DLSP est une rubrique qui vous permet de découvrir les « setups » photo de photographes, professionnels ou amateurs, connus ou anonymes, afin de dévoiler ce qu’il se cache dans leurs sacs photo.

Aujourd’hui, c’est Sébastien Toupance, photographe amateur, qui partage ce qu’il emporte dans son sac photo taillé pour la randonnée et les treks.


Je suis principalement attiré par la photo de paysage, avec une petite touche de photo animalière si l’occasion se présente. C’est en revenant d’un voyage au Botswana en 2014 que le virus de la photo m’a réellement atteint, en achetant mon premier boitier (un bridge). Au fil du temps et de mes voyages, je me suis pris de plus en plus de passion pour cet art, me perfectionnant et découvrant de nouvelles techniques comme la photographie de nuit.

Pour moi la photo est un moyen d’expression permettant de montrer toute la beauté et la richesse des différents environnements de notre belle planète, en capturant un instant d’aventure, une belle lumière ou encore un paysage nature et hors du monde urbain dans lequel nous, hommes modernes, vivons de plus en plus. C’est aussi un moyen de faire voyager les gens à travers une simple image, de faire découvrir de nouvelles régions ou lieux inconnus.

Comme beaucoup de photographes, j’adore voyager (je ne sais d’ailleurs pas si c’est les voyages qui me font aimer la photo, ou si c’est la photo qui me fait aimer les voyages. Surement un mix des deux ). Et les activités extérieures telles que la randonnée, les treks ou encore l’escalade font partie intégrale de mes voyages. C’est pour cela que j’aime sortir des sentiers battus et me retrouver dans des endroits parfois reculés. J’ai récemment passé quelques semaines en Patagonie, au sud du continent sud-américain, où l’automne battait son plein : tant en termes de conditions météo extrêmes, que de couleurs des paysages. Quelques autres contrées lointaines où j’ai pu l’opportunité de capturer la beauté de leurs paysages : l’Islande, les nombreux parcs nationaux de l’Ouest et du Sud-Ouest américains, les Philippines, la Laponie Finlandaise, les Dolomites, le Pérou. Vous constaterez facilement qu’il y a une dominante dans mes voyages : les montagnes ou les climats froids/arctiques. C’est en effet là où je trouve le plus d’inspiration. Mes moments favoris sont le lever et coucher du soleil, ainsi que l’heure bleue.

Voici mon sac photo :

