photos … on dirait qu’elles sont prises a 1.4, je comprend pas pourquoi utiliser un objo 1.4 et faire 20 photos pour le même résultat :s

    merci

  • Pingback: Quoi de neuf en ce lundi matin? [88] | Marc Charbonnier()

  • Merci pour ce tuto, je vais tester la technique prochainement.

  • Gasto

    Que se passe t’il si le sujet principal bouge?

    • Ca risque de poser problème (ou alors de créer des choses artistiques selon le point de vue ^^). Idéalement il vaut mieux faire quelques photos du sujet au tout début, pour être sur de l’avoir, et ensuite tourner autour pour prendre d’autres images.

  • Leon

    ne serait-il pas possible de faire un rendu similaire en post-traitement avec une seule photo ?

    • En post-traitement, presque tout est possible 😉
      Ici, ce qui est intéressant c’est d’obtenir ce rendu à la prise de vue + collage des images. Il faut voir si tu es plus rapide en post-traitement qu’en prise de vue, mais pour beaucoup de personnes obtenir l’effet à la prise de vue est le plus simple.

    • Leon

      Merci pour ta réponse et je suis bien d’accord avec toi. C’est surtout pour connaitre la méthode en post-traitement afin de pouvoir le faire sur une photo déjà faite afin d’améliorer le rendu

    • En post-traitement cela implique de jouer avec du flou en détourant ton sujet principal. Si ce n’est pas bien fait, cela peut vite ressembler à n’importe quoi (zones floues qui devraient être nettes en fonction du plan, ou l’inverse).

    • Leon

      C’est bien pour ça que ça mériterait un petit tuto 😉

  • Pingback: Méthode Brenizer : Episode 1 – Philippe's Photoblog()

  • Pingback: Les billets de la semaine #80 |()

  • Guides d’achat 300×300