Suite des aventures de Léo Coulongeat et sa série From Desert avec ce sixième carnet de voyage en altitude autour du volcan Licancabur et ses déserts entre la Bolivie, le Chili et l’Argentine.


En 1995, l’archéologue Ana Maria Baron réalisait une expédition pour explorer le lac du volcan Licancabur, situé dans son cratère. Après plusieurs dizaines de minutes, un plongeur remonta à la surface un trésor étrange : une boule de cristal. À l’approche de la boule, Ana Maria ressentit une énergie mystérieuse et s’évanouit. Puis, sans doute à cause de sa sortie du lac, la boule se mit soudain à chauffer et le plongeur dut la relâcher. La boule retomba au fond du lac et le plongeur ne la retrouvera plus.

Licancabur – © Léo Coulongeat

Une légende chinoise raconte qu’il y a très longtemps, une grande boule de cristal permettait de voir le futur. Les oracles la questionnaient sur des thèmes comme la santé, la fertilité et le climat. Puis, lentement, la boule devint maudite… Quelqu’un décida alors de la séparer en 7 petites boules de cristal qu’il disposa à un endroit différent sur terre afin qu’elles symbolisent les 7 chakras de la planète terre (points d’énergie).

J’ignore si la boule de cristal du volcan Licancabur est l’un des chakras de notre planète, mais les somptueux déserts d’altitudes que j’ai visité tout autour de ce volcan témoignent certainement de flux énergétiques et de climats exceptionnels.

Bienvenue dans les déserts les plus hauts au monde entre la Bolivie, le Chili et l’Argentine.

Les jours qui précèdent mon arrivée à Uyuni, je dors mal. Ce n’est pas à cause du vin bolivien comme je le soupçonnais au début, mais sûrement l’appréhension de commencer mon voyage vers les 3 régions désertiques les plus splendides d’Amérique latine : le sud-ouest bolivien, le désert d’Atacama et le nord-ouest argentin. Pour moi, le défi est grand : faire des rencontres intéressantes et réussir des photos originales dans ces régions très photographiées, tout en voyageant par agence de voyage avec des personnes inconnues.

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Desert driver – © Léo Coulongeat

À la sortie de la ville d’Uyuni, un cimetière de trains nous arrête, vestige de l’histoire industrielle de cette ville. J’y croise Miguel, ancien cheminot qui vient observer ce musée à ciel ouvert où la rouille et la poussière s’entremêlent.

© Léo Coulongeat

Miguel – © Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Puis, on l’aperçoit enfin : LE désert blanc : le Salar d’Uyuni – le plus grand et le plus profond lac de sel au monde (10,000km² pour 120m de profondeur). Il serait le vestige d’un immense paléo-lac qui lui-même proviendrait du retrait de l’océan Atlantique.

© Léo Coulongeat

Flamands – © Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Uyuni, c’est aussi le plus connu des bivouacs du Paris-Dakar qui y passe depuis 2012. Point névralgique des routards en tout genre, on y croise les voyageurs du désert que j’aime : des fous du volant en dragster, des motards aventuriers et des énergumènes en bolide Mad Max.

© Léo Coulongeat

Evolution – © Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Mad Max – © Léo Coulongeat

Derrière ce paradis de flamands roses et ses plateaux blancs infinis, un monde plus obscur se cache. Pour les travailleurs qui s’échinent à ramasser le sel dans les salars de la région, il s’agit d’un enfer blanc. À plus de 3500m, la réflexion du soleil est infernale, il fait chaud la journée, froid la nuit et le sel endommage la peau.

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Sous la croûte de sel, se trouvent 60% des réserves mondiales de Lithium, un métal très utilisé pour les circuits électroniques et les piles. Une aubaine pour les ouvriers qui voient une porte de sortie vers un travail différent, mais une inquiétude pour cet environnement fragile qui va très bientôt être assaillie par de nouvelles industries.

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Je passe ma première nuit au pied du volcan extraterrestre Tunupa. Les reflets du coucher de soleil sur l’eau salée couplés à la musique bolivienne ronronnante du 4×4 font craquer une amie bolivienne qui lâche une larme.

Volcan Tunupa – © Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

On revient la nuit sur le salar pour profiter des étoiles. La seule projection de leurs lumières sur la surface blanche permet d’y voir clair dans la nuit, sans lune. Je cours tout droit vers les 10,000km² de désert blanc. Une expérience fascinante, seul dans la nuit, où la partie claire du paysage est au sol, contrairement à ce que notre logique nous dicte. Je me trouve dans un néant de noir et blanc, plongé dans un film de Terrence Malick.

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Le lendemain, à la sortie du Salar, c’est le désert de Siloli qui nous attend, à plus de 4300m d’Altitude. Après une heure de route, une rencontre inattendue se produit : une tempête de neige. Les vitres automatiques et le reste de l’électronique du 4×4 cessent de fonctionner. -10 degrés dehors avec un vent à ne surtout pas faire décoller mon drone. Le bonnet que j’ai acheté est définitivement du faux Alpaca, made in China.

