Un nouveau regard sur l’infiniment petit. Les gagnants du concours Close Up Photographer of the Year 2021 viennent d’être dévoilé. Les photos primées mettent en lumière la profusion de couleurs et de détails de la faune et de la flore. Phototrend vous propose de revenir sur les photos gagnantes de chaque catégorie.

© Martin Siering | cupoty.com

Close Up Photographer of the Year : de la macrophoto, mais pas seulement !

Ouvert en 2018, le concours Close-up Photographer of the Year vise à mettre en exergue les plus belles photos en macro, en proxiphotographie, ou en microphotographie. Les photos primées offrent ainsi une plongée extraordinaire dans le monde fascinant de l’infiniment petit, des plantes aux insectes en passant par les champignons – et bien plus encore.

Cette année, les organisateurs de ce concours ont reçu plus de 9000 participations, de photographes venus de 55 pays. Le jury était composé de professionnels de l’image, spécialisés dans la photographie de nature.

Grand prix du jury et lauréat de la catégorie Insectes : Pål Hermansen, Insect Diversity

© Pål Hermansen | cupoty.com

« Pendant l’automne 2020, j’ai découvert que l’une des lampes de ma maison, en Norvège, était défectueuse et agissait comme un piège lumineux pour insectes », explique Pål Hermansen, photographe, auteur et dentiste norvégien. « J’ai vidé la lampe et ai étalé son contenu sur une table lumineuse que j’utilisais pour mes diapositives. J’ai utilisé un flash de faible intensité pour éclairer les détails du dessus. Je voulais exprimer le chaos et la diversité de cette découverte, mais aussi trouver une forme de composition. Pour moi, il s’agit d’un rappel de l’importance et de l’extrême diversité des animaux autour de nous, que nous tenons souvent pour acquis ».

Catégorie Animaux : Juan J. González Ahumada, Dancing in the Dark

© Juan J. González Ahumada | cupoty.com

Arachnophobes, vous voilà prévenus ! « Cet opilione (appelé aussi « moissonneur » ou « daddy long legs ») se déplace le long d’une branche sèche dans un petit creux créé par un glissement de terrain sur le versant de la Sierra Blanca, en Andalousie », nous indique Juan J. González Ahumada, photographe espagnol. « Ces créatures sont aveugles et utilisent leurs pattes avant pour se guider dans l’obscurité. Avec peu d’espace pour bouger, j’ai réussi à éclairer le sujet par derrière et j’ai utilisé une exposition de 20 secondes pour capturer le mouvement de ses longues jambes ».

Plantes et champignons : Barry Webb, Holly Parachute

© Barry Webb | cupoty.com

Cette image très surprenante apporte un éclairage radicalement différent sur les feuilles mortes. « En décembre dernier, en taillant les haies dans mon jardin, j’ai repéré ce que je pensais être des moisissures visqueuses, poussant sur cette feuille de houx morte. En y regardant de plus près, j’ai remarqué des pointes étonnantes sortant du capuchon de ces « Marasmes poilus », de petits champignons très rares, nommés Marasmius hudsonii« , détaille Barry Webb, jardinier et photographe.

« J’ai pris la feuille de houx dans ma serre, à l’abri du vent, puis j’ai passé du temps à arranger soigneusement la mousse derrière, pour créer un arrière-plan agréable. J’ai volontairement choisi une composition utilisant les bords pointus de la feuille de houx comme cadre et faisant écho aux pointes des petits champignons. Il s’agit d’un empilement de 42 photos, combinées avec Zerene Stacker ».

Vie sous-marine : Alessandro Grasso, Circular Octopus

© Alessandro Grasso | cupoty.com

« Au cours des trois dernières années, la bactérie Mycobacterium sherrisii a causé la mort massive de Pinna nobilis (Noble Pen Shell) dans toute la mer Méditerranée. La plupart des coquilles vides du grand bivalve ont été colonisées par d’autres espèces marines », explique Alessandro Grasso, plongeur italien. « Ici, une pieuvre profite de la grosse carapace pour créer sa tanière et se protéger des prédateurs. J’ai utilisé une vitesse d’obturation lente et un mouvement de panoramique circulaire pour donner du dynamisme à l’image et mettre en valeur le sujet ».

