Votez pour la série « Coexistence » de Pierre-Louis Ferrer aux Zooms 2024 du Salon de la Photo
The Robot Next Door © Niko Photographisme
© Niko Photographisme

The Robot Next Door : les humanoïdes troublants de Nicolas Bigot

Avec l’avancée de l’intelligence artificielle, les robots feront peut-être bientôt partie de nos vies. Certains artistes s’inspirent de cette idée pour créer des œuvres en rapport avec ce futur proche. C’est le cas de Nicolas Bigot, photographe français qui a réalisé la série The Robot Next Door.

The Robot Next Door © Niko Photographisme
Arty, The Robot Next Door © Niko Photographisme

Nicolas, plus connu sous le pseudonyme de Niko Photographisme, est UX/UI Designer en Bretagne. Durant son temps libre, il aime photographier les idées qu’il a en tête.

Il nous explique qu’il « travaille principalement sur des compositions surréalistes, décalées ou amusantes basées sur de vrais clichés secondés, quand c’est nécessaire, par du photomontage. »

The Robot Next Door © Niko Photographisme
Upgrade, The Robot Next Door © Niko Photographisme

Ainsi, la technologie robotique lui a inspiré une nouvelle série, The Robot Next Door. Ses clichés techniques sont une invitation à la réflexion sur l’avenir de l’humanité par rapport à ce nouveau genre « humain ».

En 2018, de nombreux robots ont déjà vu le jour, plus ou moins performants et plus ou moins ressemblants. Bien que l’intelligence artificielle nue (sans mécanisme) avance beaucoup plus rapidement que les recherches robotiques, certaines personnes sont persuadées que la machine est l’avenir de l’Homme, aussi bien au niveau des voitures, de la médecine, de l’éducation ou encore du travail.

The Robot Next Door © Niko Photographisme
Outline, The Robot Next Door © Niko Photographisme

Je considère la photographie comme un terrain de jeu pour mon imagination.

The Robot Next Door © Niko Photographisme
Meditation, The Robot Next Door © Niko Photographisme

Nicolas voulait représenter ces hommes et ces femmes robotiques pour visualiser un possible avenir : « J’essaie dans cette série de me projeter dans l’intimité d’une vie quotidienne ancrée dans un monde où la frontière entre l’humain et la machine est floue et où les apparences peuvent être trompeuses. »

Commencé en 2017, ce projet compte désormais plus de 70 images.

The Robot Next Door © Niko Photographisme
Hide, The Robot Next Door © Niko Photographisme

Pour obtenir ce résultat, l’artiste breton a tout d’abord photographié ses modèles dans un décor réel. Il a ensuite placé les mécanismes aux endroits voulus avant de faire le montage des images sélectionnées sur Photoshop et Lightroom. Nicolas Bigot nous explique que cette dernière partie peut lui prendre entre 2 à 5 heures selon les photographies. « J’essaie de travailler autant que possible sur les détails pour rendre l’ensemble crédible, » nous explique-t-il.

Pour que l’on comprenne bien le processus, le photographe a réalisé un making of du shooting sur sa page Behance.

The Robot Next Door © Niko Photographisme
Detachment, The Robot Next Door © Niko Photographisme

En attendant que les robots nous envahissent pour le meilleur ou pour le pire, n’hésitez pas à visiter le site de Niko Photographisme ainsi que son compte Behance et Instagram.

Rédactrice

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. Bonjour Ibrahim,

      Comme tu auras pu le voir en image dans mon mail envoyé en réponse à tes accusations, mes travaux sur le thème des robots et plus précisément sur ce type de mise en scène datent de 2007 soit 6 ans avant ta première photo que tu revendiques comme étant la base de mon « vol d’idée ».
      Comme je te l’ai démontré de ce même message, tes photos m’étaient inconnues et le travail de plus d’un an sur ce projet est l’aboutissement d’une dizaine d’années de recherches.
      Enfin, pour ne cité qu’un argument parmi tant d’autres, toutes les photos de ce projet ont été co-imaginées avec les modèles eux-même. Chaque photo s’appuie sur les particularités et les envies de chacune et chacun. Je doute donc fort que les 40 personnes qui ont participé au projet aient vu tes 4 photos qui à mon sens ne forment pas, en l’état, une série à proprement parlé avec une démarche particulière.

      Ecrire un tel commentaire ici, en plus de l’accusation directe et infondée par mail semble être une tentative de récupération de visibilité. J’espère au moins que ce coup de pub t’apportera quelque chose. Pour ma part je n’ai pas cherché par tous les moyens cette visibilité. C’est juste le fruit d’un long travail, d’une passion inébranlable et sans doute d’un peu de chance.

      Bonne continuation
      Niko

      1. PS. Si tu le souhaites, je peux te communiquer tous les liens où ont été publiés les articles sur mon projet, pour que tu puisses faire tes revendications 😉
        Je me ferai alors un plaisir d’y répondre de la même manière qu’ici.