DLSP est une rubrique qui vous permet de découvrir les « setups » photo de photographes, professionnels ou amateurs, connus ou anonymes, afin de dévoiler ce qui se cache dans leurs sacs photo.

Dans ce DLSP, Richie Lem nous présente son sac où photographie argentique et numérique cohabitent en harmonie.


Je suis photographe « de rue » lillois, amateur et passionné ; j’aime beaucoup mettre en avant le local dans ma pratique. D’abord passé par le paysage HDR-pose longue, je m’en suis lassé et je m’attache désormais au local et à l’agglomération lilloise, c’est plus simple que de partir très loin là où il y a sans doute des photographes eux aussi locaux qui ont sans doute une meilleure connaissance de leur coin.

Mon projet actuel est la photographie des cafés ouvriers de Lille et des environs, tristement en train de disparaître avec les usines qui faisaient le paysage urbain ici. La crise sanitaire passant par là risque de leur mettre le coup de grâce, d’où mon urgence à documenter ces lieux de vie et d’échange.

Bien entendu le confinement m’a largement freiné dans mon élan, et j’ai essayé de me mettre à l’autoportrait humoristique, exercice que je n’avais jamais pratiqué avant ; et il faut bien un peu d’humour pour ne pas sombrer dans cette époque un peu déprimante.

Voici mon sac et ce je mets dedans :

  • ThinkTank Retrospective 7 v2 gris : mon sac fétiche, qui a déjà bien vécu. Il est assez grand, mais cela me permet de faire les courses avec mon matériel, que j’ai toujours sur moi. Il y a beaucoup de poches internes, je perds parfois des choses dedans, mais il est discret et solide donc je l’aime bien.
  • Fujifilm X-T4 : j’en suis extrêmement content, surtout qu’il est tropicalisé, à Lille c’est utile. La stabilisation m’autorise à pas mal baisser la vitesse en intérieur, c’est pratique. J’avais auparavant un X-T2 dont j’étais tout aussi content.
  • Fujinon 23 mm f/2 WR : un objectif qui est quasiment toujours monté sur le boîtier, j’aime le cadrage polyvalent équivalent à un 35 mm, et il est aussi bien tropicalisé, puisqu’il prend régulièrement des douches et fonctionne toujours.
  • Peak Design Cuff v3 : une courroie de poignet, ça évite de mettre une sangle, et c’est assez solide pour laisser pendre l’appareil quand j’ai autre chose en main.
  • Une ou deux cartes SD en plus, parce que j’ai déjà eu des pannes et ça fait très peur.
  • Une batterie de secours, on sait jamais.
  • Nikon F100 : super appareil argentique redoutablement efficace. Il a une sangle Nikon « Enjoy photo life » désagréable, mais marrante alors je la laisse.
  • Nikkor 35 mm f/2, qui cadre donc comme le Fuji, c’est plus facile d’avoir la même focale partout.
  • Des sachets de silice, dans le Nord c’est utile,
  • Quelques pellicules, j’utilise habituellement de la Portra 400
  • Mes autres accessoires : du sérum physiologique qui traîne dedans depuis que j’ai croisé des manifestations, de la monnaie, des courses, des dolipranes pour les lendemains de soirées, des cartes de visite à distribuer, un rubbik’s cube que je n’arrive pas à finir et un stylo indélébile pour faire des dédicaces dans la rue (ça ne m’est jamais arrivé encore, mais il vaut mieux être prêt).

Avec tout ça je peux photographier tout ce qui me tombe sous l’œil, pas besoin de plus.

© Richie Lem

© Richie Lem

© Richie Lem

Vous pouvez retrouver Richie Lem sur son site Internet et Instagram