Aude Goeminne nous propose de remonter le temps en couleur avec son dernier livre Ils vivaient en couleurs (éditions du Chêne), une sélection de plus de 250 photographies coloriées réalisées entre 1838 et 1945 et qui nous donnent à voir une certaine réalité du passé.

Voiture électrique © Photo by Frederic Lewis-Getty Images-Colorisation Gabriel Nion

La couleur comme trait d’union

Inspirée par des documentaires et archives filmées colorisés, Aude Goeminne a souhaité ramener la couleur dans la photographie pour prendre le temps d’en examiner les détails; car, si la photo ne dégage pas la même émotion qu’un film, elle permet d’y revenir. C’est donc un livre d’Histoire d’un genre inédit que nous proposent les éditions du Chêne.

Pour l’auteur, professeure agrégée d’Histoire, le besoin de la couleur est réel pour faciliter l’identification et l’intérêt des plus jeunes « nés à l’ère de l’omniprésence et du totalitarisme de l’image colorée filtrée pour qui, ce qui précède l’apparition des TV couleurs relève d’un approximatif à l’époque ». Pourtant, « eux aussi vivaient en couleurs, leur rendre cette couleur c’est leur tendre la main. Ils ne sont pas si différents de nous et nous leur rendons ainsi leurs conversations » explique Aude Goeminne. La couleur devient alors le trait d’union dont nous avons besoin.

« Leur rendre cette couleur c’est leur tendre la main. »

Si les photographies d’archives semblent voilées d’une légère nostalgie voire d’une certaine monotonie, la réalité était autre. Avec la couleur, ces scènes deviennent plus vivides, les personnages reprennent vie et vibrent d’émotions. Popularisée après 1945 (fin de la période choisie par l’ouvrage), la photographie couleur était alors un lointain rêve et le monochrome la seule gamme de nuances offerte au spectateur. En renouant avec la couleur, ces séquences nous paraissent plus proches, le regard s’intéresse soudainement plus à la composition : la mode parait plus élégante et Paris éteinte redevient ville Lumière.

Chrystal Palace © Photo by Hulton Archives Getty Images

100 ans de petites et grandes histoires

La période choisie s’étend de la Belle Époque au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Vingt thématiques variées, allant de la mode, aux vacances en passant par la guerre, l’enfance ou les arts sont ramenés à la vie. La couleur teinte certaines images d’une manière plus spectaculaire que dans notre mémoire collective, la guerre se fait plus violente. Le chapitre Horreurs est consacré à ces temps forts du siècle ne pouvant être ignorés. En rapprochant ces témoignes, la couleur évite toute mise à distance et les tumultes de l’histoire deviennent plus impressionnants.

Foule saluant Hitler sauf un © DR – Colorisation Gabriel Nion

Ils Vivaient en Couleur est surtout une galerie de personnages qui accrochent le regard de façon décuplée : garçonnets des mines de charbon, filles de joie des faubourgs ou adorables bambins futurs « célébrités » de notre siècle… Monet, Dickens ou Charlot, mais aussi Staline, Mussolini ou Hitler nous paraissent bel et bien faits de chair et d’os ; plus humains leurs actes nous interrogent plus encore. Donner à voir ces assemblages de détails c’est pour Aude Goeminne « déconstruite les mythes et les savoirs historiques que l’on croit avoir ».

Victor Hugo © Photo by Mansell-The LIFE Picture Collection via Getty Images – colorisation Gabriel Nion

« La couleur permet de déconstruire les mythes et les savoirs historiques que l’on croit avoir. »

Au fil des 304 pages de l’ouvrage, le lecteur traverse avec aisance et un plaisir amusé 100 ans d’histoire. Chaque photographie est soigneusement documentée et commentée avec humour et modernité pour nous guider au fil du siècle. Si sa volonté est évidemment documentaire, il est aussi question de ramener la vie dans ces clichés au travers de 250 histoires humaines immortalisées pour l’éternité. Savamment décryptés, ces photographies et leur contexte sociohistorique nous absorbent.

Le souci de véracité au fil des pages

Véritable challenge que de coloriser ces images tout en conservant l’authenticité et la vraisemblance. Si certaines scènes semblent tirées d’un film, toutes sont bien d’époque.

Le défi consistait à obtenir une photo à la contribution historique forte, mais aussi à sélectionner une photographie suffisamment nette, la colorisation impactant la netteté finale de l’image. Ce fut une chasse au trésor au vu des techniques de l’époque, des longs temps de pose, mais aussi des conditions de conservation des images. Certaines photographies avaient précédemment été colorisées, mais la plupart l’ont été pour le livre. Le plus important n’est toutefois pas la couleur, mais le fait d’identifier une matière (un grain de peau, un tissu…). L’ajout d’une base sur la photographie puis l’utilisation de logiciels permettent ensuite de fusionner différents filtres pour « peindre l’image ».

Pique nique pyramide © Bettmann -Getty Images – Colorisation Gabriel Nion

Le travail de recherche dépasse la seule trouvaille et technique de colorisation de l’image. Il s’agit aussi d’enquêter sur la couleur des façades, des uniformes, des carnations des personnages… Aude Goeminne et les coloristes à ses côtés ont alors mené « ces enquêtes fastidieuses, mais surtout fascinantes en observant les tableaux de l’époque concernée, quelques photos en trichromie ou en décidant eux-mêmes des directions à prendre », explique-t-elle.

Ouvrage passionnant et haut en couleur, Ils Vivaient en Couleurs (205 x 280 mm, 304 pages) est disponible au tarif de 39,90 € sur le site des éditions Chêne, à la Fnac et chez leslibraires.fr.