Les éditions de la Martinière proposent un livre peu ordinaire dont l’humour et la poésie embellissent cette fin d’année. Épouvantails, un Art Éphémère rassemble des dizaines de photos de ces figures de paille dénichées aux quatre coins du monde par le photographe et militant écologiste Hans Silvester.

Les multiples visages de nos civilisations

Le photographe allemand Hans Silvester découvre en 1960 dans les champs du sud de la France ces figures fantasmagoriques qui se révèlent fascinantes. Depuis, il capture ces personnages inanimés, omniprésents d’un continent à l’autre, et a élu la Provence comme terre d’accueil  – bien qu’il continue de sillonner le monde de photoreportage en photoreportage.

Japon, Maroc, France, Afrique… pendant des décennies, le photographe a parcouru les campagnes de ces pays pour photographier ces créatures éphémères entre art et utilitarisme.

À travers ces curieuses poupées faites de bric et de broc par les familles des agriculteurs, ce sont autant de cultures et de civilisations qui se révèlent. Ces épouvantails amusants ou effrayants mettent en avant les différences, mais surtout les traits partagés et préoccupations communes de ces populations de paysans et de cultivateurs qui nourrissent leur famille et nos sociétés.

Un projet photographique poétique et engagé

Le regard tendre et amusé que le photographe porte sur ces épouvantails en ferait presque oublier leur visée initiale : effrayer volatiles et nuisibles. En Andalousie, ces sentinelles silencieuses protègent les melons tandis qu’en Asie, ces effrayantes créations semblent tout droit tirées d’un opéra de Pékin.

Si les oiseaux disparaissent inexorablement de nos campagnes, ces épouvantails n’en sont pas les seuls coupables et paraissent bien innocents au regard de la menace écologique et de la pollution croissante. Militant écologiste, Hans Silvester partage ici avec délicatesse et poésie son engagement pour une vie plus proche de la nature.

Projet artistique et photographique, Épouvantails, un Art Éphémère est également une initative humaniste, un dialogue tissé entre Hans Silvester et les fermiers rencontrés le long des chemins de campagne au cours de cette quête peu ordinaire.

Sous ses aspects surprenants, ce livre préfacé par Marc de Smedt se révèle un ouvrage poétique et émouvant.

Épouvantails, un Art Éphémère est proposé par les éditions La Martinière au prix de 35 euros