La dernière édition du prix Levallois de la photographie vient de se clôturer. L’occasion de découvrir les trois lauréats récompensés pour  cette promotion 2020.

Un prix international au succès record

Le prix lancé en 2008 soutient les photographes de moins de 35 ans de toutes origines. Les thèmes libres s’adressent à toutes les sensibilités artistiques. Pour cette nouvelle édition, ce ne sont pas moins de 77 nationalités et 948 candidatures qui se sont manifestées.

« La photographie n’est pas au service d’un sujet, mais un point de vue, une écriture, un propos réfléchi sur le réel »

Le visionnage des 14 000 clichés soumis au jury renforce la philosophie des directeurs artistiques du concours aux commandes de la galerie du Réverbère.

Marraine du prix Levallois 2020, la photographe Jane Evelyn Atwood, internationalement célébrée pour son travail engagé sur le thème de l’exclusion, s’attache à montrer les plus marginalisés, des prostituées aux malades du sida et détenues carcérales. Les images du lauréat 2020 sont en résonnance avec le parcours photographique de cette marraine d’exception.

© Lionel Jusseret

Le regard de Lionel Jusseret sur l’autisme, lauréat du prix Levallois

Parmi les quinze finalistes, Lionel Jusseret a été récompensé du prix Levallois 2020. Le photographe belge a touché le jury par ses images traitant de l’autisme et de l’enfance.

Sa série Kinderszenen immortalise de jeunes autistes loins des institutions médicales. Ses clichés saisissent le mystère qui plane sur ces enfants différents dont le regard tour à tour apeuré, souriant ou voilé de larmes nous capture.

© Lionel Jusseret

Mention spéciale pour Sanislava Novgorodtseva et son photoreportage en Crimée

Mention spéciale 2020 pour la série The Island of Crimea du photographe russe Sanislava Novgorodtseva. Particulièrement attaché à la péninsule de Crimée, l’artiste a souhaité capturer tant les troubles politiques actuels et l’isolement que le quotidien des habitants de l’ancien lieu de villégiature des tsars de la Russie impériale.

© Sanislava Novgorodtseva

Le prix du public décerné à Işık Kaya pour ses images unissant nature et technologie

Prix du public 2020 pour le photographe turc Işık Kaya. Sa série Second Nature documente la transformation de nos paysages à travers la modification d’antennes relais déguisées en arbres. Parfois absurdes, parfois saisissants de réalisme, ces artefacts témoignent de notre rapport à l’environnement d’une façon inédite.

© Işık Kaya

Les séries photo des trois gagnants sont à découvrir sur le site du Prix Levallois et seront à l’honneur lors d’une exposition à la Galerie de l’Escale en octobre prochain. Pour la première fois cette exposition sera itinérante et rejoindra Gap dès janvier 2021.