Nous vous parlions sur Phototrend des aberrations optiques dans un précédent MP. Le flare (ou facteur de flare en « français ») en fait partie, et comme toutes ces aberrations il est important de la comprendre et de la maîtriser : vous pourrez alors l’éviter ou l’utiliser de manière créative.

strommen

Le flare provient d’une diffusion parasite de la lumière à l’intérieur d’un objectif, le plus souvent due à une source de lumière intense, ou simplement trop directe. Il peut se créer à cause d’un reflet sur votre objectif ou en surexposant votre image suite à un calcul d’exposition sur une zone sombre de la scène. Ce phénomène est d’autant plus présent que votre objectif est lumineux et qu’il a de lentilles (chacune augmentant la diffusion de la lumière). De manière générale, il entraîne une baisse du contraste de l’image obtenue. Dans les cas extrêmes se crée même un halo de lumière, mais le flare ne s’y limite pas. Enfin notons que les capteurs numériques sont plus sensibles au flare que les capteurs argentiques.

Je vous parlais de rater son image par manque de maîtrise. En voyage à NY, je voulais prendre une façade entièrement tagé. Le soleil était juste au dessus de l’immeuble et je n’y ai pas prêté attention. Ma photo s’est donc retrouvée ni fidèle à la réalité, ni esthétiquement aboutie. A éviter donc 😉

NY

Mais bien utilisée, soit de manière créative (pour avoir une lumière particulière, une atmosphère…), cette aberration peut se révéler un véritable atout. Profitez en !

enchanted-bridge

Pour finir, deux petites astuces :

  • pour éviter le flare : utilisez un pare-soleil !
  • pour créer un flare facilement : soufflez sur l’objectif pour y former de la buée (comme sur les photos de David Hamilton par exemple).