Les photographies sous marines sont sujettes à plusieurs déformations dont la distorsion colorimétrique qui génère un rendu fade ainsi qu’une dominante verte ou bleue. Pour pallier ce problème, l’ingénieur et océanographe Derya Akkaynak a mis au point un algorithme intitulé Sea-Thru capable de rétablir la vérité sur les fonds marins et faciliter la recherche.

La plupart des photographies sous-marines enregistrées par les scientifiques sont difficiles à analyser et limitent l’identification des êtres vivants qui composent les récifs coraliens. La raison à cela : l’absorption et la diffusion sélective de la lumière à différentes longueurs d’onde rendant certaines couleurs difficiles à voir, notamment les rouges et les jaunes et cela même à de faibles profondeurs.

Derya Akkaynak, ingénieure et océanographe ainsi que Tali Treibitz ont mis au point un algorithme capable de corriger la distorsion visuelle colorimétrique causée par l’eau sur une image afin de permettre des analyses précises. Un algorithme puissant, au-delà des corrections proposées par les logiciels de retouche tels que Photoshop et Lightroom.

Pour fonctionner, cet algorithme tient compte de l’absorption et de la diffusion de la lumière dans l’atmosphère par rapport à celle dans l’océan. En effet, la forte présence de particules dans l’eau génère une interaction beaucoup plus importante de la lumière dans ce milieu. Sea-Thru inverse cette distorsion pixel par pixel afin de restaurer les couleurs perdues.

Le logiciel requiert toutefois des informations de distance entre l’appareil photo et la scène pour fonctionner. Akkaynak recommande de prendre plusieurs photographies sous différents angles afin que l’algorithme puisse correctement évaluer la distance. Une mise en garde utile, même si la plupart des scientifiques sont habitués à enregistrer de telles informations. Il y a donc de fortes chances pour que l’algorithme soit efficace sur des images déjà enregistrées.

L’algorithme fonctionne sur des fichiers RAW ou des vidéos prise en lumière naturelle.

Une solution utile pour améliorer les images prises sous l’eau, qui aidera sans doute beaucoup pour le travail des scientifiques qui essaient de comprendre les impacts du climat sur le corail et sur les autres systèmes marins. Une application plus grand public, dans les action cams ou appareils photo régulièrement utilisés pour la photo ou vidéo sous-marine pourrait également intéresser de nombreux passionnés.

Pour en savoir plus sur cet algorithme, rendez-vous sur cette page. Vous pouvez également voir des modélisations 3D avant et après correction sur le site d’Akkaynak.