Papillons et libellules : Ripan Biswas, Mating Underwater

© Ripan Biswas | cupoty.com

« Pour certaines espèces de demoiselles, la ponte est une tâche difficile. Ils pondent leurs œufs sur la végétation submergée afin que leurs œufs ne soient pas exposés dans l’air. La femelle descend profondément dans l’eau tandis que le mâle serre le cou de la femelle avec un organe spécial au bout de sa queue. C’est une période difficile pour le couple car ils deviennent vulnérables aux prédateurs », indique Ripan Biswas, photographe indien.

« Alors que je mettais mon appareil photo juste au-dessus de l’eau pour commencer à prendre des photos, un arpenteur aquatique s’est approché du couple à la recherche de nourriture. Après avoir inspecté le couple d’accouplement, il a décidé qu’ils ne feraient pas un bon repas. J’ai réussi à prendre 2 ou 3 clichés avant le départ du trotteur aquatique. Les demoiselles se sont envolées après avoir réussi à pondre leurs œufs ».

Paysage : Daragh Muldowney, Juncture Y

© Daragh Muldowney | cupoty.com

« J’ai pris ce cliché sur le lac Baïkal, en Sibérie, en février 2019, dans le cadre de ma dernière collection Beacons. Je suis fasciné par la glace depuis de nombreuses années maintenant. Cela m’a amené à explorer le lac Baïkal », explique Daragh Muldowney, photographe irlandais et lauréat de la catégorie Paysages du Close Up Photographer of the Year.

« Je suis inspiré par la forme et la composition dans la nature – de belles lignes, textures ou formes qui deviennent une œuvre d’art lorsque vous regardez de près ou composez d’une manière particulière. J’aime les lignes qui se croisent dans cette petite fissure en forme de plume dans la glace. J’ai post-traité l’image afin d’aider les détails de cette fissure exquise à se démarquer des profondeurs. »

Créations humaines : Rachel McNulty, Waves Crashing

© Rachel McNulty | cupoty.com

« Au début du confinement au Royaume-Uni l’année dernière (2020), je me suis lancé dans un projet à domicile pour créer des paysages marins abstraits à l’aide de bouteilles en verre colorées, d’un objectif macro et de la lumière naturelle du jour. Tout cela a été fait depuis la table de ma salle à manger, la lumière du soleil rehaussant les couleurs et projetant des reflets incroyables dans les bouteilles. Lorsque j’ai regardé dans le viseur, j’ai soudainement vu des vagues s’écraser sur une plage, des nuages orageux au large ou des couchers de soleil spectaculaires. Chaque image est unique : la lumière change, la position de la bouteille bouge, les reflets changent comme un véritable paysage marin varie constamment », détaille Rachel McNulty, photographe et comptable britannique.

« Cette image a été créée à partir d’une section rapprochée d’une bouteille de gin bleu turquoise pour créer le ciel et la mer orageux. La lumière se reflétant sur la bouteille apparaît comme des vagues se brisant sur une plage et un petit réflecteur en aluminium a été utilisé pour mettre en valeur le sable jaune ».

Microphotographie : Håkan Kvarnström, Spiral Beauty

© Håkan Kvarnström | cupoty.com

« Cette algue verte spirogyra a l’une des formes de les plus fascinantes de toutes les algues chloroplastes, puisqu’elle forme une spirale. Les spirogyras prolifèrent dans presque tous les environnements d’eau douce et sont une espèce commune facile à trouver dans les étangs, les fossés et les lacs peu profonds », détaille Håkan Kvarnström, photographe suédois.

« Pour cette photographie, j’ai coloré certains des brins de Spirogyra avec un certain nombre de colorants fluorescents pour mettre en évidence les chloroplastes en forme de spirale. Ils ont ensuite été mélangés avec des brins naturels et placés les uns à côté des autres sur une lame de verre et photographiés avec une lumière fluorescente ».

Jeunes photographes : Ezra Boulton, Rat in Tyre Hub

© Ezra Boulton | cupoty.com

Le lauréat de la catégorie jeunesse du concours Close Up Photographer of the Year se nomme Ezra Boulton. Agé de 16 ans, il nous livre de cliché à la fois surprenant et attendrissant.

« J’ai remarqué ce rat qui sortait d’une roue de voiture abandonnée dans une cour de ferme près de chez moi à Cornwall, en Angleterre. Il était si joliment encadré par les cercles concentriques du pneu que je suis revenu le lendemain matin avec mon appareil photo dans l’espoir de saisir l’instant. J’aime la façon dont les yeux globuleux du rat font écho aux trous dans la roue ».

Retrouvez toutes les photos gagnantes du Close-Up Photographer of the Year sur le site du concours.