La photographe iranienne Gohar Dashti nous invite dans son périple entre la peur de la guerre, la nature conquérante et la place de l’humain dans ces différents contextes. Son travail est divisé en trois séries : Home, Still Life et Alien.

Home © Gohar Dashti

Home © Gohar Dashti

Gohar est née à Ahwaz en Iran en plein conflit avec l’Irak qui a sévi entre 1980 et 1988. « Grandir pendant la guerre a appris à ma génération la vie en état de danger constant. La guerre et la vie sont inséparables ; elles se côtoient, vivent ensemble simultanément et parallèlement », nous explique la photographe.

Son travail qui est présenté ici élabore une vision du monde propre à Gohar Dashti de par son histoire et son passé : « J’essaie d’exprimer ma relation à la société et au monde, telle qu’elle se développe à partir des événements de ma vie, entre les pôles du personnel et de l’universel, du politique et du fantasme. »

Home © Gohar Dashti

Home © Gohar Dashti

Comme pour chaque guerre, les civils ont été déplacés et ont dû quitter leur foyer. Vivant à la frontière entre l’Iran et l’Irak, Gohar a subi cette migration. Les maisons abandonnées sont restées sur place et ont servi de demeure à la nature qui a su rapidement reprendre ses droits. « J’ai réalisé que la nature nous survivra toujours. Nous allons, la nature reste – maintenant, ou dans un million d’années, longtemps après notre départ. »

Home illustre ce propos en symbolisant la Nature résidant dans les anciennes demeures des Iraniens déplacés par la guerre.

Home © Gohar Dashti

Home © Gohar Dashti

Pour l’artiste, il existe un fossé entre l’humain et le naturel. Les bombes anéantissent des humains qui cèdent leur place à la nature qui ne craint pas les bombardements. Même si une partie de la végétation d’un pays est détruite par une guerre, les dégâts serviront de terreau aux prochaines plantes et aux prochains arbres.

Still Life © Gohar Dashti

Still Life © Gohar Dashti

Home fait partie d’un travail en triptyque illustrant ainsi toute la puissance de la nature. Dans la deuxième série Still Life, l’artiste iranienne anime des morceaux de plantes grâce à des cyanotypes. Ce procédé scientifique permet de mettre en lumière l’effet d’un produit chimique sur une plante grâce à la photographie monochrome négative.

Still Life © Gohar Dashti

Still Life © Gohar Dashti

Cette série souhaite mettre en lumière la puissance limitée de l’Homme face à la nature. En effet, Gohar Dashti a détruit ces plantes afin de les photographier. Cette main qui a détruit ma nature ne pourra cependant rien faire contre la propagation des graines et des plantes, plus rapide et plus puissante.

Et même si les plantes sont écrasées, elle garde leur beauté, à travers notamment les photographies de Gohar, mais également à travers leur odeur qui nous permet de fabriquer les parfums les plus raffinés. On constate alors toute la magnificence de cette nature qu’il faut préserver à tout prix.

Alien © Gohar Dashti

Alien © Gohar Dashti

La série Alien clôt ce travail de trois séries photographiques. Ces photos ont été prises dans les forêts américaines par Gohar Dashti. Grâce à une vitre placée devant l’objectif, la photographe utilise le flash pour faire apparaitre un objet volant non identifié sur l’image. Intrigants, ces clichés ont pour but de nous rappeler que nous sommes des étrangers sur Terre, des extraterrestres dans la Nature qui nous a précédés et nous succédera.

Alien © Gohar Dashti

Alien © Gohar Dashti

Pour découvrir d’autres travaux de Gohar Dashti, vous pouvez vous rendre sur son site Internet.