Le soir, la tempête empire. Les guides et les touristes s’agitent dans la maison sans chauffage qui nous sert d’auberge. C’est bizarrement ce même jour que je commence à lire Conquérant de l’impossible de Mike Horn, qui raconte son périple autour du cercle arctique. Les coïncidences n’existent pas.

Cette nuit il fera -20 degrés et -30 ressentis. Je n’avais pas prévu de voyager vers les déserts froids mais rouler dans cette région ressemble vraiment à la Sibérie, avec les volcans en plus.

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Après un long trajet en chasse neige pour redescendre, je l’atteins enfin : le désert le plus aride au monde. Dans les zones les plus sèches du désert d’Atacama, au Chili, les précipitations ne dépassent pas 3 mm par an et certains endroits sont privés de pluie pendant 50 ans. C’est déconcertant de se retrouver les lèvres gercées tout en voyant au loin les montagnes enneigées où j’étais bloqué dans la tempête, quelques heures avant…

À dix heures du matin, le désert d’Atacama se montrait dans toute sa resplendissante inclémence, et je compris pourquoi la peau des gens d’Atacama semblait prématurément vieillie, creusée de sillons laissés par le soleil et les vents chargés de salpêtre.
Luis Sepúlveda

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Atacama, c’est aussi le lieu de référence de la NASA pour tester ses équipements pour Mars, le climat et les paysages étant relativement similaires. Je fais la rencontre de Jose, un médecin colombien qui prend une année sabbatique pour voyager et remonter à vélo du Chili à la Colombie. Ça sera mon partenaire de VTT l’instant d’un désert.

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Mais la région de San Pedro, c’est surtout le lieu où se trouve le plus grand observatoire astronomique mondial : l’ALMA, qui regroupe 66 paraboles de 17m de diamètre. Cet endroit au climat unique au monde permet l’observation d‘ondes qui révèlent par exemple l’histoire de la naissance de l’univers. Ce site est perché à 5000m et a été placé, comme par hasard, au pied du volcan Licancabur…

Ciel Austral – © Léo Coulongeat

Inconnu – © Léo Coulongeat

J’y fais à nouveau la rencontre de voyageurs du désert passionnants : des centaines de scientifiques, parmi les meilleurs astrophysiciens au monde, qui y effectuent leurs recherches.

Au milieu du désert et des montagnes, les équipements sont impressionnants : écrans géants, fibre optique, et un groupement de calculateurs des plus puissants au monde. Nous sommes à 30 minutes de San Pedro, une ville en adobe (argile) qui n’avait pas l’électricité il y a 20 ans.

Les gigawatts consommés par jour sur le site n’auront pas empêché une porte rouillée de nous interdire l’accès à un hangar que nous devions visiter …

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Plus loin, dans ces paysages désertiques, on trouve une autre étrange formation géologique, cette fois-ci humaine : la mine de cuivre de Chuquicamata. Le désert d’Atacama n’a pas fini avec ses records, c’est la plus grande mine à ciel ouvert au monde : 5km de long, 3km de large, 1km de profondeur (presque aussi profond que le grand canyon).

Dans cette ville-industrie, on croise 20.000 travailleurs. Certains conduisent des monstres de 500 tonnes. Le guide nous donne avec un sourire des chiffres aberrants : une seule de ces machines consomme 25.000 litres d’essence tous les 8h (et elles travaillent 24h/24h 7j/7j), 2000 litres d’eau utilisés par secondes dans les industries de la mine (on est toujours dans le désert), 350.000 tonnes de pierres extraites chaque jour…

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Mon voyage continue vers le nord-ouest de l’Argentine, après avoir à nouveau roulé à l’ombre du volcan Licancabur.

Les plus hautes routes désertiques sont des rêves éveillés, au-dessus des nuages, peuplés de vigognes, de légendes et de volcans.

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Je m’attache aux paysages du nord-ouest argentin par la chaleur de la population et des paysages colorés. J’y découvre des cactus bien différents des Mexicains : les « cardones », qui peuvent grimper jusqu’à 8m de haut et qui produisent, en séchant, un bois sec très dur utilisé dans de nombreux bâtiments, meubles et pièces d’artisanat. Encore un désert où la population s’approprie les ressources endémiques.

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

Mon voyage en terres désertiques d’Amérique se termine. Les 8 mois passés dans ces régions indigènes m’ont reliés plus que jamais au désert.

La disparition des modes de vie traditionnels des peuples est sans doute ici bien plus rapide qu’au Moyen-Orient, mais la richesse des cultures et des traditions mêlés à une forte spiritualité rend les voyageurs uniques.

Ce que j’ai vécu là-bas, sont de doux voyages épineux, où le sentiment de liberté restera mon premier souvenir.

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat

© Léo Coulongeat