Pour contrer une concurrence de plus en plus rude sur le secteur des stabilisateurs de poing, DJI vient de dévoiler une nouvelle gimbal stabilisée 3 axes, le Ronin-SC (C pour Compact). Plus léger et plus performant, il est destiné aux appareils photo hybrides et s’arme de quelques fonctionnalités nouvelles intéressantes.

Difficile de s’y retrouver sur le marché des stabilisateurs de poing. DJI enfonce le clou avec panache en proposant un nouveau stabilisateur qui pourrait bien devenir une référence dans les mois à venir. En effet, le Ronin-SC offre non seulement un design revu par rapport au Ronin S mais aussi les dernières technologies de la marque, notamment en matière de suivi du sujet et d’assistance à la prise de vue.

Une ergonomie améliorée

Le poids de 1,1 kg du Ronin SC lui permet de revendiquer un gain de 41% pas rapport au Ronin S. Un gain non négligeable quand on sait combien pèse sur le poignet ou les avant-bras un kit de tournage composé d’un stabilisateur à la fin d’une journée de tournage. La structure du Ronin SC faite de magnésium, d’aluminium et de matériaux composite, couplé à ses moteurs, ne lui permet en revanche de ne supporter que 2 kilos. Un poids suffisant dans la plus part des configurations, d’autant qu’il s’agit là d’un stabilisateur pour hybrides, là où le Ronin S est capable de supporter jusqu’à 3,6 kilos.

 

Le Ronin SC se distingue cependant par sa portabilité améliorée. Il est capable de se démonter et se range aisément dans une mallette ou un sac vidéo. Ses dimensions de 220 x 200 x 75 mm lui assurent un encombrement contenu et l’axe de roulis est abaissé pour ne pas gêner la lecture sur l’écran arrière du boitier. On note aussi que la poignée (qui héberge la batterie) est évasée et équipée d’un grip pour une meilleure prise en main.

Aussi, on trouve désormais un verrou pour chaque axe (panoramique, inclinaison, roulis) afin de faciliter l’équilibrage. Mieux encore, une fois la nacelle équilibrée, il ne faut que quelques secondes pour détacher la caméra ou la réinstaller. L’application permet aussi désormais d’effectuer un test d’équilibrage afin de s’assurer que la caméra est correctement installée.

Active Track 3.0 et Force Mobile

Le Ronin SC se voit doté d’une multitude de fonctionnalités dont les nouveautés les plus marquantes sont Force Mobile et Active Track 3.0. Force Mobile est hérité de Force Pro, une fonction qui permet de synchroniser le mouvement de son smartphone avec la nacelle du Ronin-SC (compatible avec iOS uniquement). Ce mode sera utile lorsque le stabilisateur est placé sur un trépied et que l’opérateur doit suivre une scène d’action, ou mieux encore, lors d’un travail en binôme où un opérateur contrôle la gimbal et le focus par exemple et qu’un second opérateur pilote à distance la tête motorisée pour suivre un sujet via le gyroscope du smartphone.

Toujours via le smartphone, il est désormais possible, grâce à Active Track 3.0, que la nacelle suive automatiquement un sujet en le pointant directement dans l’application mobile. En montant son smartphone sur la griffe flash de son boitier, il n’y a ici pas besoin d’un second opérateur. Même si sur les vidéos de démo présentées par DJI les résultats semblent probants, et que le constructeur a déjà une expérience au niveau du suivi du sujet avec ses drones, il faudra non seulement bien prévoir son plan à l’avance mais surtout nous aurions préféré une connexion directe entre le Ronin SC et le boitier afin que le suivi du sujet se fasse via l’autofocus et non via l’application.

La liste des smartphones compatibles avec Active Track 3.0 est disponible ici. Toujours selon le constructeur, Active Track 3.0 semble dopé au deep learning et serait capable de reconnaitre différents types de sujets. Seul un test approfondi nous permettra d’éprouver son efficacité.

Une application revue

L’application a été revue en profondeur pour la rendre plus intuitive et plus simple à utiliser. Différents modes et paramètres de nacelle sont accessibles via le bouton Mode (M) et la gâchette. Trois profils sont personnalisables et il est possible de gérer la puissance des moteurs. On accèdera plus intuitivement au mode Sport ou au mode 360° pour réaliser des plans originaux. le reste des fonctions est un peu plus classiques :

  • Joystick virtuel: la nacelle peut se contrôler à distance grâce au joystick virtuel pour contrôler le Ronin-SC quand il est monté sur un trépied ou un monopode.
  • Timelapse : le réglage de l’intervalle, de la durée de la prise de vues et du nombre d’images par seconde permet au Ronin-SC de créer des timelapses.
  • Timelapse en mouvement : ce mode permet d’ajouter un effet de mouvement à des timelapses.
  • Motion Control : grâce à ce mode, les utilisateurs peuvent définir des trajectoires de mouvement en sélectionnant jusqu’à 10 points de repère.
  • Panorama : ce mode permet de réaliser et contrôler des panoramas horizontaux ou verticaux.

Le Ronin SC est compatible avec la majorité des hybrides du marché. Chez Sony, on liste le Sony A9, Sony A6300, A6400, A6500, la série A7, A7S et A7R et même le RX100 V. Les Nikon Z6 et Z7, Canon EOS R et M50, Panasonic GH5, GH5S, G9, GH3 et GH4 ainsi que les Fujifilm X-H1, X-T2 et X-T3 sont compatibles.

De nombreux accessoires peuvent aussi venir agrémenter son utilisation, notamment un nouveau moteur de Follow Focus (malheureusement uniquement compatible avec le Ronin SC), la Focus Wheel, ou encore l’Unité de Commande.

La batterie du Ronin SC est donnée pour tenir 11h.

Prix et disponibilité du DJI Ronin-SC

Le Ronin-SC est disponible à l’achat dès aujourd’hui chez DJI au tarif de 359€ seul. Une version Ronin-SC Combo Pro, qui est livré avec des accessoires supplémentaires tels que la Focus Wheel avec le moteur Focus et le dédoubleur RSS (contrôle Start/Stop à distance) est proposée au tarif de 459 €.