Le festival Circulation(s) approche à grands pas ! Laissez-nous vous faire découvrir Karin Crona, une artiste suédoise venue s’installer à Paris, qui présentera dès le 17 mars au 104 sa série De la Possibilité d’une Image.

C’est en 1999 que Karin vient s’installer dans la capitale française. Elle a alors un master en arts décoratifs filière graphique et illustration. Elle s’oriente donc tout naturellement vers l’édition et la presse avant de trouver sa vraie passion : la photographie plasticienne. « J’ai grandi avec la photographie, car mon père est photographe. Avec mes premiers appareils numériques, je suis devenue boulimique d’images », nous confit l’artiste.

Karin Crona Circulation(s)

De La Possibilité D’une Image © Karin Crona

Mais ce n’est pas simplement une photographe, c’est une artiste aux multiples talents. Karin Crona aime également dessiner, faire du collage et du montage. Quelle est son activité préférée ? : « J’ai un faible pour le dessin, pour moi c’est l’origine de toute création artistique. »

Karin Crona Circulation(s)

De La Possibilité D’une Image © Karin Crona

Avant de présenter sa série De la Possibilité d’une Image qui sera exposée lors du festival au 104, faisons un rapide tour d’horizon de l’univers de cette artiste.

Le sujet qui captive le plus Karin Crona est l’identité féminine et l’évolution personnelle des individus, y compris la sienne : « Je cherche mon identité à travers chaque œuvre. Mais je suis aussi l’autre. » Ainsi, dans la plupart de ses travaux, la photographe n’hésite pas à se mettre en scène ou à se dessiner.

Karin Crona Circulation(s)

The Girl From No. 13 © Karin Crona

Pour la série The Girl From No.13, elle raconte son histoire avec ce subtil noir et blanc qui accentue l’effet nostalgique de sa maison d’enfance : « c’est une histoire mélancolique auquel j’ai voulu donner les apparences d’un polar. » Ce n’est qu’en repassant devant sa maison que Karin s’est rendue compte de la symbolique du chiffre 13. Elle a ainsi voulu en faire une série photo pour exprimer sa tristesse liée à la séparation avec ce lieu.

Circulation(s) Karin Crona

The Girl From No. 13 © Karin Crona

Parlons dessin avec Qvinna, une série commandée par une amie écrivaine de Karin, Séverine Delrieu, qui voulait illustrer son recueil de poèmes intitulé « Dénudé-e-s par l’impact ». Elle nous explique que « ces dessins expriment un état d’urgence personnel, une volonté de vivre et de s’exprimer malgré une certaine précarité. »

Karin Crona Circulation(s)

Qvinna © Karin Crona

Entre la photographie et la composition de collage, Karin Crona expérimente une autre forme d’art visuel avec sa série De la Possibilité d’une Image. Ce travail a débuté après que l’artiste suédoise trouve une caisse remplie de Penela à la fin d’une journée de brocante à Paris. Ce magazine féminin des années 60-70 est d’abord resté longtemps dans le coin de son appartement. Puis un jour elle les a pris et a commencé à découper des visages, des animaux, des citations, des produits… Sur sa lancée, Karin complète sa collection en répondant aux petits annonces sur Internet.

Karin Crona Circulation(s)

De La Possibilité D’une Image © Karin Crona

Pourquoi cette adoration pour ce magazine rétro ? « J’adore le fait qu’il reflète parfaitement une période charnière dans l’histoire de la femme, autour de -68. Il y a toute une interrogation sur l’identité féminine que je trouve toujours pertinente, même si beaucoup de ces propos sont aujourd’hui, heureusement, désuets. »

Ce mélange d’animaux, de produits commerciaux et d’humains ou encore d’éléments graphiques est totalement intrigant et nous amène à réfléchir sur le sens de la création.

Karin Crona Circulation(s)

De La Possibilité D’une Image © Karin Crona

Ces compositions semblent totalement s’imbriquer les unes avec les autres avec une originalité rare. Comme nous l’explique l’artiste, le montage n’a aucune secret pour elle : « Quand je travaille comme graphiste dans la presse je passe des journées entières à faire de la mise en page, donc j’ai l’habitude de déplacer des éléments pour trouver la composition qui me plaît. »

Karin Crona Circulation(s)

De La Possibilité D’une Image © Karin Crona

A travers ses créations, Karin Crona souhaite passer un message que l’on pourrait qualifier de féministe : « J’ai envie de transmettre ma frustration et ma confusion devant l’idée du “genre”, l’absurdité d’un monde binaire. Mais comme cela s’intitule “De la possibilité d’une image” il y a aussi un espoir dans le sens où chacun compose sa vie à partir de ce qu’on a devant soi. »

Karin Crona Circulation(s)

De La Possibilité D’une Image © Karin Crona

Cette artiste talentueuse ne compte pas s’arrêter là dans l’art visuel. De nombreux projets n’attendent que d’être réalisés : « Mon prochain objectif serait de faire des résidences artistiques en France ou ailleurs pour développer mes projets autour de l’errance et la créativité itinérante. Depuis longtemps je parcours au hasard la banlieue en Ile-de-France et j’espère trouver des moyens pour faire un projet plus en profondeur sur le grand Paris, par exemple. Je prépare régulièrement des dossiers pour décrocher des bourses afin d’y arriver. »

Karin Crona Circulation(s)

De La Possibilité D’une Image © Karin Crona

En lui souhaitant beaucoup de réussite et en attendant la suite, nous pourrons la rencontrer en mars au festival de Circulation(s) où elle réalisera des performances et des ateliers. Avant cela vous pouvez en savoir plus sur elle et son travail en visitant son site.