  • F-stop Satori Exp v2 avec insert Medium Slope : c’est le sac à dos parfait car il a été conçu pour les photographes d’aventures. Le concept est qu’il est modulaire. L’insert interne s’acquiert à part (il y a différentes tailles) afin de s’adapter au matériel à transporter. Il est très grand (un peu moins de 60L), imperméable, dispose d’une poche interne pour pc portable (jusqu’à 17″), est renforcé sur le dessous, plusieurs autres poches internes, et des poches et sangles sur les côtés : j’y range d’ailleurs mon trépied d’un côté. Et de l’autre ma gourde. De par sa taille et sa conception, il me permet d’emporter tout le nécessaire pour mes deux activités préférées car en plus de pouvoir y ranger tout mon matériel photo, il est encore assez grand pour y ranger bon nombre de choses utiles en rando : sandwich, deux vestes, gants, bonnets ou casquette… Ayant été conçu pour la rando, les sangles d’épaules et la ceinture sont rembourrées. L’accès au matériel se fait par le panneau dorsal. C’est aussi un gage de sécurité, car le matériel n’est pas accessible autrement.
  • Nikon D750 (lire notre test) : c’est le compagnon idéal car il est à la fois compact et léger pour un boitier full-frame. Ce qui est important afin de réduire le poids en randonnée. J’utilise une plaque en L afin de pouvoir changer l’orientation facilement sans devoir refaire la configuration du trépied.
  • Tamron 24-70mm f/2.8 G1 : Objectif transstandard polyvalent qui permet de couvrir bon nombre de situation grâce à sa plage focale et ouverture constante à 2.8. Il date, et la version G2 est sorti il y a quelque temps, mais il est selon moi d’un rapport qualité/prix imbattable : léger, grande plage focale, ouverture constante à F/2.8, stabilisé, tropicalisé et de bonne construction. C’est l’objectif qui est le plus souvent monté sur mon boitier. Lorsque le budget le permettra, je le changerais surement, car parfois il manque un peu de piqué.
  • Sigma 14-24mm f/2.8 Art : objectif grand-angle ayant une qualité de piqué excellent. Là aussi avec une ouverture constante à F/2.8 afin de pouvoir l’utiliser de nuit (aurore boréale, voie lactée). Il est l’arme redoutable pour les paysages notamment grâce à sa très bonne maitrise de la distorsion. Sa qualité de fabrication et d’utilisation à tout pour plaire.
  • Tamron 100-400mm f/4.5-6.3 : c’est l’objectif du compris ! Beaucoup de photographes de paysage s’orientent vers un 70-200 f/2.8, j’ai beaucoup hésité, mais j’ai préféré m’orienter vers une focale 100-400 au détriment du bokeh et de l’ouverture constante f/2.8. Tout d’abord pour une question de budget. Ensuite pour me permettre de l’utiliser aussi pour de l’animalier là où un 70-200 se trouve limité et où il est nécessaire d’acquérir une plus longue focale. Mais de par sa taille compacte, son poids réduit, sa stabilisation, et son collier de trépied (là où le Sigma 100-400 n’en a pas), sa longueur focale il est pour moi le compris parfait pour faire du paysage et de l’animalier
  • Trépied Benro TMA28C : Je ne l’ai pas depuis longtemps, mais j’en suis déjà plus que satisfait. C’est le trépied parfait. Il allie légèreté grâce à sa fabrication en carbone, d’une stabilité à toute épreuve (testé avec des rafales à plus de 90km/h en Patagonie, il ne bouge pas d’un millimètre). Sa qualité de construction et d’utilisation est excellente. Il est vraiment à toute épreuve, robuste et pour un coût bien inférieur à ses concurrents type Gitzo ou Really Right Stuff. Et en plus, il est livré avec un tas d’accessoires : embout à pique en métal ou rond à revêtement adhérent, rotule longue avec crochet ou rotule courte. La bague de serrage de la colonne centrale est très bien pensée également.
  • Rotule Benro B2 : La rotule est souple et permet d’orienter le boitier avec précision. À contrario, lorsque les vis sont serrées, il y a une vraie rigidité de tenue. On sent également une vraie granularité de serrage dans les vis. Sur les 3 vis de serrage, le ruban en caoutchouc est un gros plus à mon sens car quand il fait froid, ça évite d’avoir les doigts en contact avec le métal, et d’avoir encore plus froid aux mains. Pour serrer, la main accroche bien mieux sur cette matière que directement sur le métal. D’autant plus si la main ou les doigts sont mouillés. La sécurité sur la vis de serrage du plateau, ça évite potentiellement de laisser glisser le boitier.
  • Divers accessoires : une batterie supplémentaire, un déclencheur à distance. Je m’en sers principalement sur boitier, encore plus de nuit, pour éviter tout flou de bougé.
  • Cartes SD Lexar Pro 64Go 150MB/s : le meilleur rapport qualité/prix que j’ai trouvé. Aucun problème au fil du temps, même après plusieurs formatages.
  • Lampe frontale Black Diamond : particulièrement utile lorsque j’ai prévu d’aller shooter le lever de soleil ou qu’il me reste quelques kilomètres de randonnée pour rentrer après le coucher de soleil. Utile aussi pour aller shooter la nuit les aurores boréales ou la Voie lactée.
  • Laptop Dell Inspiron 7370 : il est super léger et compact. Son écran n’est pas aussi performant que celui de la gamme Dell XPS, mais il est de bonne facture et me permet d’éditer mes photos « on the go » un peu partout grâce à sa puissance CPU et sa mémoire.

Ce sac est un très bon compromis poids/qualité/prix pour tout ceux qui aiment allier photographie et randonnée ou trek.

© Sébastien Toupance

© Sébastien Toupance

© Sébastien Toupance

Vous pouvez retrouver Sébastien Toupance sur son site internet et sur Instagram.