Jusqu’au 29 novembre, l’Abbaye de Jumièges invite 13 artistes contemporains à partager leurs regards sur la rivière en Chine à travers l’exposition Les flots écoulés ne reviennent pas à la source.

Artistes chinois et occidentaux se sont attachés à capturer les paysages aquatiques typiques de l’Empire du Milieu comme à mettre en lumière l’effet de la modernité sur ces rivières. L’exposition, poétiquement nommée en hommage aux vers de Li Bai, est conçue en 3 actes.

Le paysage et sa contemplation

La rivière et les fleuves, comme le Yangtsé et le fleuve jaune, ont de tout temps inspirés poètes, peintres et calligraphes. De leur contemplation nait l’harmonie, comme s’attachent à le figer sur la toile le paysage codifié du shanshui (montagne-eau). Depuis, la photographie c’est à son tour intéressée à ces scènes pour en conserver la sérénité. C’est ce que donne à voir les photographies de Yang Yongliang imprégnées de la calligraphie et peinture à l’encre traditionnelles. Les monochromes de Sui Taca évoquent les mystérieux vers du Livre des Odes, plus ancien recueil poétique chinois.

© Yang Yongliang

La rivière, témoin des accélérations de l’histoire

L’essor de la Chine comme puissance mondiale s’est accompagné des efforts de l’Homme pour dompter et maitriser la nature et ses éléments. De la construction des titanesques barrages chinois aux effets de l’urbanisation et de l’industrialisation sur les cours d’eau, Edward Burtynsky et l’artiste conceptuel Zhuang Hui mettent en image la relation complexe entre l’Homme et son environnement.

© Edward Burtynsky

Récits-fleuves

La puissance narrative du fleuve, alternant entre mouvement et symbole d’éternité, est telle que romans et récits initiatiques en font leur principal décor. Les photographes contemporains immortalisent tant la recherche de beauté que la mythologie du cours d’eau chinois. Les monochromes de Mu Ge font du Yangzi un personnage à part entière de ses portraits. Pour Liu Ke, Still Lake est une série pensée comme une quête identitaire.

Une riche programmation

Aux côtés de ces talentueux photographes, le travail de Luo Dan, Michael Cherney, Chen Qiulin, Jia Zhangke, Zhang Xiao, Chen Ronghui ou Zhang Kechun est mis à l’honneur grâce à Victoria Jonathan et Bérénice Angremy, commissaires de l’exposition.

Les flots écoulés ne reviennent pas à la source. Regards de photographes sur la rivière en Chine est à découvrir jusqu’au 29 novembre 2020 à l’Abbaye de Jumièges en Seine Maritime.

Le catalogue franco-chinois rassemblant reproductions des œuvres et entretiens exclusifs est disponible sur le site de l’exposition.

Informations pratiques :
Les flots écoulés ne reviennent pas à la source – regards de photographes sur la rivière en Chine
du 15 juillet au 29 novembre
Abbaye de Jumièges
24 Rue Guillaume le Conquérant
76480 Jumièges
Entrée libre