Canon et Nikon abandonnent les termes « maître » / « esclave » sur les flashs

Les termes « maître » et « esclave » sont encore des termes couramment employés dans le milieu de la photographie pour désigner le contrôle d’un flash par un autre. Les deux célèbres constructeurs photo Canon et Nikon abandonnent définitivement ces termes d’un autre temps.

Canon a en réalité commencé à supprimer ces termes vers la fin 2017. Ils ne sont ainsi plus mentionnés dans tous les nouveaux produits. Ils sont toutefois toujours visibles dans les produits commercialisés avant cette date, ne pouvant pas faire l’objet d’une mise à jour firmware.

Si Canon avait déjà enclenché les modifications sur ces boîtiers, ce sont des termes toujours ancrés et présents dans le milieu du flash, puisque ce sont eux qu’ils concernent principalement. De nombreux flashs populaires ont été lancés avant 2018 et utilisent donc toujours ces termes.

Nikon avait quant à lui un cran d’avance sur Canon, puisque le fabricant a abandonné les termes « maître » et « esclave » début des années 2000 pour la négativité et les connotations évidentes auxquelles ils font allusion.

Pour certains produits comme le flash cobra Nikon SB-5000, le terme « esclave » est encore mentionné dans le manuel puisqu’il mentionne le produit « Wireless Slave Controller SU-4 » qui comprend le terme dans son nom. Il s’agit heureusement d’un produit en fin de vie et d’une mention occasionnelle.

Si Canon et Nikon n’ont pas attendu pour prendre les devants depuis plusieurs années déjà, c’est bel et bien le mouvement Black Lives Matter qui relance le débat. Pour que ces termes négatifs disparaissent définitivement de la sphère photographique il faut avant tout que les constructeurs spécialisés dans l’éclairage agissent, mais pas que.

Les termes anglais sont aussi utilisés dans d’autres domaines tels que l’informatique. Un mouvement nécessaire et important pour supprimer de façon définitive des termes faisant référence à l’esclavage, qui plus est, peuvent aisément être remplacés par d’autres mots sans connotations négatives.

Mise à jour 05/08/20 : Leica a également annoncé qu’il allait arrêter d’utiliser les termes « maître » et « esclave » pour ses flashs, au profit de nouveaux termes « Commander » et « Remote » (en anglais).

La suite après cette publicité
Rédactrice

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Tout simplement ridicule.

    On se croirait dans 1984 de George Orwell. On supprime des mots, réécrit l’Histoire, sous la pression de quelques lobby minoritaires composés d’idéologues extrémistes et sans connaissances historiques.

    Comme si en employant ces termes, on pensait à leur connotation historique. Comme si cela allait permettre de réécrire l’Histoire… c’est peut-être le but après tout ?

    La prochaine étape c’est quoi ? La suppression de tous les termes faisant référence à une relation hiérarchique ? à un genre sexuel ?

    Ok, mais alors dans tout ça, on en fait quoi de la réalité ? Celle dictée par la nature, la biologie, l’anthropologie.
    Oui car ne vous en déplaise, la réalité est particulièrement inégale, genrée pour de nombreuses espèces, et l’homme n’échappera jamais ni à ses instincts, ni à sa réalité biologique… sauf à disparaître !

    Sans aller plus loin, je fais simplement référence au fait que l’esclavagisme a fait partie de l’histoire de l’humanité depuis ses débuts et au travers de toutes les ethnies, civilization ou groupements humains.

    C’est triste mais c’est une réalité qu’il faut affronter et décrire avec des mots.
    Et donc le débordement de la censure sur les domaines techniques ou scientifiques est une absurdité sans nom.
    Je ne cesserai jamais d’utiliser ces mots.

    D’autre part, je croyais être ici sur un blog qui parle de photo. Vous ne pouvez pas vous empêcher de parler de politique, en particulier sur des sujets que vous imaginez bien être clivants ?

    Vous n’imaginez tout de même pas faire l’unanimité ni détenir la vérité ou représenter le bien absolu j’espère ?

  2. J’ai d’abord cru à un poisson d’avril… mais malheureusement non…
    C’est consternant.

    Les termes maître/esclave n’ont ici aucune connotation, ils indiquent simplement le mode de fonctionnement où le flash esclave est asservi au flash maître, ni plus ni moins.

    J’attend avec impatience votre article sur l’abandon de la photographie « noir et blanc »…..

  3. et ils restent noirs? quelle horreur !! Les photos noir et blanc seront dorénavant interdites de même que les boitiers noirs bas de gamme qui seront obligatoirement blancs. Le noir sera réservé aux boitiers de plus de 4000 euros. Ah mais !!!