Imaginez un monde où une photo serait prise et restituerait les couleurs au plus juste, avec la même lumière, la même fraîcheur et la même fidélité que ce que vous voyez à travers vos yeux.

Ce monde n’existe pas (encore), et pour cause : lorsque vous prenez une photo, celle-ci est souvent différente de la réalité, et ces différences sont causées par des aberrations optiques.

Je ne vais pas m’attarder sur une définition stricte du terme, vous pouvez toujours faire un tour sur Wikipédia pour cela.

Aujourd’hui, nous allons parler de plusieurs aberrations optiques qui existent que nous avons en tête :

  • Le vignettage :

Le vignettage se définit par une dégradation de la luminosité à la périphérie de l’image prise. En général, les bords deviennent plus sombres. Cela se produit lorsque la lumière est répartie de manière inégale sur l’objectif, et ce dernier va laisser passer plus de lumière au centre, d’où un centre plus lumineux par rapport aux extrémités. C’est d’autant plus vrai lorsque vous utilisez des zooms en position longue focale (par exemple 135 mm ou 200 mm).

Pour corriger ce phénomène, il existe de nombreuses solutions logicielles telles que Photoshop, Lightroom ou même GIMP (qui est gratuit) qui compensent la perte de luminosité afin d’enlever ce contour disgracieux.

Cependant, sur certaines photos, le vignettage est parfois préférable ou souhaité, car il accentue l’intérêt pour le sujet qui se trouve au centre.

Quelques photos sur le groupe Flickr « Vignettage »

  • Le flare (ou reflet) :

Lorsque vous prenez des photos, il vous arrive souvent de vous retrouver face à des reflets de lumière, ou même face à une source de lumière intense, suffisamment intense pour provoquer des lumières parasites sur vos objectifs. Cela peut se produire lorsque vous surexposez votre image en faisant le focus sur une zone très sombre de la scène, ou bien si vous avez un reflet sur votre objectif.

flare

Ce phénomène est d’autant plus présent que votre objectif est lumineux, et malheureusement les capteurs numériques sont plus sensibles au flare que les capteurs argentiques. La photo ci-dessus est plutôt bien réussie, mais celle du dessous montre les limites de cet effet, qu’il faut savoir bien maîtriser au risque de rater sa photo.

flare

  • Le moiré :

Le moiré est un effet étrange qui est lié à certains motifs qui créent une interférence dans la manière dont on interprète une image. Par exemple, sur l’image suivante, les marches de l’escalator génèrent ce qu’on appelle un moiré, une superposition de deux réseaux de couleurs (parallèles) qui entraîne un flou et une déformation de l’objet. Il est très difficile de supprimer cette aberration.

moiré

Je pense que c’est tout concernant les aberrations optiques. Si vous en voyez d’autres, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Petit clin d’oeil au Lomo, un appareil « soviétique » d’un autre temps, qui est le roi dans l’aberration chromatique !

lomography